Désinformations.com

Le concours de l'ENS (Ecole Nationale du Sexe) touché par une erreur sur la liste des admissibles à l'oral

du Rédacteur Suprême
publié le 25-06-2014

Après la série de problèmes qui a marqué les épreuves du bac 2014 (sujets de maths trop compliqués, fuite des sujets de philo ou encore Victor Hugo, auteur inconnu des élèves, au bac de français), un nouveau et grave dysfonctionnement jette l'opprobre sur les services du ministère du redressement de l'éducation. L'ENS (Ecole Nationale du Sexe) annonce en effet ce matin qu'une "regrettable erreur" a conduit à établir une liste erronée des candidats admissibles aux épreuves orales à l'issue des écrits. Non seulement des jeunes étudiants en études supérieurs de sexe ont été déclarés admissibles par erreur, mais certains autres ont au contraire appris ce matin que leur échec à l'écrit était en fait une réussite.

Rue d'Ulm, où se trouve la prestigieuse ENS (Ecole Nationale du Sexe)

Voie royale après l'obtention d'un baccalauréat option sexe, l'ENS est un des fleurons de l'enseignement supérieur à la française. Depuis des décennies, au terme d'un concours hyper sélectif, les jeunes de tous genres (hommes, femmes, indéterminé ou en transition), de toutes préférences (hétérosexuels, homosexuels, bi, autres) et de toutes pratiques (y compris solitaires) suivent une formation d'excellence pendant trois années, avant de sortir diplômés et de contribuer au prestige international du sexe hexagonal. Le concours s'organise en deux étapes : épreuves écrites de haut niveau qui déterminent une liste d'admissibles aux épreuves orales, qui constituent elles-mêmes le stade ultime de la sélectivité.

Selon Marc Dubonchoix, le directeur de l'Ecole Nationale du Sexe, l'erreur qui a affecté le concours 2014 porte sur "le report des notes obtenues aux écrits après l'épreuve de dissertation transversale d'économie du sexe". Le sujet, "sodomie et fiscalité, quelle efficacité pour un redressement productif durable ?", aura laissé un goût amer aux candidats du cru 2014 de l'ENS qui manifestaient ce matin leur colère devant les portes de l'école du sexe.

De nombreuses voix se sont jointes aux étudiants déçus, à commencer par les coprésidentes de l'association des anciens élèves, Ovidie et Lou Charmelle, qui réclament dans un communiqué "plus de rigueur dans l'organisation du concours de l'ENS, dans le respect des sacrifices que font chaque année les centaines de jeunes qui cravachent dur pour intégrer l'école". D'autres voix s'inquiètent de l'intégrité des résultats du concours des années précédentes, telle Nabilla, recalée en 2013 dès les écrits.

L'affaire a aussi pris une dimension politique puisque, au nom du courant des sauveurs de l'UMP, Rachida Dati a réclamé ce midi "la fellation" de Benoît Hamon, ministre du redressement de l'éducation, qu'elle juge "responsable des erreurs de ses sévices".

#rue d'Ulm | #ENS | #sexe | #oral | #Ovidie | #Lou Charmelle | #Nabilla | #Rachida Dati | #liste admissibles

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

précédent : 21-06-2014

Victor Hugo mis en examen suite au bac de français

suivant : 28-06-2014

Après la marche des fiertés, le gouvernement pourrait interdire l'homosexualité

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | à propos des cookies | mentions légales