@desinfopointcom
credit33.fr

Jean Luc Cazette, le président du syndicat CFECGC mis en examen pour détournement de mineurs

correspondance de Guernesey
publié le 05-11-2002

A 35 jours des élections prudhommales et au lendemain de la campagne publicitaire lancée par voie d'affiches par le syndicat des cadres, des ingénieurs et des autres, Jean-Luc Cazette, le président du mouvement vient d'être mis en examen par la juge Angelina Jolie pour "détournement de mineurs", "abus d'image" et "manipulation d'un tiers à l'insu de son plein gré".

Jeune fille nue
CC Pixabay

"Les affiches du syndicat qui représentent de jeunes enfants pré-pubères en train de jouer aux grandes personnes constitue une atteinte au droit à l'enfance" selon la jeune et jolie juge d'instruction, qui voit dans cette "mise en scène publicitaire, une manipulation de détraqué qui voudrait faire endosser aux petits l'imbécillité des grands".

"Il est clair qu'une telle démonstration de puissance de l'adulte sur l'enfant constitue une redoutable pression psychologique dont l'enfant ne sort pas indemne" analyse Mireille Dumas, psychologue sexothérapeute de renom, "pas plus que l'adulte qui voudrait se faire croire que son avenir passe par celui de ses enfants". "Un transfert psychologique d'une telle intensité, car il y a manifestement transfert des frustrations de l'adulte syndiqué sur l'enfant dans sa récré, s'apparente véritablement à un viol" poursuit-elle.

Au sein de son service de neurosexologie, on soigne indifféremment les victimes d'agression sexuelle comme les enfants victimes des abus publicitaires, "car les troubles et les séquelles sont exactement les mêmes".

Le président de la CFECGC devra ainsi répondre du détournement de 3 mineurs photographiés dans des postures intellectuelles indécentes, hospitalisés depuis pour des troubles graves de la personnalité.

Selon Norton C.Ridewell expert en problème de société et consultant international en droit à l'enfance, "il s'agit d'une manifestation extrême de la déresponsabilisation des syndicalistes : face à l'immédiateté de leurs devoirs, ceux-ci se réfugient dans le prétexte rassurant de l'avenir de leurs enfants, les mêmes qui leur servent à justifier l'achat de la dernière console Sony à Noël, moteur de leur revendication salariale pour un 16ème mois".

"Il s'agit même d'une double forme de rassurance", précise Fox T.Paddle, qui a bien voulu nous faire part de son analyse à cette occasion, "car l'adulte se projette ainsi dans une représentation enfantine de lui-même, la seule qui lui semble aujourd'hui pouvoir justifier le droit de prendre la parole". "Alors que de mon temps ", tonitrue Ridewell, "les enfants ne parlaient que quand on leur adressait la parole !"

Affaire à suivre, donc, la rédaction de Désinformations.com ne manquera pas de vous avertir dès la libération du monstre détourneur des âmes enfantines qui ne demandent qu'à le rester afin de se syndiquer un jour en toute quiétude.

#syndicat | #jeune fille nue | #pré-pubère

 

Correspondant à Guernesey

lire tous ses billets

 

précédent : 04-11-2002

Le port de plaisance d'Abbeville rouvert au public

suivant : 06-11-2002

Droit de passage, portail et servitude, le dernier roman de Jocelyne Printemps, lauréat du prix littéraire Désinformations.com

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | à propos des cookies | mentions légales