@desinfopointcom

Décès de Neil Armstrong : mon père, ce héros, témoigne Lance Armstrong

du Rédacteur Suprême
publié le 26-08-2012

L'homme qui avait mis le premier pied sur la Lune vient de mettre le second dans la tombe hier soir. Neil Armstrong est mort, plongeant l'Humanité dans la consternation, alors qu'elle pleurait encore en attendant l'enterrement de Jean-Luc Delarue. C'est une bien triste semaine pour le fils du pionnier de la Lune : Lance Armstrong, qui, après le décès de l'ex-gendre idéal, venait de confier son "immense émotion" à notre correspondant dans le Microcosme, s'en est allé dans l'Ohio pour se recueillir sur la dépouille de son père, cumulant les émotions heureusement surmontées grâce à une piqûre d'EPO. Revenons brièvement sur cette saga familiale hors du commun, peuplée de héros comme l'Amérique seule en produit.

Neil Armstrong pose pour les photographes avant d'embarquer pour la Lune
Crédit : NASA

Rien ne semblait prédestiner Neil Armstrong à entrer dans la légende de l'Histoire des grands explorateurs humains. Qui aurait pu croire en 1930 que le nouveau-né d'un trompettiste de jazz, qui allait être élevé aux sons multicolores de la Nouvelle Orléans, deviendrait l'un des héros du XXème siècle, rejoignant dans la légende Youri Gagarine, Charles Lindberg ou encore François Hollande ? Dans l'Amérique profonde de la ségrégation raciale, le grand Louis Armstrong eut le courage de faire un fils de la couleur la mieux adaptée à ses perspectives d'intégration sociale : "un petit d'homme pour le Noir, un futur grand homme pour les Blancs", chantait-il, selon la légende, pour bercer son fils Neil.

A travers les années et les centaines de milliers de kilomètres parcourus, Neil Armstrong aura su faire rêver les hommes, comme son père le faisait avec sa trompette ou ses chansons inoubliables comme "What a wonderful world!" Un monde merveilleux, certes, mais vu de loin c'est encore plus merveilleux, pensait néanmoins Neil Armstrong, devenu pilote d'essai puis astronaute à une époque où l'exploration spatiale s'apparentait plus aux missions des kamikazes qu'à une promenade de santé. Ce sera donc la Lune pour le jeune Armstrong, la destination la plus lointaine jamais atteinte par un être humain motorisé.

Dans toute saga familiale, à l'instar de celle des Buddenbroock, la deuxième génération accomplit les exploits que la première a rendu possibles, puis la troisième génération marque le déclin d'un nom. C'est ainsi que le jeune Lance Armstrong, fatigué des avions et autres fusées de son père, a préféré la bicyclette. Sans toutefois se départir de l'aide technologique pour aller plus vite, plus loin, comme le voulait la tradition familiale. "Mon père était un héros comme l'Amérique les aime", confiait Lance Armstrong, abattu, à notre correspondant-stagiaire Luke Goodchoice, en arrivant à la ferme légendaire de l'Ohio, concluant : "et moi aussi je suis un héros, comme mon père et comme mon grand-père avant moi".

#Neil Armstrong | #Lance Armstrong | #Louis Armonstrong | #NASA | #EPO | #Jean-Luc Delarue |

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

précédent : 24-08-2012

Décès de Jean-Luc Delarue : immense émotion de Lance Armstrong

suivant : 27-08-2012

Johnny Hallyday, en réanimation, sera bien présent à l'enterrement de Jean-Luc Delarue

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2017 | contact | à propos des cookies | mentions légales