Désinformations.com

Multiplication des immolations : flambée du prix des carburants

correspondance du Médoc
publié le 16-01-2011

Le prix de l'essence tient parfois à peu de chose comme le montrent les événements actuels. Alors que notre correspondant dans le Microcosme nous désinformait que la Chine avait décidé d'une hausse de la taxe sur les carburants au Tibet afin de dissuader la population de "toute tentative d'immolation pro-capitaliste", on apprenait qu’un chômeur algérien venait à son tour de s'immoler par le feu devant la mairie de Boukhadra, dans l'est de l'Algérie, près de la frontière tunisienne. Il ne fait pas de doute que l'immolation du tunisien Mohamed Bouazizi, le 17 décembre 2010, qui avait fini par devenir un symbole de la révolution de jasmin entraînant la chute de Ben Ali, a été l'étincelle qui a fait déborder le vase.

Station service : le calme avant le retour de la tempête ?
CC Flickr - philippe leroyer

Les conséquences de l'extension à l'Algérie de cette flambée des immolations auront été immédiates. De fait, le gouvernement algérien bénéficie en la matière d'une plus grande liberté de manœuvre que la Tunisie ou même la Chine. En effet, la seconde grande démocratie du Maghreb est aussi membre de l'Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP), ce qui a permis au président Abdelaziz Bouteflika de demander la tenue d'une réunion d'urgence de la puissante organisation.

Inquiets de cette nouvelle vogue de l'autocombustion revendicative à visée démocratique, les plus grandes démocraties représentées dans l'OPEP, à savoir le Vénézuela d'Hugo Chavez et l'Iran, rapidement rejointes par l'Arabie Saoudite qui vient d'accueillir Ben Ali et craint la contamination, ont joué de leur influence pour décider de l'arrêt momentané de la production pétrole.

La conséquence de cette annonce a été immédiate : déjà, dans toute l’Europe, des millions d'automobilistes font la queue devant les stations services et notre expert en marchés financiers, Jérôme Kerbonchoix, prévoit l'explosion du prix des actions des compagnies pétrolières dès l'ouverture des grandes bourses mondiales.

En France, Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre des transports en grève, a vivement dénoncé les "preneurs d'otages Moyen-orientaux", avant d'être reprise par François Fillon, premier collaborateur adjoint de notre présidentissime, qui a tenu a préciser que "la France n'a pas vocation a interférer avec les affaires intérieures d'un pays ami et démocratique comme l'Algérie". Des propos appuyés par Michèle Alliot-Marie, ministre des affaires étranges, qui a proposé à A.Bouteflika, "de mettre à son service les compétences en matière de lutte contre les incendies", de notre pays.

La nouvelle n'a toutefois pas fait que soulever la consternation. Jean-Luc Mélenchon a félicité son "ami Hugo Chavez pour son engagement en faveur d'une démocratie ignifugée", et Nicolas Hulot s'est félicité lui-même de voir que son "message pour la planète est enfin entendu".

Les vautours ne sont cependant jamais loin. Ainsi, nous avons pu apprendre, de source bien désinformée, que la compagnie française Total aurait profité de la situation pour implanter en Algérie, deux filiales. On devrait donc trouver dans les jours qui viennent dans les quartiers les plus pauvres d'Algérie, où se trouve leur cœur de cible, des officines vendant à bas prix, pour les unes des panneaux solaires portatifs, et pour les autres des vêtements en amadou.

#prix du carburant | #immolation | #Algérie | #Tunisie | #Ben Ali | #OPEP

 

Correspondant en Médoc

lire tous ses billets

 

précédent : 16-01-2011

Guerre des FAI : Orange s'allie à MegaUpload

suivant : 17-01-2011

Les évaluations au CM2 remises en cause par Nicolas Sarkozy

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | à propos des cookies | mentions légales