@desinfopointcom

Le point G n'existerait pas : Geneviève de Fontenay conteste la défense de Miss Paris, Kelly Bochencko

correspondance du Microcosme
publi le 05-01-2010

Londres - Une étude britannique portant sur 1.800 femmes l'affirme : le point G n'existerait pas. "Il est pratiquement impossible de trouver des traits réels du point G", indique Jimmy Goodchoice, chercheur au "G National Assistance" (GNA). Geneviève de Fontenay profiterait de cette annonce pour à nouveau enfoncer Kelly Bochencko, Miss Paris : "le présidentissime a su nettoyer les années 68, il est grand temps d'en finir avec les années 80 et son cortège de pratiques décadentes", fulmine-t-elle, "cette ex-Miss Paris doit emportée dans ce grand mouvement d'assainissement."

Le concept de point G a été popularisé par la sexologue Beverly Whipple en 1981. La zone érogène tient son nom du gynécologue allemand Ernst Grafenberg, qui prétendait l'avoir découvert en 1950.

Symbole par conséquent des années 80 disco sida, préambule à la saine contre-révolution punk portée par les Sex Pistols puis grunge de Nirvana, le concept du point G est largement intégré dans la culture grand public qui l'a compris comme une zone fortement érogène. "Il y a manipulation des masses à qui l'on fait croire que l'extase est possible", ajoute Jimmy Goodchoice, professeur en prévention des comportements déviants. Il est vrai que les observations médicales du point G restaient anecdotiques et les études de cas faites sur la base d'un petit nombre de sujets étaient rarement soutenues par des études anatomiques et biochimiques. Certaines études récentes assimilaient le point G à la structure interne du clitoris. Cette théorie s'inspire largement du film produit par le FBI "Deep Throat", ou Gorge profonde, dont nous ne pouvons révéler le contenu pour préserver nos jeunes lecteurs déjà exposés à l'affrontement entre Geneviève de Fontenay et Kelly Bochenko, Miss Paris, ce qui est suffisamment traumatisant.

Le comité central de rédaction de Désinformations.com a choisi de rester dans le strict champ de l'analyse scientifique et politique. L'étude du King's College de Londres sur 1.800 femmes (britanniques) aboutit à la conclusion de l'inexitence du point G, rapportent nos confrères du DailyMail : "le point G fait partie de l'imaginaire, encouragé par les magazines et les sexologues, voire une certaine cinématographie farfelue."

L'étude britannique est pourtant déjà critiquée. Kelly Bochenko, Miss Paris 2009 déchue de sa couronne par Geneviève de Fontenay, avait basée sa défense sur "la démarche scientifique de recherche de son point G, ses travaux devant être publiés dans la revue scientifique le National G Point Review (NGPR) mais ayant été piratés par le magazine Entrevue". L'annonce du laboratoire britannique porte un coup rude à sa stratégie et à sa position. Geneviève de Fontenay en profiterait pour porter dorénavant plainte contre l'ex Miss Paris pour "exercice illégal et fallacieux de la recherche scientifique au motif de la perpétuation de la décadence des années 80." Et de s'exclamer : "Vive l'hygiène des années 30 à 50 !"

#point G | #Geneviève de Fontenay

 

Correspondant dans le Microcosme

lire tous ses billets

 

prcdent : 02-01-2010

Après la tentative d'assassinat sur le caricaturiste danois Kurt Westergaard, Al Qaida menace de dessiner à son tour

suivant : 06-01-2010

Neige et verglas sur l'ouest de la France : les bonhommes de neige manifestent

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Dsinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | propos des cookies | mentions lgales