@desinfopointcom
credit33.fr

Michèle Alliot-Marie envoie des CRS à Allassane Ouattara et à Laurent Gbagbo

correspondance du Médoc
publié le 19-01-2011

Certes échaudée hier par les vives critiques de l'opposition socialo-bolchévique irresponsable à cause de sa malheureuse proposition de service au président Ben Ali avant sa chute, c'est une Michèle Alliot-Marie tout de même revigorée et toujours combative qui est apparue ce matin sur le perron de l'Élysée pour le traditionnel conseil des lointains collaborateurs du présidentissime du mercredi. Au sortir d'une réunion tendue suite à l'échec annoncé de Jean Sarkozy aux évaluations de CM2, aux déclarations fracassantes d'Éric Woerth à l'égard du gouvernement et au violent débat de la veille, la ministre des affaires étranges a tenu à apporter quelques précisions sur sa position à l'égard de Ben Ali : "Comme l'a bien expliqué hier François Fillon, premier collaborateur adjoint de notre présidentissime, et comme l'aurait encore mieux dit Frédéric Lefebvre du temps où il portait encore la haine pour l'UMP, ma phrase a été sortie de son contexte".

CRS à l'entraînement avant de partir en Côte d'Ivoire
CC Flickr - Martin Le Roy

Michèle Alliot-Marie a ajouté : "Je regrette que l'opposition irresponsable ait voulu se servir de ces quelques mots extraits d'une déclaration bien plus longue dans laquelle je signifiais aussi tout mon soutien au peuple fier de la Tunisie, pour me mettre dans l'embarras. Cela même alors qu'ils ont eux-mêmes longtemps soutenu les plus grandes dictatures communistes du monde, de la Corée du Nord à la Chine. La Chine qui, d'ailleurs, n'est plus une dictature... est notre amie, et est un exemple de démocratie libérale pour nous tous. Enfin, bon, ils n'ont pas la même culture que nous... c'est une démocratie à l'orientale."

Après cette mise au point limpide, en fine politique qui sait tirer des enseignements des écueils sur lesquels elle aurait pu s'échouer, MAM a tenu à démontrer à tous qu'elle n'avait pas usurpé sa place. Elle a ainsi évoqué en comité restreint, face à une sélection de journalistes particulièrement bien désinformées, sa vision de la crise ivoirienne dans laquelle elle entend que la France n'intervienne qu'avec circonspection. "Nous avons un devoir envers nos anciennes colonies. Pour faire entrer l'homme africain dans l'Histoire, la Patrie des droits de l'Homme et des Lumières se doit, après lui avoir appris à nettoyer nos caniveaux, de lui apprendre la démocratie". Une déclaration pleine de sagesse et dénuée de langue de bois, comme d'ailleurs tout le discours de MAM qui ajoute : "Le problème de ce conflit ivoirien, pour nous Français, c’est qu'il est un peu compliqué de soutenir Alassane Ouattara sans soutenir Laurent Gbagbo. On l'a vu en Tunisie, le choix du vainqueur est essentiel. Dans ces conditions, le diplomate doit agir avec clairvoyance."

C'est forte de ce qu'il faut bien appeler une autocritique constructive que MAM a ensuite convoqué l'ensemble de la presse pour faire une annonce officielle. On a ainsi appris que "par souci d'équité et de démocratie", la France se proposait de mettre à la disposition de Laurent Gbagbo et d'Alassane Ouattara son savoir faire en matière de maintien de l'ordre. Deux compagnies de CRS seront déployées dès demain à Abidjan. Les ordres sont simples : protéger le président Laurent Gbagbo, défenseur de la démocratie, des hordes sauvages des sbires de l'usurpateur Ouattara et assurer la sécurité du grand démocrate Allassane Ouattara soumis aux attaques incessantes de la meute assoiffée de sang des amis du dictateur Laurent Gabgbo.

Et éviter les tirs amis.

#Michèle Alliot-Marie | #CRS | #Allassane Ouattara | #Laurent Gbagbo | #Côté d'Ivoire | #Tunisie

 

Correspondant en Médoc

lire tous ses billets

 

précédent : 19-01-2011

Malaise cardiaque du Mollah Omar : Jacques Servier dément tout lien avec le Mediator

suivant : 19-01-2011

Jean Dutourd, nouveau décès d'un immortel : Nicolas Sarkozy ordonne une enquête

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | à propos des cookies | mentions légales