Désinformations.com

Jacques Martin appelé à la rescousse par l'éducation nationale

correspondance de Guernesey
publié le 12-11-2001

En recherche de nouvelles solutions pour accroître la productivité de l'enseignement supérieur, l'éducation nationale envisage de recourir aux conseils avisés de Jacques Martin, en vertu de sa longue expérience de l'école des fans, pour mettre en place de nouvelles solutions pédagogiques à l'université. "L'éducation nationale s'est donnée des objectifs ambitieux dès la fin des années 80 en annonçant un objectif de 80% d'élèves bacheliers" a rappelé Jack Lang, dont l'un des conseillers constate avec bonhomie que "chaque année qui passe nous rapproche de cet objectif et accroît le flot d'étudiants qui vient grossir les rangs des universités".

Jacques Martin, prêt à relever le défi
CC Wikimedia

La plupart des grands centres universitaires sont de conception ancienne et avaient pour habitude d'accueillir des cohortes beaucoup moins nombreuses que celles d'aujourd'hui.

Le syndicat SUCE branche enseignement estime que "face à cette véritable marée humaine, nous devons trouver des solutions pour évaluer plus rapidement les étudiants". Dans ce domaine, Jacques Martin a en effet mis en place dès les années 70 un système unique qui a fait depuis la preuve de son efficacité. "Désormais, ce seront les étudiants qui s'évalueront eux-mêmes" explique un jeune professeur de mathématiques de l'université de Créteil.

Le doyen de l'université de Berk-la-Zone s'est déclaré "satisfait à tout point de vue parce qu'une telle méthode permettra d'accroître l'implication des élèves, de débarrasser l'enseignant de la fastidieuse correction de copies -sur laquelle tout le monde s'accorde à dire que c'est une tâche sans réelle valeur ajoutée- et de converger plus rapidement vers l'élévation générale du niveau." Dans les conclusions de son rapport, Jacques Martin estime enfin que sa proposition permettra de "réduire simultanément la charge de travail hebdomadaire de l'étudiant et de son enseignant et de dégager des marges de manoeuvre nouvelle pour l'avenir de l'enseignement supérieur".

La convergence d'intérêt offerte par un tel système paraît tellement évidente qu'on s'étonne à présent qu'elle n'ait pas été appliquée plus tôt. C'est ce qui a motivé le ministère à ouvrir une grande chasse aux sorcières afin de débarrasser l'enseignement supérieur des éventuels réactionnaires qui persisteraient à croire à l'efficacité de leur travail sur le niveau des élèves. "C'est vrai, qui sont-ils ces sinistres connards pour se croire supérieurs aux étudiants ?" déclare le jeune Wallid, le pétard au bec et son avenir devant lui. "Nos parents n'ont quand même pas fait Mai 68 pour rien !", conclut -il d'un air vengeur.

Désormais, en phase avec les nouvelles orientations du ministère, le niveau deviendra donc relatif aux capacités des élèves eux-mêmes, ce qui devrait permettre de faire converger rapidement l'enseignement supérieur français vers son double objectif de quantité et de qualité.

Interrogé sur le sujet, Norton C. Ridewell, consultant généraliste international et expert en tout sur tout, estime "qu'il s'agit d'un premier pas vers la mise en place d'un enseignement probabiliste fondé sur l'universalité de la loi 80/20 : 80% de réussite, 20% de connaissances, ceci paraît un bon compromis pour permettre à la France de faire valoir ses atouts dans la nouvelle compétition internationale".

Gageons que les générations futures sauront attribuer à cette mesure inédite la note qu'elle mérite !

#Jacques Martin | #Education Nationale | #Jack Lang

 

Correspondant à Guernesey

lire tous ses billets

 

précédent : 09-11-2001

Après Canal Plus, la CIA s'intéresse à son tour à Désinformations.com

suivant : 13-11-2001

Le Père Noël sera une ordure...

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | à propos des cookies | mentions légales