@desinfopointcom

Trouver son point G : les premiers touristes sexuels affluent en Gironde

du Rédacteur Suprême
publi le 12-07-2009

La campagne de publicité lancée par le Conseil Général de la Gironde connaît déjà un succès qui dépasse les espérances de ses organisateurs. En promettant à chacun qu'il allait «trouver son point G», la Gironde reçoit, depuis le début de l'été, une nouvelle population avide de découvertes et d'échanges interpersonnels de qualité. Pour les libertins et échangistes débutants ou confirmés, ou plus simplement les touristes curieux d'élargir leurs connaissances sexuelles, la Gironde s'annonce d'ores et déjà comme la destination touristique majeure de l'année 2009.

Le site indispensable pour trouver son point G

A Bordeaux, au bord de l'Océan ou du Bassin d'Arcachon, dans le Médoc comme dans l'Entre-Deux-Mers, les offices de tourisme reçoivent des demandes originales de ces nouveaux visiteurs de 18 ans et plus qui n'ont qu'un souci, exprimé dans toutes les langues : "où puis-je entreprendre les recherches pour trouver le point G ?"

Ce sont le plus souvent des couples de tous âges et aussi des jeunes filles seules qui affirment leur volonté de mieux comprendre leur corps grâce à la Gironde. On compte aussi de nombreux hommes seuls, qui viennent parfois entre amis, en affichant clairement leurs ambitions d'"apporter leur expertise en recherche de point G pour aider toutes les jeunes filles et les femmes, libertines ou plus timides", comme nous l'explique Rocco Dubonchoix, touriste venu pour la première fois en Gironde.

Le Conseil Général de la Gironde a fait preuve d'une belle capacité d'adaptation en diffusant dans l'urgence une brochure répondant aux aspirations de ces amateurs de tourisme sexuel si inhabituels : co-financée par les clubs échangistes du département, la brochure "Où et comment trouver le point G, édition 2009" donne les clefs du bonheur. Les offices de tourisme sont donc désormais en capacité de d'orienter les touristes sexuels girondins vers les meilleurs lieux de rencontre entre libertins, ou encore de comprendre les codes et astuces des plages océanes, où il suffit de s'éloigner des voies d'accès familiales pour réaliser d'inoubliables rencontres au-delà de la zone traditionnellement réservée aux naturistes.

Plusieurs communes n'ont pas manqué d'organiser des événements de qualité pour profiter de la nouvelle manne du tourisme sexuel : outre la controversée "démonstration de dépistage public du point G" sur l'esplanade d'Andernos-les-Bains, on notera le "la première nuit du point G" à Saint Jean d'Illac ou encore, plus ludique, "la chasse aux points G" organisée par La Teste de Buch.

La sage et bourgeoise Bordeaux elle-même, dont on se souvient que le maire Alain Juppé avait annoncé son retour sur la scène politique locale lors d'un salon de l'érotisme, préparerait un "événement considérable autour du point G", dont le contenu exact sera annoncé dès qu'il aura été accepté par l'UNESCO.

Malgré l'euphorie sexuelle qui gagne toute la Gironde, l'engouement pour le point G inquiète les plus hautes sphères parisiennes, à commencer par Nicolas Sarkozy qui doit se rendre cette semaine à Belin-Béliet dans le cadre de la campagne pour l'élection cantonale partielle suivie de près par Désinformations.com : tentant de couper court à de méchantes rumeurs sur les vraies raisons qui attirent Nicolas Sarkozy en Gironde, l'Elysée vient très exceptionnellement de communiquer à nos sources bien désinformées le texte du "Journal de Carla" qui sera publié par nos confrères du Canard enchaîné mercredi prochain, dans lequel elle confirmera que le président de la République n'a pas besoin de ce voyage pour apprendre à trouver ce qu'il cherche.

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

prcdent : 12-07-2009

Grippe A H1N1 : que faire face à l'effroyable pandémie de niveau 21-D ?

suivant : 17-07-2009

Des milliers de notes du bac attribuées à tort : les lycéens repasseront le Bac en août

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Dsinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | propos des cookies | mentions lgales