@desinfopointcom

Les fusillades sur les campus américains classées au patrimoine de l'Unesco

correspondance de Saint Soluteur les Turins
publié le 02-10-2015

Le secteur culturel de l'Unesco sélectionne chaque année de nouvelles pratiques culturelles qu'il inscrit à la liste du "patrimoine immatériel de l'Humanité". C'est ainsi qu'en 2010, "le repas gastronomique des Français" entrait dans ce glorieux inventaire grâce à l'action du regretté présidentissime, suivi entre autres, cette année des " ostensions septennales limousines". En 2016, les Etats-Unis y feront une entrée remarquée avec l'inscription des "fusillades sur les campus universitaires". Le secteur culturel de l'Unesco se fait ainsi le défenseur des "traditions et des expressions vivantes héritées de nos ancêtres et transmises à nos descendants".

Mourir à l'université, la reconnaissance tant attendue de l'UNESCO
CC Wikimedia

C'est bien le caractère traditionnel et vivant de cette pratique qui a convaincu le comité de l'Unesco de s'y intéresser. En effet, la voici ancrée depuis des décennies aux États-Unis, à la fois dans la pratique directe de la fusillade sur les campus, célébrée plusieurs fois chaque année, mais aussi relayée par le cinéma, la littérature, et les médias. De plus, le profond attachement des Etats-Unis à tout ce qui peut favoriser les fusillades sur les campus et leur refus de réformer quoi que ce soit qui pourrait en menacer la pratique a définitivement convaincu le comité de l'Unesco de la reconnaissance des fusillades dans les campus américains par la communauté concernée.

Ont notamment été relevés : l'inscription considérée comme irrévocable du permis de port d'arme dans la Constitution du pays, la pratique des armes à feu comme expression de la liberté individuelle, assorties d'un climat de compétition permanent et du droit de ne pas porter assistance aux personnes en péril, et la santé prospère de la "National Rifle Society".

Comme de nombreux éléments inscrits sur cette liste, la fusillade dans les campus américains comporte une dimension rituelle intéressante qui concerne la fusillade elle-même (intrusion sur le campus armé jusqu'aux dents, meurtre en série en mode "prédateur silencieux", arrivée des journalistes à peu près en même temps que celle de la police. Pour la période qui suit la fusillade s'ensuivent une campagne d'indignation qui se fait le relais du sentiment démocratique ; la diffusion d'images traumatisantes afin de donner des idées aux psychopathes qui poursuivront la tradition ; des questions des médias sur l'utilité de montrer ces images, en même temps qu'ils les montrent ; un discours du président qui, si il est démocrate, remet en cause le port d'arme et l'usage quasi-libre aux Etats-Unis ; la réponse ferme et sans appel des élus républicains qui fait appel au sens des responsabilité des américains armés, y compris les psychopathes. Le rituel se poursuit avec un communiqué de la "National Rifle Society" qui rappelle que les fusillades dans les campus n'arriveraient pas si tous les étudiants et tous les enseignants étaient armés ; suivi d'une enquête des médias sur les vrais motivations de l'auteur de la fusillade.

Pour finir, Harry Goodchoice, notre correspondant culture aux Etats-Unis, nous rappelle les mots que l'on peut lire sur la page web de l'Unesco : "Bien que fragile, le patrimoine culturel immatériel est un facteur important du maintien de la diversité culturelle face à la mondialisation croissante. Avoir une idée du patrimoine culturel immatériel de différentes communautés est utile au dialogue interculturel et encourage le respect d'autres modes de vie."

#fusillade | #Unesco | #patrimoine immatériel | #campus | #Etats-Unis |

 

Correspondant à Saint Soluteur les Turins

lire tous ses billets

 

précédent : 30-09-2015

Mercato d'automne : Nadine Morano prêtée au FN pour un an

suivant : 06-10-2015

Plan de restructuration : Air France remplacera ses avions par des drones

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2017 | contact | à propos des cookies | mentions légales