@desinfopointcom

Remaniement ministériel : Nicolas Sarkozy change tous les ministres

du Rédacteur Suprême
publié le 09-04-2010

Après la défaite du parti unique aux élections régionales puis les rumeurs sur le couple Sarkozy Bruni, on croyait le présidentissime abattu et prêt à se chiraquiser jusqu'en 2012. Malgré des actions d'éclat comme le retrait du téléphone portable de Rachida Dati ou encore le lancement du projet de carte zone noire des banlieues, l'avenir paraissait bien morose à l'Elysée. Pourtant, au petit matin, la présidence annonce un remaniement d'importance alors qu'on croyait l'idée abandonnée. Tous les ministres vont changer : Claude Guéant va en effet échanger son bureau avec Henri Guaino.

L'idée a mûri tout au long de la semaine, Nicolas Sarkozy bouillonnait d'impatience face à l'enjeu terrifiant. Le remaniement devait en effet non seulement "marquer les esprits" mais en plus montrer au monde entier que le supposé cocu de l'Elysée reprenait la main et s'apprêtait, au-delà de la présidence du G20, à reconquérir l'opinion planétaire.

L'époux de la chanteuse peut-être volage mais bien sans voix a ainsi réuni en task force son gouvernement au grand complet, Claude Guéant et Henri Guaino, dans un brainstorming intensif qui s'est étalé toute la semaine, chaque soir de 16h30 à 19h. De ces réunions de travail intensives devait sortir une nouvelle organisation du gouvernement et une orientation "incontestable" de la politique de la France, jusqu'en 2017.

Tous les observateurs et analystes attendaient un signal fort. Le présidentissime leur offre un tsunami.

Montrant à la fois sa dimension gaullienne, seulement préoccupé de la certaine idée de la France et des Hauts-de-Seine qui l'a toujours préoccupé, n'hésitant pas aussi à adopter une posture florentine digne du François Mitterrand grande époque, Nicolas Sarkozy réalise ce qu'aucun de ses prédécesseurs n'avait osé "depuis Louis XIV" : changer tout le gouvernement. Avec effet immédiat.

"Je n'ai pas été élu pour des demi-mesures", confiait-il hier soir, jovial malgré l'épuisement de l'ultime brainstorming de la task force qui s'était prolongé jusqu'à 19h15, "ce que le Monde attend de moi, c'est une ligne de conduite claire, efficace, qui permette à chacun de savoir où il va et où il est, et d'en finir avec la crise et la guerre".

Malgré les risques, malgré les conseils d'un certain François Fillon qui a insisté pour que Nicolas Sarkozy le prenne au téléphone en pleine réunion de la task force pour une sombre histoire de risques d'inondations en Charente-Maritime et en Vendée, le présidentissime est resté inflexible sur sa décision.

"Demain matin [NDLR: ce vendredi matin, donc] Claude Guéant et Henri Guaino changeront leurs bureaux et déménageront eux-mêmes leurs PC portables et leurs iPhone", affirmait donc un Nicolas Sarkozy prêt à en découdre avec ses derniers détracteurs. "Leurs assistantes aussi", ajoutait-il, triomphant.

La politique d'ouverture n'est pas oubliée : le nouveau bureau d'Henri Guaino, qui s'inquiétait d'être désormais un peu loin de la machine à café, recevra avant midi la visite de l'architecte des bâtiments de France, pour qu'on y aménage une nouvelle porte qui lui permettra de gagner un temps précieux lors de ses déplacements dans le palais de l'Elysée.

Les premières réactions ne sont pas faites attendre : l'enthousiasme prévaut, montrant que Nicolas Sarkozy a probablement d'ores et déjà réussi son pari de retourner l'opinion en sa faveur.

Xavier Bertrand, pour l'UMP, salue "l'audace du présidentissime qui ouvre la voie aux conquêtes de demain".

Nos confrères du Figaro, qui ont pu boucler leur édition de ce matin à temps, titrent sur "La reconquête", avec un sondage Opinion Way qui montrent que 87% des Français, toutes tendances confondues, "pensent que le changement c'est bien".

TF1 bouleverse sa chaîne de programmes pour le week-end : Nicolas Sarkozy sera l'invité du JT de 20h ce soir pour apporter la pédagogie nécessaire de la mise en perspective de sa nouvelle équipe gouvernementale.

Suivront Claude Guéant et Henri Guaino lundi et mardi soir, afin que toutes les sensibilités du gouvernement puissent s'exprimer, "sans aucune censure".

Barack Obama reconnaît pour sa part en Nicolas Sarkozy "un grand politique du 21ème siècle".

Elle-même reconquise, Carla Bruni envisage d'accepter que son présidentissime mari se représente aux élections de 2012, oubliant les réserves qu'elle avait récemment exprimées à ce propos.

#Nicolas Sarkozy | #Claude Guéant | #Henri Guaino |

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

précédent : 08-04-2010

Rumeurs Sarkozy Bruni : Al Jazeera révèle la piste du complot terroriste

suivant : 10-04-2010

Luc Chatel remplace l'année en IUFM des futurs enseignants par un stage de karaté

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2017 | contact | à propos des cookies | mentions légales