Désinformations.com

Débat François Hollande - Nicolas Sarkozy : les ronds-points oubliés

correspondance du Microcosme
publié le 03-05-2012

Le débat s'annonçait plié d'avance. Nicolas Sarkozy n'allait faire qu'une bouchée du candidat socialo-irresponsable "tellement qu'il est nul et moins expérimenté comme moi je", avait-il prédit. Le candidatissime disposait évidemment d'un avantage déloyal face à son adversaire : son immense expérience de présidentissime, prouvée par ses 67 sauvetages de l'euro, ses 288 sauvetages du monde, ses 537 défaites militaires et les échecs infligées à la Russie de Poutine, ses 5.299 coups de fils passés directement à Barack Obama, ses 5.299 messages laissés sur la messagerie personnelle du président américain islamisant, ses 35.477 SMS au président des Etats-Unis avant qu'il ne change de téléphone portable. Par comparaison, François Hollande ne peut à ce jour aligner que 9 blagues corréziennes qui n'arrachent pas le moindre rictus, même poli, à notre Rédacteur Suprême, 255.654 changements d'avis lorsqu'il en a un, 1.553.986 positions floues, 527.552.361 mensonges proférés matin, midi et soir depuis qu'il est candidat.

Un rond-point bon à tondre
CC Flickr - adeupa de Brest

Que s'est-il passé ? Fairplay, le présidentissime aurait proposé à son adversaire inexpérimenté, puisqu'il n'a jamais été président de sa vie, "que je débats une main attachée dans le dos comme ça que ça rééquilibre tes chances de perdre". De sources bien désinformées, l'offre généreuse aurait été impoliment repoussée par le candidat socialo-irresponsable. Pas étonnant que dans ces conditions la tactique du challenger socialo-irresponsable soit fondée sur l'évitement des sujets de fond.

Précis et limpide, le présidentissime Nicolas Sarkozy a voulu élever le débat en rappelant qu'il fallait "une règle qu'elle serait en or pour sanctionner ceux qui ne respecteraient pas les heures légales de la tonte dominicale. Il est temps de suivre l'exemple allemand de la tonte wagnérienne en Pologne qui extermine efficacement la mauvaise herbe récalcitrante... Ne pas le faire, c'est prendre le risque que nos pelouses de souche qu'elles deviennent des terrains vagues grecs ou espagnols, voire roumains !" Puis, le présidentissime a voulu rappeler son attachement à la valeur travail : "J'aime le travail, le vrai travail, pas celui des drapeaux rouges qui beuglent leurs revendications syndicalo-irresponsables... Non, j'aime le vrai travail silencieux, celui du travailleur qui ne réclame rien, qui ne gagne rien à travailler mais travaille quand même. Je sors souvent regarder, des heures durant, ces gens travailler en silence... cela m'apaise comme quand Carla qu'elle me sert une glace café et des chouquettes pour me rappeler mon enfance brutalement arrachée à la civilisation du Reich, à cette Europe en cours de purification..."

Séquence émotion et sincérité, donc. Mais malgré ces tentatives honnêtes du présidentissime d'aborder les sujets qui comptent aux yeux des électeurs FN qui hésitent encore à voter pour lui, "François Hollande a délibérément fui les questions de fond, refusant ainsi d'expliquer aux 17 millions de téléspectateurs (255 millions selon l'UMP et 365 millions selon la police) sa politique en matière de ronds-points", commente David Dubonchoix, animateur du débat, "nous ne savons toujours pas non plus comment il entend rénégocier, comme il le prétend, le traité européen sur les tondeuses et les piscines... nous sommes dans le flou total", s'alarme pédagogiquement le présentateur officiel de l'UMP.

Ce flou n'a pas échappé aux militants objectifs du FN-UMP. Selon l'Institut Désinformation et Opinion Francophone (IDOF), 98% des militants FN-UMP trouvent que "au vu de ce débat, François Hollande ment matin, midi et soir" alors que "2% pensent qu'il ment soit le matin, soit le midi, mais toujours le soir". Ce qui prouve que le candidat socialo-révolutionnaire est irresponsable et dangereux. Conséquence grave, une crise internationale se profile à l'horizon à mesure que l'échéance du 6 mai approche. Les marchés financiers, très nerveux, pourraient bien lancer sous peu une attaque spéculative de grande ampleur "revendant en masse des ronds-points de gauche jugés douteux", selon l'agence de notation Bad Mood. Le président chinois, Hu Jintao, a appelé "la marine chinoise à se tenir être prête au combat, la faiblesse de la France, qui ne saurait plus tondre ses ronds-points, pouvant offrir quelques opportunités pour l'Empire du milieu pour qui la revanche coloniale est à portée de main..." La Russie de Vladimir Poutine est aussi en état d'alerte maximale. 65 divisions blindées ont été pacifiquement massées en Pologne au cas où le candidat socialo-syndicaliste entrait par effraction à l'Elysée et cas de dialogue avec l'Allemagne.

Notre devoir de désinformance nous oblige à tirer les conclusions objectives de ce débat entre un présidentissime qui a sauvé le monde plusieurs fois et un candidat socialo-irresponsable qui ment et change d'avis comme il respire. Voter Hollande revient, en toute analyse, à faire prendre un risque majeur aux ronds-points de France et à ses tondeuses. François Hollande à l'Elysée, il sera alors trop tard : ni Bad Mood ni la Banque centrale européenne ne pourront plus rien faire. Les hordes barbares asiatiques rivaliseront en sauvagerie pour venir violer notre beau pays de souche et y semer un islamisme terroriste débridé. Réfléchissez.

#débat | #François Hollande | #Nicolas Sarkozy | #IDOF | #agence Bad Mood

 

Correspondant dans le Microcosme

lire tous ses billets

 

précédent : 03-05-2012

Pas de Laurence Ferrari nue lors du débat Sarkozy-Hollande : les explications

suivant : 04-05-2012

Martine Aubry pressentie à Matignon pour passer aux 34 heures

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | à propos des cookies | mentions légales