@desinfopointcom

Noir Désir, c'est terminé : la campagne contre les violences aux femmes porte le coup final au groupe

correspondance du Microcosme
publié le 30-11-2010

Noir Désir, c'est fini. La campagne lancée par le gouvernement contre les violences faites aux femmes aura mis un terme au groupe de rock controversé. Introspectif et vagabond, impressionniste et posé, le 5e album de Noir Désir, Des visages des figures (Barclay), prend son public par surprise : "le gouvernement a fait trop fort... ouvrir un site web pour lutter contre les violences faites aux femmes... on a décidé de lâcher l'affaire", commente Bertrand Cantat, chanteur du plus grand groupe de rock français.

Regrets en noir et blanc
CC Flickr - Café du Monde

"FN Souffrance / Qu'on est bien en France / C'est l'heure de changer la monnaie", ironisait Noir Désir en 1996. La réplique du gouvernement UMP RPR ne s'est pas faite attendre : dès 2007, débat sur l'identité nationale, expulsions massives de roumains ultra dangereux laveurs de pare-brises, descentes mortelles contre les gangs organisées de Maliens clandestins... Le nouveau gouvernement RPR ne pouvait risquer de laisser Noir Désir signaler un éventuel jour entre eux et le FN.

Aujourd'hui, les quatre Bordelais jugent la France avec dépit. Les jeunes qui manifestent sont moins massacrés que sous Pasqua, et les seuls cardiaques qui décèdent tombent sous les Tasers et sont des immigrés clandestins. Plus de quoi écrire une chanson. Quand on pense que ces tanches de Sexion d'Assault ont pris le créneau homophobe...

Restait la bastonnade des femmes, dans ses formes traditionnelles ou renouvelées, sous LSD ou pas. L'acquis culturel du groupe le dotait d'une forme de rente intellectuelle dont il tirait profit pour booster ses ventes : Noir Désir devenait l'Eminem français, survivant à toutes les bienséances de la bourgeoisie s'émoustillant à acheter, voire chaparder, le dernier cd du groupe qui parle sexe, drogue et rock'n roll.

Et puis patatras : Roselyne Bachelot lance une campagne médiatique contre les violences aux femmes, dont nombre décèdent sous les coups de leur conjoint. "Il nous fallait perdre nos repères pour repousser les limites", explique Bertrand Cantat, "Respecter notre public, c'est lui prouver notre liberté".

Ce qui ne veut absolument rien dire, mais c'est dramatique. Donc ça vend bien.

#Bertrand Cantat | #Noir Désir | #Roselyne Bachelot |

 

Correspondant dans le Microcosme

lire tous ses billets

 

précédent : 30-11-2010

Un Malien en arrêt cardiaque meurt malgré deux décharges de Taser

suivant : 02-12-2010

Eric Cantona remercie son attachée de presse Christine Lagarde

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2017 | contact | à propos des cookies | mentions légales