@desinfopointcom

Le vote imminent de la loi Wauquiez sur l'interdiction des maladies inquiète l'industrie pharmaceutique

correspondance du Médoc
publié le 16-11-2011

Branle-bas de combat aujourd'hui, au sein des plus grandes firmes pharmaceutiques alors que filtrent des rumeurs bien désinformées depuis le cabinet de Laurent Wauquiez, ministre de l'enseignement de moins en moins supérieur et de l'abandon de la recherche. On sait en effet, de sources discordantes, que le ministre, soucieux de porter sa pierre à l'édifice du plan de rigueur mensuel du gouvernement, prévoirait de déposer dans la semaine un texte de loi réprimant sévèrement la maladie. Ainsi, le fait d'être malade pourrait en coûter de 6 à 12 mois de prison et jusqu'à 25.000 euros d'amende pour les salariés, jusqu'à deux mois de privations de Questions pour un champion pour les retraités, et 500 lignes pour les écoliers. En cas de récidive, les contrevenants se verraient privés définitivement du droit à la maladie.

Des objets que l'on ne verra bientôt plus jamais
CC Flickr - coachline

Des mesures saluées par la Droite populaire qui rappelle, avec Laurent Wauquiez, qu'il est "essentiel de responsabiliser les malades". "Il y a eu assez de campagnes de prévention, nous devons maintenant envisager la répression afin de rassurer les marchés et de lutter contre l'addiction à la maladie", explique Nora Berra, secrétaire d'État à la bonne santé, entre deux tournages de vidéos avec les Jeunes Populaires.

Il semble toutefois, que ce nouveau texte inquiète au plus haut point l'industrie pharmaceutique qui craint, outre un effondrement de son chiffre d'affaire, d'être accusée, en proposant des médicaments à la vente, d'incitation à la maladie. Si Xavier Bertrand, ministre du travail-c'est-la-santé, se veut rassurant, en rappelant les liens étroits noués depuis plusieurs années entre les grandes firmes pharmaceutiques et le gouvernement, par le biais notamment de l'achat de millions de doses de Tamiflu, les tensions demeurent importantes. D'autant plus que l'opposition socialo-bolchévique irresponsable tente de profiter de la brèche créée par ce conflit larvé entre industriels et gouvernement pour foncer à bride de pédalo abattue et dénoncer la stigmatisation des malades.

Des menaces qui n'impressionnent pas Nadine Morano, chroniqueuse au Grand Journal, qui déclare : "Vous voyez, en défendant la maladie, la gauche veut que les Français meurent".

#Laurent Wauquiez | #Nadine Morano | #maladie | #malade |

 

Correspondant en Médoc

lire tous ses billets

 

précédent : 16-11-2011

Présidentielle 2012 : l'équipe de campagne de Maître Roger, un dispositif de combat

suivant : 17-11-2011

Le beaujolais nouveau 2011 a un goût de MOX

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2017 | contact | à propos des cookies | mentions légales