Désinformations.com

La pénurie de vis comica affecte les thuriféraires du premier degré

correspondance de Weimar
publié le 14-01-2015

Comme au Sahel où le désert progresse, hélas, dans l'indifférence générale, la désertification des esprits envahis par les zombies connectés du premier degré, fait chaque jour aussi, hélas, de nouvelles victimes en France. Dernière en date, l'ancien acteur de comédie Dieudonné M'Bala, victime d'une implosion de cerveau à cause d'une vis comica défectueuse. "C'est un dysfonctionnement connu", décrit Victor Dubonchoix, mécanicien en ressorts comiques au cirque Pinder, "quand la vis comica est usée, les jets de mauvais goût sous pression ont tendance à refouler dans le circuit drolatique".

Maître Roger régulant la vis comica (allégorie)
CC Flickr - megathud

"Si la pièce n'est pas changée à temps, le discernement de l'artiste peut être durablement obéré", complète Victor Dubonchoix, qui précise aussi que "si elle vient à lâcher, c'est carrément la catastrophe : sous la pression artistique qui n'est plus régulée, les jets de mauvais goûts envahissent la chambre d'inspiration. Une fois celle-ci noyée, il est presque impossible de redémarrer l'envie de rire."

"Chez Dieudonné M'Bala, le processus chronique de dissociation comique observable depuis plusieurs années est patent et emblématique", analyse le docteur Sigmund Lichgeist selon qui "la puissance du style et la force drolatique sont toujours là ; elles se sont même renforcées avec le temps mais l'objet autant que la portée du verbe ont perdu tout discernement". Nos lecteurs auront compris que c'est exactement ce qui se passe quand une vis comica est usée au point de ne plus remplir son office de régulateur des orifices nauséabonds et de transformateur du premier degré.

Pour Maître Roger, brillant chercheur reconnu en humour francophone de bon goût depuis quinze ans, "il y a un équilibre à trouver entre serrer la vis comica et laisser s'échapper quelques flatulences mentales, sinon spirituelles, de temps en temps". "Je veille au grain", poursuit-il, "si je les laissais sans surveillance, les rédacteurs de Désinformations.com auraient tôt fait de tomber dans les orifices infects de la facilité et de m'en rapporter des étrons comme des étrennes. Je veille au dosage comme le lait sur le feu afin de ne pas laisser les esprits s'enfumer."

"L'humour est comme la cuisine, il doit avoir une saveur", conclut-il avec fierté, fort de quinze années d'une inlassable autant qu'implacable rigueur imposée aux membres de la Rédaction afin qu'ils se dressent, toujours droit, en toute circonstances, comme l'érection d'un obélisque d'espoir sarcastique dans la tourmente sociétale. "A bas le Calembour !" clame-t-il pour nous saluer.

Force est de constater que les anciens artistes qui n'ont pas cette chance d'avoir un directeur artistique de talent tel que Maître Roger tirent rapidement le diable par la queue et les esprits vers la misère. A cet égard, le Parlement légifèrera prochainement pour imposer un contrôle technique biannuel aux artistes qui prétendent à faire rire comme à ceux qui prêtent à rire. Ce contrôle portera au minimum sur le degré d'usure des vis comica platinées et sur le réglage de la soupape d'admission du mauvais goût. Dans les milieux bien désinformés, quelques noms circulent déjà sur les personnalités désignées en urgence à ce contrôle.

"Il ne s'agit pas d'introduire des patentes à l'humour", se défend-on au ministère de la clarté des libertés d'expression, "il s'agit d'un premier pas dans la bonne direction pour limiter l'invasion des premiers degrés". Sans ces garde-fous, les comiques, artistes des alliages impossibles entre le bien et le mal, demeureraient de grands incompris. C'est d'ailleurs ce qu'a déclaré Dieudonné M'Bala à la police, surpris que personne n'ai compris la portée poétique de son oxymore aussi drôle qu'universel : "je suis plutôt Charlie C.". Comprenne qui pourra, le gouvernement quant à lui a demandé une exégèse d'urgence de cette rhétorique des incompatibles avec remise d'un rapport de synthèse sous 48 heures.

A Weimar, ville des plus grandes folies et des plus grandes sagesses du monde, on regrette la talent perdu et l'on se souvient, ému, de ses cours de français de 3ème sur l'inséparabilité du fond et de la forme.

#vis comica | #Dieudonné | #Charlie

 

Correspondant à Weimar

lire tous ses billets

 

précédent : 14-01-2015

Le rasoir d'Ockham bientôt à nouveau disponible

suivant : 14-01-2015

Daesh au Sahel : les femmes et les enfants d'abord

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | à propos des cookies | mentions légales