@desinfopointcom
credit33.fr

L'étrange cas du Dr Jérôme et de Mr Cahuzac

du Rédacteur Suprême
publié le 24-07-2013

L'anosognosie, ce mal étrange qui frappe tant de politiques français, semble avoir fait une nouvelle victime. Lors de sa nouvelle audition par la commission d'inquisition démocratique, l'ex-grand argentier du gouvernement irresponsable a affirmé n'avoir "aucun souvenir" d'une réunion avec le couple exécutif dont pourtant de nombreux témoins absents de ladite réunion se souviennent parfaitement et sans aucun doute possible, eux, qu'il s'y trouvait. Le cas semble pourtant beaucoup plus compliqué qu'il n'y paraît, selon Sigmund Dubonchoix.

Dr Jérôme ou Mr Cahuzac ?
CC Flickr - thierry ehrmann

L'anosognosie frappe aveuglément, sous les formes les plus cruelles. Jacques Chirac, le premier, a été marqué par la terrible maladie : nos fidèles lecteurs n'ignorent pas qu'il souffrait déjà d'anosognosie quand tout le monde croyait qu'il avait usé d'humour corrézien pour soutenir son futur successeur au trône de Charles de Gaulle. Le présidentissime Nicolas Sarkozy, avait lui aussi montré d'inquiétants symptômes de perte de mémoire dès 2011, oubliant par exemple l'existence de Karachi et du Pakistan. Et François Hollande, à peine installé à l'Elysée, souffre lui-même des premiers troubles anosognosiques : lui président, il recevra bientôt "les chefs de la majorité", c'est-à-dire Harlem Désir tout seul, à dîner au palais de la rue du faubourg Saint Honoré.

Pour Sigmund Dubonchoix, l'étrange cas de Jérôme Cahuzac ne ressemble en rien aux autres victimes de l'anosognosie. "A la première audience de la commission d'enquête, c'était bien Mr Cahuzac que recevaient les parlementaires", nous explique le psychanalyste des stars et des politiques, "mais aujourd'hui c'était le Dr Jérôme, le célèbre chirurgien esthétique, qui se présentait sous serment à l'Assemblée nationale". Qu'est-ce qui justifie ce diagnostic accablant ? "La manière d'embellir les souvenirs tout en s'obstinant dans le déni de la réalité, en allant à l'encontre des témoignages assermentés de tous ceux qui était absents de la réunion avec le couple exécutif mais qui s'en souviennent parfaitement".

L'analyse de Sigmund Dubonchoix ne convainc pas encore Charles de Courson, président de la commission d'enquête, qui souhaite une contre-expertise rapide pour établir s'il est nécessaire de convoquer à nouveau "Dr Jérôme et Mr Cahuzac". Le sujet est d'importance : s'il s'avérait que l'intéressé se dédouble effectivement en un Mr Cahuzac, le politicien de Villeneuve-sur-Lot devenu ministre clef du gouvernement irresponsable, et un Dr Jérôme, affable et soucieux des souffrances humaines mais peu au fait des subtilités de la fiscalité internationale, alors l'accusation n'aurait plus aucun fondement.

Cela amènerait naturellement aussi les parlementaires à reconsidérer l'opportunité de la loi sur la transparence en cours de discussion. L'étrange cas du Dr Jérôme et de Mr Cahuzac n'a donc pas fini de susciter l'intérêt des politiques et leur soif de connaissance de la vérité.

#Jérôme Cahuzac | #anosognosie | #transparence

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

précédent : 23-07-2013

Géopolitique : David Douillet interpelle le gouvernement irresponsable

suivant : 24-07-2013

Brétigny : la SNCF confirme la thèse de l'accident et remboursera partiellement les victimes

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | contact | à propos des cookies | mentions légales