@desinfopointcom
credit33.fr

Meurtre et suicide liés au surendettement : Nicolas Sarkozy exige une loi contre la mort à crédit

du Rédacteur Suprême
publié le 12-01-2011

Le drame qui a frappé la petite ville de Pont-de-Metz, près d'Amiens, ne pouvait pas laisser indifférent Nicolas Sarkozy, qui a sans délai évoqué les mesures à prendre contre le surendettement lors du conseil des ministres de ce matin. Le geste fou de ce sexagénaire qui a tué sa mère, sa femme et sa fille avant de se pendre dans son jardin appelle, selon le présidentissime, la nécessité de faire voter au parlement "une loi pour lutter contre les excès du crédit". Cette demande a été mal perçue par certains ministres, dont au premier chef Christine Lagarde, qui ont fait voter l'année dernière la transcription d'une directive européenne. "Vous voyez bien qu'elle suffit pas cette loi sur le crédit que les gens ils consomment !" a sèchement répondu l'ex maire de Neuilly-sur-Seine, peu familier des situations de surendettement.

La Banque de France, dont les commissions gèrent le surendettement
CC Flickr - fredpanassac

"Qu'est-ce que c'est que je dois faire que vous auriez voulu que j'aurais fait plus tôt si on m'avait informé de manière convenab' ?" a demandé Nicolas Sarkozy a son vrai gouvernement, Claude Guéant et Henri Guaino, en retournant dans son bureau pour préparer un grand discours qu'il prononcera pour dénoncer "l'héritage laxiste des socialo-communistes et des chiraquiens qu'on voit bien qu'ils n'ont rien fait pour régler le problème du surendettement".

Claude Guéant s'est bien risqué à rappeler au présidentissime que la loi sur le crédit consommation, soutenue par Christine Lagarde, ministre de l'économie qui flanche, ne peut pas avoir donné de résultat puisque toutes ses dispositions ne rentreront en vigueur qu'en mai 2011. Ce qui lui a valu une sévère correction : "et vous croyez que c'est que je peux attendre le mois de mai alors qu'il y a eu ce drame incroyab' à Amiens ? Qu'est-ce que je vais dire que j'ai fait à tous les surendettés si je ne fais rien ?"

Fidèle à la doctrine "une tragédie = une loi", Nicolas Sarkozy demande donc à son gouvernement d'innover pour en finir avec ce qu'il nomme, en fin lettré, "la mort à crédit".

Mais dans la mesure où la loi Lagarde apporte déjà un grand nombre de protections nouvelles pour le consommateur, la nouvelle loi qui "fera date" doit, selon les objectifs qui lui sont assignés par le présidentissime, "mettre un terme à toutes les situations de surendettement".

A ce titre, les mesures phares qui viennent d'être arbitrées sont :

L'interdiction absolue du crédit revolving : Nicolas Sarkozy joue un grand coup politique puisque ce projet fait partie du texte de la convention pour l'égalité réelle approuvé récemment par les militants socialistes. "Nous avions une démonstration brillante de 7 lignes et voilà, une fois de plus nos meilleures idées sont pillées par l'UMP", commente-t-on, gêné, dans l'entourage bien désinformé de Martine Aubry.

La mise en oeuvre du fichier positif : décidé partiellement, et à titre expérimental, par la loi Lagarde, le fichier positif sera définitivement posé par la loi dès le 1er avril 2011. Aucun établissement ne pourra accorder une nouvelle ligne de crédit à une personne qui a déjà d'autres crédits, selon un seuil qui sera fixé par décret. "Attention à la protection de la vie privée !" prévient-on rue de Solferino.

Instauration du permis de crédit à points : en complément du fichier positif, chaque consommateur devra passer un permis d'endettement et disposera à ce titre de 10 points. Chaque échéance impayée provoquera le retrait d'un à trois points, selon le type de crédit et le montant. Des radars automatiques seront installés dans les systèmes d'information des banques pour verbaliser les contrevenants. "Ce que j'ai réussi qui a marché pour la sécurité routière, faut faire la même chose pour le crédit", explique Nicolas Sarkozy.

Enfin, la mesure phare de la nouvelle loi : interdiction faite aux banques et sociétés financières de prêter aux pauvres. "Ma grand-mère me le disait toujours qu'on ne prête qu'à les riches, alors on va faire comme elle disait ma grand-mère", exige Nicolas Sarkozy.

Une nouvelle fois, Claude Guéant et Henri Guaino sont sortis subjugués du bureau du présidentissime. "Face à cette tragédie insupportable d'Amiens, il apporte une vraie réponse au problème endémique du surendettement des ménages", déclaraient-ils ce soir à nos sources bien désinformées.

#surendettement | #suicide | #crédit | #loi sur le crédit consommation

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

précédent : 12-01-2011

Le médecin de Michael Jackson poursuivi pour crime contre l'humanité

suivant : 13-01-2011

Taux du livret A à 2 pour-cent : les marchés s'affolent

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | à propos des cookies | mentions légales