Désinformations.com

Un policier blanc fait exploser un autobus rempli de passagers noirs

correspondance de Saint Soluteur les Turins
publié le 06-12-2014

Encore une bavure policière aux États-Unis. Un policier du Texas, de peau blanche, suivait un Afro-Américain dont l'attitude suspecte évoquait le comportement d'un vendeur de cannabis. A un moment, le suspect est monté dans un autobus. Le policier a rejoint sa voiture et a pris l'autobus en filature. Au bout de plusieurs minutes de trajet, comme le suspect ne descendait pas, le policier a fait signe à l'autobus de s'arrêter. Le policier avait pris soin de s'équiper du bon vieux fusil automatique qu'il utilisait depuis 20 ans, et d'une grenade incendiaire. Il est monté à bord du bus afin de procéder à l'arrestation du suspect. C'est alors que le policier a constaté que le véhicule, avec une trentaine de passagers, était rempli exclusivement de personnes d'Afro-Américains.

Un policier blanc, normal donc
CC Flickr - Eduardo Gaviña

Le suspect était assis vers le fond et lisait un journal. Il avait des écouteurs et semblait battre le rythme en se balançant légèrement. Il pouvait s'agir simplement du rythme d'une musique Afro-Américaine entraînante mais le policier a pensé qu'il s'agissait d'un code destiné à des complices dans le bus. Selon les procédures d'analyse apprises à l'école de police, le gardien de la loi a immédiatement compris qu'il était en danger. Il n'avait qu'un vieux fusil automatique et une grenade incendiaire alors que tous les passagers assis le regardaient avec un air hostile.

Puis un enfant d'environ huit ans (noir comme les autres) a crié : "les mains en l'air". C'est là que le policier a paniqué, a dégoupillé sa grenade, l'a posée devant l'entrée du bus avant de le quitter en tirant une rafale de balles. Le bus a pris feu, en causant la mort de l'intégralité des passagers et du chauffeur (noir également). Le policier a été légèrement blessé par un débris du bus qui lui était retombé sur le bras.

Une enquête est en cours afin de déterminer s'il est nécessaire d'inculper le policier ou s'il n'a fait qu'appliquer les consignes. Cependant l'émotion est grande aux Etats-Unis et, alors que les rues de Ferguson viennent à peine de revenir au calme, l'on craint une nouvelle vague d'émeutes dans plusieurs villes.

Le Président Obama a lancé un appel au calme. Il a aussi pris quelques risques politiques en affirmant qu'il faudrait qu'une commission fédérale se penche sérieusement sur la réglementation de l'usage des grenades incendiaires par la police. Le sénateur républicain Don Mac Goodchoice a rétorqué au président que si ce policier avait équipé d'un fusil plus moderne, il n'aurait pas eu besoin de faire usage de sa grenade incendiaire.

#policier | #Etats Unis | #noirs | #Fergusson

 

Correspondant à Saint Soluteur les Turins

lire tous ses billets

 

précédent : 04-12-2014

Catherine Vautrin mise en examen : Nicolas Sarkozy veut un audit de l'UMP

suivant : 06-12-2014

Election de Miss France : le CSA rappelle TF1 à l'ordre sur l'utilisation des hashtags

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | à propos des cookies | mentions légales