@desinfopointcom

Hervé Crès recalé à Sciences Po tentera l'ENA

correspondance du Microcosme
publié le 15-11-2012

Le processus de sélection de Sciences Po est toujours aussi impitoyable : Hervé Crès vient de le constater à ses dépens en apprenant par voie de presse qu'il est recalé par le jury d'admission pour "lacunes en matière de culture administrative et note éliminatoire en sciences de la vie politique", nous indique une source bien désinformée. En effet, "le candidat Crès a osé répondre positivement à la question "êtes-vous pour la revendication syndicale ?" Or ce n'est pas parce que le parti socialiste a gagné par effraction les élections de mai et juin 2012 qu'il faut pour autant légitimer le pouvoir de nuisance des forces gaucho-conservatrices du syndicalisme trotsko-déviant", remarque Jean-Charles Edouard de la Bonnidée Dubonchoix, sous-vice-président du jury d'admission à l'IEP de Paris volet 4.

Là où Hervé Crès a été recalé
CC Flickr - that ambitious girl

Le sous-vice-président précise ces circonstances éliminatoires du candidat : "de même, Hervé Crès, à la question "Quand le droit de grève a-t-il été accordé ?" s'est manifestement trompé en citant la libération de 1864, négligeant donc à l'évidence les réformes structurelles du très regretté et légitime, lui, présidentissime Nicolas Sarkozy qui a su entièrement éradiquer le droit de grève odieusement rémunéré en mobilisant la DCRI."

Les personnels de Sciences Po Paris sont rapidement montés au créneau, déposant une motion au Conseil constitutionnel de droite expliquant dans une lettre ouverte à la ministre du redressement de la recherche du temps perdu, Genéviève Fioraso, que "l'élève Hervé Crès est inapte à s'intégrer dans un école d'élite légitime, sauf à déclarer qu'il réside dans une banlieue dangereuse et à déposer ainsi une demande d'admission sur dossier social, dans la mesure où il saura démontrer qu'il s'est livré à du trafic de drogues dures avant de soudain réaliser qu'il était peut être préférable de suivre une scolarité normal à HEC, Sciences po et l'ENA".

Hervé Crès nous a déclaré qu'il ne se sentait "aucunement découragé", que "[son] stage en banlieue l'avait rendu plus fort et lui avait ouvert l'esprit", voire qu'il était tout à fait déterminé à passer l'ENA, dès septembre prochain. Toutefois, La nomination définitive d'Hervé Crès à l'ENA doit encore être validée par le Président irresponsable de la République. Or sa décision n'interviendra pas avant le 22 novembre, à la remise du rapport de la Cour des comptes sur "les grévistes à l'IEP". Les sources bien désinformées nous indiquent que ce rapport, rédigé sous l'autorité de Louis Gallois, sera "un réquisitoire impitoyable contre les 10 dernières années de gestion de l'IEP et de l'ENA, en plein déclin depuis 2002". Hervé Crès saura-t-il déjouer ce qui semble être un nouveau piège examinal ? Comment répondra-t-il à la question "Combien la France compte-t-elle de partis ?" 50 ? 150 ? Comptera-t-il parmi eux l'UDI ? Voire le PRG, filiale intégrée du parti socialiste irresponsable (PSI) ? Nous le saurons peut être en septembre.

#Hervé Crès | #Sciences Po | #ENA | #Louis Gallois |

 

Correspondant dans le Microcosme

lire tous ses billets

 

précédent : 14-11-2012

Nibiru et le 21 décembre 2012 approchent : que fait le gouvernement ?

suivant : 15-11-2012

Sylvester Stallone et Arnold Schwarzenegger bientôt dans Rambo contre Conan ou la fin du monde

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2017 | contact | à propos des cookies | mentions légales