@desinfopointcom

Pourquoi il ne fallait pas montrer les photos de l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn

du Rédacteur Suprême
publié le 19-05-2011

Après avoir largement diffusé pendant 24 heures les photos d'un Dominique Strauss-Kahn hagard lors de sa sortie du commissariat de Harlem, la presse francophone bien informée s'est gravement interrogée sur un éventuel manquement à sa légendaire déontologie et, plus précisément, aux conditions du respect de la loi Guigou de 2000 sur la présomption d'innocence. Comment la France aurait-elle pu appliquer cette loi désuète, votée par une majorité socialo-bolchévique irresponsable, alors que la planète entière montrait les photos de DSK menotté ? Le débat fait rage parmi les intellectuels et commentateurs assermentés mais, comme c'est hélas souvent le cas, ce débat est organisé pour en éviter un autre : la presse avait-elle le droit de montrer les cravates des policiers new-yorkais ? De cet attentat mondial au bon goût vestimentaire, pas un mot dans la presse informée. Heureusement pour nos lecteurs, la presse bien désinformée veille au bien-être mondial.

La photo qu'il n'aurait pas fallu publier
CC Flickr - Florian Seroussi

Les deux individus qui encadrent le futur ex-directeur général du FMI, dont les identités n'ont pas été révélées pour la sécurité de leurs familles, arborent des cravates qualifiés par notre consultant, Karl Guttewahl, de "représentatives d'une mode qui n'a jamais existé".

Celle du policier que l'on voit à gauche sur la photo, "visiblement mal rasé et avec un badge horriblement positionné sur le revers de sa veste" est, pour Karl Guttewahl, "une horreur absolue, bariolée sans aucune réflexion, sans création d'une vraie harmonie". Les teintes roses (ou fuchsias selon l'angle de prise de vue) sont en particulier décriées par notre consultant mode, qui reproche aussi au policier de ne pas avoir fermé sa veste. Les avocats de Dominique Strauss-Kahn pourraient d'ailleurs plaider le vice de procédure à cet endroit, un policier new-yorkais se devant de garder sa veste boutonnée en public selon le règlement intérieur en vigueur.

Le policier de droite récolte une meilleure notation de notre consultant mode, qui salue une position du badge "plus orthodoxe, quoi qu'il fasse un peu bailler la veste", et aussi un souci de soin corporel "manifeste" chez ce fonctionnaire. "La barbe taillée avec soin, la coiffure classique sans être démodée" sont autant d'atouts qui plaident en faveur de ce policier mais, hélas, Karl Guttewahl regrettent "une cravate patchwork sans aucune cohérence ni avec le style de son porteur, ni même avec celle de son collègue qui accompagne le détenu".

Karl Guttewahl oppose à ces deux policiers la tenue de Dominique Strauss-Kahn, "sobre, décontractée sans être de mauvais goût". Jusqu'au bout, le futur ex-candidat du PS aura représenté l'élégance française et le raffinement gaulois qui plaît tant aux femmes de chambre complaisantes.

Fallait-il donc montrer ces photos ? Pour Karl Guttewahl, la réponse est "définitivement non" à cause des cravates. Une réflexion qui ne manquera certes pas d'alimenter la suspicion envers les médias français, pris en flagrant délit d'omerta sur le choix des cravates américaines, mais que nous avions le devoir de porter à la connaissance de nos lecteurs bien désinformés.

#Dominique Strauss-Kahn | #loi Guigou | #menottes | #cravate |

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

précédent : 18-05-2011

Lycéen et enseignant poignardés : Luc Chatel annonce des mesures d'urgence

suivant : 19-05-2011

Affaire DSK : le complot russe révélé

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2017 | contact | à propos des cookies | mentions légales