@desinfopointcom
credit33.fr

Les chasseurs écologistes lancent sur facebook une grande pétition pour le droit à chasser l'ours tétras

correspondance du Microcosme
publié le 03-10-2009

France - La chasse est ouverte, depuis le 13 septembre pour le sud et le 27 septembre pour le nord. Les fusils sont graissés et les bottes chaussées mais une décision du tribunal administratif de Toulouse fait peser une lourde menace sur la chasse en Ariège et partout ailleurs en France de souche : il serait interdit de tirer sur les étrangers.

La survie de l'ours en question
CC Flickr - Frédéric Salein

Cette entorse inqualifiable aux coutumes de terroir, décision arbitraire sans doute confectionnée par quelques technocrates parisiens méprisant les traditions françaises, revient à accepter les dégâts causés par les hordes migrantes. "Au-delà du problème de société, c'est pour la défense de l'environnement que nous voulons contribuer à la régulation de ces flux", note-t-on à l'ODCL. En effet, voilà longtemps que Jean-Martin Dubonchoix, secrétaire général de l'Observatoire Désinformé de la Chasse Ludique (ODCL), a rejoint le grand mouvement écologique de défense de la planète, martelant dans ses meetings liminaires aux grandes battues que "certains nomades deviennent sédentaires et font peser une menace terrible sur l'avenir de notre planète France et qu'il est du devoir des chasseurs d'être du coté de ceux qui pensent à ce que nous voulons léguer à nos enfants et nos petits enfants".

Le juge Maurice Dubonchoix du tribunal administratif de Toulouse, beau-frère de Jean-Martin Dubonchoix, clarifie sa décision : "la netteté de la perception des chasseurs peut être parfois altérée par la pratique de nos chères coutumes ancestrales. J'en viens à cette dure mais juste conclusion : boire ou chasser, il faut choisir". Il serait en effet malencontreux, en cette époque de "sélection chirurgicale des populations immigrantes", de se tromper de cible. "Fusiller un retraité de la Côte d'Azur, parce que l'on confond son bronzage avec l'un des critères de lecture de la saine suspicion, serait mal ressenti par notre collectivité. Un ou deux accidents sont socialement acceptables, mais au-delà, les ennuis commencent", précise Brice Hortefeux, ministre de l'immigration choisie et de l'expulsion massive des recalés.

Par ailleurs, le camouflage du gibier ne cesse d'évoluer lui aussi et il est de plus en plus difficile de distinguer les cibles. "Même l'odeur n'est plus un élément fiable sur lequel le chasseur, surtout imbibé d'alcool, peut s'appuyer" indique, pédagogue, Jean-René Dubonchoix, autre beau-frère du juge Jean-Martin Dubonchoix, et chasseur depuis l'âge de 5 ans. "Je me rappelle mon premier gibier : un facteur basané s'était arrêté devant chez nous pour soi-disant déposer le courrier dans notre boîte aux lettres... j'ai aussitôt épaulé mon 22 long-rifle et j'ai tiré à l'instinct... Mais les facteurs ne viennent plus, ils sont tout le temps en grève... heureusement, Nicolas Sarkozy a décidé de disperser le troupeau".

Toutefois, de sources bien désinformées, la décision du tribunal de Toulouse reposerait surtout sur une fine observation des comportements ludiques des classes supérieures de chasseurs, fins gourmets et habitués du Fouquet's. L'ODCL indique dans son dernier rapport d'activité que "la chasse à l'homme fait moins rire, le gibier étant beaucoup plus résigné qu'on ne le souhaite et n'opposant plus cette résistance qui permet d'exprimer ses talents de prédateurs". Il faut comprendre aussi que depuis les politiques de réaménagement des jungles territoriales, les grands troupeaux de migrants et même de touristes tendent à être plus clairsemés et plus fragilisés par l'isolement.

Jean-Martin Dubonchoix, secrétaire général de l'ODCL, considère donc qu'il faut trouver des cibles plus mouvantes, plus dangereuses, bref, plus excitantes : "regardez... même dans le sud des Etats-Unis, les grandes battues perdent en intensité. Il faut savoir se reconvertir". La question est donc posée : peut-on plaider pour le droit à la chasse à l'ours tétras contre l'avis de Brigitte Bardot, pilier sensuellement emblématique du versant humaniste de la politique de notre présidentissime Nicolas Sarkozy ?

#chasseur | #écologiste | #facebook | #ours | #pétition | #Brigitte Bardot

 

Correspondant dans le Microcosme

lire tous ses billets

 

précédent : 02-10-2009

Cagnotte contre l'absentéisme au lycée : les indemnités versées aux lycéens doivent-elles être soumises à l'impôt ?

suivant : 03-10-2009

Lady Diana et Valéry Giscard d'Estaing : les Polaroïds érotiques qui accusent

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | à propos des cookies | mentions légales