@desinfopointcom

Scandale des TER : le mètre-étalon ne mesure pas un mètre

correspondance du Pays Cathare
publié le 22-05-2014

La presse non désinformée se fait actuellement l'écho d'une rocambolesque histoire de TER trop larges. L'information est tellement invraisemblable que le standard de notre rédaction a été assailli d'appels d'internautes souhaitant vérifier qu'il ne s'agissait pas d'une de nos célèbres désinformations. Devant l'afflux d'appels angoissés de nos fidèles lecteurs, le Rédacteur Suprême a dû démentir cette désinformation dans un communiqué adressé à l'AFP. Pourtant, à la SNCF, une désinformation peut en cacher une autre et notre rédaction s'est donc mobilisée pour vous fournir une désinformation fiable et de qualité sur cette affaire.

TER francilien à quai (en mesure de 1889)
CC Flickr - marsupilami92

Devant les explications embarrassées de Guillaume Pépy tentant maladroitement de justifier cette information à 50 millions d'euros (coût estimé du rabotage des quais de 1.200 gares françaises, alors que la solution de rétrécir les TER n'a même pas été envisagée), nous avons cherché la véritable raison de ce fiasco monumental. Ni la SNCF, ni RFF, qui ont commandé les TER, ni Alstom, ni Bombardier, qui les ont fabriqués, ne sont responsables de cet échec retentissant. La faute incombe malheureusement au mètre étalon en platine iridié conservé au Bureau international des poids et mesures. En effet, le mètre étalon ne mesure pas un mètre.

Le mètre-étalon de 1889 fut défini comme la distance, à 0°C, des axes des deux traits médians tracés sur la barre en platine iridié déposée au Bureau international des poids et mesures. Mais cette barre ne fait plus 1m depuis 1960, date à laquelle le mètre est devenu la longueur égale à 1.650.763,73 longueurs d'onde dans le vide de la radiation correspondant à la transition entre les niveaux 2p10 et 5d5 de l'atome de krypton-86. Pire, depuis 1983, le mètre étalon a encore perdu en exactitude lorsqu'on a fixé le mètre comme étant le trajet parcouru dans le vide par la lumière pendant une durée de 1/299.792.458 de seconde. Les constructeurs des TER ont fabriqué les rames en utilisant le mètre de 1983 alors que la plupart des gares ont été construites avant 1960 en utilisant le mètre-étalon de 1889. La conséquence désastreuse de cette méprise historique est que les trains en mètre de 1983 ne passent plus entre les quais en mètre de 1889.

Les différents acteurs de ce dossier n'ont donc rien à se reprocher. Les politiques qui jettent l'opprobre sur la SNCF et RFF en pointant une hypothétique incompétence méconnaissent la vérité historique et discréditent encore davantage la classe politique aux yeux de nos concitoyens. De même, les internautes qui raillent la SNCF, cette noble institution ayant amené à destination des millions de personnes, y compris au coeur de la deuxième guerre mondiale, n'ont aucune légitimité et frisent souvent la diffamation.

Les conséquences de cette erreur de mesure sont innombrables et dépassent largement le cadre des transports publics. En effet ces révélations sur le mètre-étalon ont plongé Rocco Siffredi, le maître-étalon du divertissement pour adultes, dans une profonde déprime au sujet de l'exactitude de la longueur de son membre viril. Et aussi sur la largeur d'icelui.

#TER | #largeur quais SNCF | #SNCF | #RFF | #Rocco Siffredi | #membre viril |

 

Correspondant dans le Pays Cathare

lire tous ses billets

 

précédent : 21-05-2014

Google lance un doodle Mary Anning, paléontologue de la politique socialiste

suivant : 25-05-2014

Arnaud Montebourg défend l'économie française contre une tentative d'agression étrangère

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2017 | contact | à propos des cookies | mentions légales