@desinfopointcom
credit33.fr

Le préfet de la Moselle muté en Alaska

du Rédacteur Suprême
publié le 14-01-2011

C'était la consternation et la pagaille ce matin à la gare Lorraine TGV quand Nicolas Sarkozy est descendu du train et que personne ne l'y accueillait. Au même moment, le préfet de la Somme attendait en vain le présidentissime à la gare TGV Haute Picardie, pour l'accompagner ensuite jusqu'à Pont-de-Metz où il devait prononcer un discours sur le surendettement et annoncer le calendrier de la nouvelle loi annoncée cette semaine contre la mort à crédit. Accompagné seulement de Claude Guéant, l'autre membre du gouvernement, Henri Guaino, ayant pris une RTT, Nicolas Sarkozy est entré dans une colère noire qui s'est s'aggravée quand ils ont demandé à un taxi de les emmener "au pont" et que le chauffeur a voulu savoir lequel. Une triste affaire qui a failli se terminer au poste, les policiers accourus pour secourir le chauffeur de taxi ayant d'abord cru à un canular opéré par des sosies du présidentissime et de Claude Guéant.

La gare Lorraine TGV
CC Wikimedia

Quand le calme est revenu, à la Préfecture de Metz où Nicolas Sarkozy et son vrai ministre ont fini par se réfugier après avoir établi leur véritable identité, il est apparu évident qu'il y avait eu une confusion, "inexplicable" selon les services de l'Elysée, entre Pont-de-Metz, situé près d'Amiens, et la capitale mosellane.

"Non mais vous croyez pas que moi le présidentissime je sais pas ma géographie et que je confonds Metz avec Amiens ?" s'est immédiatement emporté l'ex maire de Neuilly, avant de reconnaître à contrecoeur, guide Michelin et horaires SNCF à l'appui, qu'il n'avait pas pris le bon TGV dans la bonne gare. "Mais vous n'êtes pas tombé loin, pour la gare, mon présidentissime, en allant gare de l'Est plutôt que gare du Nord", lui a expliqué un responsable local de la SNCF dépêché par la direction du transporteur pour donner des justifications.

S'en est suivi une réunion de crise, toujours à la Préfecture de la Moselle, pour identifier le coupable du fiasco dont le présidentissime a été victime.

Le guide Michelin a été d'emblée mis hors de cause.

La SNCF, un instant soupçonnée d'avoir laissé se produire une nouvelle pagaille indigne de patrie des trains qui arrivent à l'heure, a pu prouver que ; 1. les billets de Nicolas Sarkozy et Claude Guéant étaient bien des aller-retour gare de l'Est – TGV Lorraine et 2. il n'y a pas eu d'erreur d'aiguillage ni même de retard.

Le secrétariat de l'Elysée, qui organise les voyages du présidentissime, a été mis hors de cause : dans l'urgence de la situation, la confusion entre Pont-de-Metz et Metz n'a pas été mise au débit de la secrétaire préposée aux réservations SNCF, Ginette Dubonchoix, recrutée sous Georges Pompidou, et qui part le moins prochain à la retraite et ne sera pas remplacée.

Avec toute la diplomatie et le tact nécessaire face à un présidentissime, ses hôtes de la Préfecture mosellane ont dû lui faire admettre que l'erreur venait peut-être d'une "confusion" entraînée par son "refus si impressionnant du style amphigourique", ce qui a pu l'amener à parler un peu vite à Ginette Dubonchoix de Pont-de-Metz, dont elle n'aura entendu que "Metz".

"Amphigourique ta mère !" a rétorqué Nicolas Sarkozy. Le préfet de Moselle a donc été relevé de ses fonctions sur le champ, avec mutation d'office en Alaska. Son collègue de la Somme pourrait le suivre dès lundi, après que l'enquête interne aura révélé ses responsabilités précises. Si elles sont supérieures à celle du préfet de Metz, celui d'Amiens sera muté en Sibérie.

Notre présidentissime prononcera lundi à 11h son discours sur l'interdiction de la mort à crédit, depuis un champ de betteraves près de la gare TGV Haute Picardie.

#préfet | #Moselle | #mutation Alaska | #Pont de Metz | #Metz | #Amiens | #TGV Haute Picardie | #TGV Lorraine

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

précédent : 13-01-2011

Emeutes en Tunisie et en Algérie : la Métropole vient en aide à ses départements d'outre mer

suivant : 14-01-2011

Tunisie : la cote de popularité de Ben Ali s'effondre (sondage IDOF)

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | à propos des cookies | mentions légales