@desinfopointcom

Le style du pape François bouscule l'institution

correspondance du Microcosme
publi le 18-03-2013

Les regards inquiets des gardes suisses en disent long. En quelques jours, le pape François, a bouleversé leurs habitudes. Il est un pape normal. Il faut pour cela remonter à sa profession de foi qui lui valut une élection triomphale dans la chapelle Sixtine. Son tour venu, à la question "quel pape comptez-vous être ?" le cardinal Jorge Mario Bergoglio, alors simple candidat à la primaire Sixtine, se lança dans une tirade jusque-là tenue secrète mais que notre stagiaire photocopieur Jean-Edouard Dubonchoix, 6 ans, a été dénicher au fin fond du Vatican, au terme d'un week-end passé entre les mains de quelques cardinaux. Un cardinal qui souhaite garder l'anonymat lui a révélé au petit matin du dimanche, avant la messe, le verbatim de la fameuse tirade qui emporta la majorité des suffrages ecclésiaux:

Moi, pape François...
CC Flickr - arkhangellohim

"Je serai un pape qui, d'abord, respecte prioritairement les catholiques, qui les considère. Mais un pape qui ne peut pas être pape de tout, vu que les musulmans ne seraient pas d'accord, ni accueillir toute la misère du monde, et encore moins être chef de tout. Je préfère que nous soyons collectivement responsables de rien.

Moi Pape François, je ne serai pas le chef de la majorité catholique, je ne recevrais donc pas les cardinaux de la majorité au Vatican.

Moi, Pape François, je ne traiterai pas mon premier cardinal de collaborateur, du moment qu'il fait ce que je lui dis de faire.

Moi, Pape François, je ne participerai pas à des collectes de fonds pour mon propre autel particulier, et les collectes dominicales défiscalisées à 66%.

Moi, Pape François, je ferai fonctionner la justice ecclésiale de manière indépendante, je ne livrerai pas un cardinal que l'on jugerait hâtivement d'actes pédagogiques généreux envers les enfants de Dieu.

Moi, Pape François, je n'aurai pas la prétention de nommer le directeur le chaîne Kto, je laisserais ça aux instances indépendantes jésuites.

Moi, Pape François, je ferai en sorte que mon comportement soit à chaque instant exemplaire: dorénavant, chaque croyant sera pauvre et vendra pour une bouchée de pain sa villa pour emménager dans un HLM de banlieue.

Moi Pape François, j'aurai aussi à coeur de ne pas avoir de statut pénal papal : je le ferai réformer de façon à ce que si des actes antérieurs à ma prise de fonctions venaient à être contestés, je puisse dans certaines conditions me rendre à la convocation d'un magistrat divin ou m'expliquer devant une instance divine.

Moi, Pape François, je constituerai un gouvernement qui sera paritaire, autant de pédophiles que d'hétérosexuels non déviants.

Moi, Pape François, il y aura un code de déontologie pour les cardinaux qui ne pourraient pas rentrer en conflit d'intérêt avec quelques enfants de choeurs.

Moi Pape François, les cardinaux ne pourront pas cumuler leurs fonctions avec un mandat local de chanoine ou de curé, parce que je considère qu'ils devraient se consacrer pleinement à leurs tâches.

Moi Pape François, je ferai un acte de décentralisation parce que je pense que les collectivités ecclésiales locales ont besoin d'un nouveau souffle, de nouvelles compétences, de nouvelles libertés, sexuelles notamment.

Moi Pape François, je ferai en sorte que les partenaires des autres organisations religieuses puissent être considérés, pour que nous puissions avoir régulièrement une discussion pour savoir ce qui relève de la foi, ce qui relève de leur erreur.

Moi Pape François, j'engagerai de grands débats. On a évoqué celui du mariage pour tous ou de l'abstinence pour lutter contre le sida. Il est légitime qu'il puisse y avoir de grands débats catholiques sur les animaux comme les loups.

Moi Pape François, j'introduirai la représentation proportionnelle pour l'élection du pape, non pas la mienne mais celle de celui qui voudra me succéder, parce que je pense qu'il est bon que l'ensemble des sensibilités religieuses soient représentées.

Moi Pape François, j'essaierai d'avoir de la hauteur de vue pour fixer les grandes orientations, les grandes impulsions, mais en même temps je ne m'occuperai pas de tout, ne mettrai plus le couvert ni ne ferai mon lit.

J'évoque ici ce que je considère être un pape normal. Rien n'est normal quand on est pape, puisque les conditions sont exceptionnelles, il y a des conflits dans le monde, les musulmans terroristes gagnent du terrain partout sur la planète, il y a l'enjeu de l'environnement, du réchauffement climatique, signe que l'enfer gagne en puissance. Bien sûr que le pape doit lutter contre le diable, mais il doit aussi être proche du peuple, des enfants de choeurs, être capable de les comprendre, d'être proche d'eux."

Un discours d'une grande portée qui sera bientôt publié dans un essai aux éditions Indigène.

#Pape François | #Sixtine | #conclave

 

Correspondant dans le Microcosme

lire tous ses billets

 

prcdent : 17-03-2013

La Dream Football League sera organisée partiellement en France

suivant : 19-03-2013

Spanghero : de la viande de mouton dans la viande de cheval

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Dsinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | propos des cookies | mentions lgales