@desinfopointcom
credit33.fr

Emmanuel Macron marque son territoire autour de l'économie

correspondance de Saint Soluteur les Turins
publié le 27-08-2014

Emmanuel Macron a présenté ce matin son plan de réforme dans la cohérence de la ligne fixée par François Hollande lui-même. Tout d'abord, il importe de réformer les mots anciens pour les conformer au nouvel usage qui en est fait. Le nouveau ministre de la clarté de l'économie et des dividendes commence par l'"économie politique" (ou "économie", pour faire simple), définie comme suit par le TLF : ensemble de ce qui concerne la production, la répartition et la consommation des richesses et de l'activité que les hommes vivant en société déploient à cet effet. "Il y a trop de mots, les Français n'y comprennent rien", constate Emmanuel Macron. Dorénavant, on supprimera de cette définition le mot "répartition". Le terme "hommes vivant en société" sera remplacé par "entreprises et consommateurs".

Le nouveau territoire d'Emmanuel Macron
CC Wikimedia

L'économie étant ainsi redéfinie, le ministre a immédiatement pu se réjouir de sa bonne tenue. En effet, malgré une baisse de la production industrielle due au traître Montebourg, les entreprises se félicitent d'une hausse globale des dividendes versés par les entreprises en 2014 et donc de la consommation à venir (politique de l'offre). Certes il s'agit d'une hausse mondiale selon le Global Dividend Index (HGDI) d'Henderson Global Investors cité par le ministre du gouvernement de clarté, mais la France jouant à plein dans la mondialisation, c'est aussi vrai pour elle.

Par ailleurs, Emmanuel Macron a de grands projets pour la France. Le premier : ne pas annoncer tout de suite une hausse de la TVA. Le second : lancer un appel d'offre pour un partenariat entre le portail des ministères de Bercy et un site de bourse en ligne. Le troisième : Emmanuel Macron, à la faveur de l'entregent acquis en banque d'affaire, négociera lui-même des prêts à taux préférentiels de la part de ses anciens collègues au Trésor Public, lesdits prêts étant financés par la future hausse de la TVA.

Le ministre Michel Sapin, après avoir dit sur le ton de la plaisanterie "notre amie c'est la finance, la bonne finance" (Rencontres économiques d'Aix-en-Provence le 6 juillet 2014), nous a assuré ce matin : "Emmanuel Macron sera un bon ministre de l'économie". Sur ce, notre stagiaire gratuite de longue durée aux affaires économiques, Audrey Dubonchoix, est restée sans voix et est rentrée chez elle payer son dernier tiers.

#Emmanuel Macron | #économie | #Bercy | #TVA | #Michel Sapin | #Trésor Public | #TLF

 

Correspondant à Saint Soluteur les Turins

lire tous ses billets

 

précédent : 26-08-2014

Najat Vallaud Belkacem précise les modalités de report de la rentrée des classes

suivant : 27-08-2014

L'université d'été du PS entraîne la fermeture de l'espace aérien de La Rochelle

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | contact | à propos des cookies | mentions légales