@desinfopointcom
credit33.fr

Une association propose de faciliter le suicide des djihadistes

correspondance de Weimar
publié le 15-07-2016

La série d'assassinats par des terroristes finalement suicidaires qui s'est produite en France depuis janvier 2015 amène à rouvrir le débat sur l'euthanasie. L'association Bien-être Psychique et Imbécillité (BPI) propose d'ouvrir des centres de fin de vie assistée afin de permettre aux misérables atteints de troubles psycho-sociaux incurables de mettre fin à leur jour dans le respect des droits civiques et la dignité de la personne humaine, sans tuer personne d'autre qu'eux-mêmes. Cette association est née d'un constat : «Force est de constater l'échec de toutes les politiques antérieures», affirme Jean-Alain Dubonchoix, président de l'association BPI, qui se propose d'agir pour le bien de tous.

Où l'on discute des propositions de BPI
CC Wikimedia

Et d'énumérer : laïcité, éducation, programmes socio-éducatifs, smartphone à 1€, permis de conduire à 1€, accompagnement des risques psycho-sociaux en entreprise, RSA, allocations familiales, régularisations de masse, mariage pour tous, sécurité renforcée avec Vigipirate, état d'urgence et cellules d'isolement... rien n'a pu enrayer la machine infernale de l'exclusion psychotique gavée à la culture de la malveillance, de l'incompétence et de la violence par les jeux vidéo tels Grand Theft Auto, Call of Duty et autres Battlefield, conduisant à l'immanquable spirale espionnage, sabotage, chômage.

Interrogé par notre chère Charlotte au charme fou, stagiaire en déviances comportementales, le Professeur Vafencoulis détaille le profil psychologique des tueurs sociaux : «il est aisé pour un groupe sectaire de remplir une tête vide. Arrivé en fin de cycle que vous venez de décrire, la simple promesse d'un Big Mac et de quelques dizaines de vierges peut tenir lieu de spiritualité à un esprit en pleine inversion référentielle, qui prend la mort et la misère quotidienne des zones de guerre en Irak ou en Syrie pour seule exemplarité.»

Dans ces conditions, on peut s'interroger sur la portée de l'interdiction de la prostitution pour cette population de frustrés. Au Bistrot du Bon Coin de Magny-sur-Avre, on est catégorique : «peut-être que s'ils avaient pu se payer une fille, ça les aurait détendu du slip, au lieu de croire à ces foutaises sur les vierges célestes !» tonne-t-on en frappant son Ricard sur le zinc. Mais pour René Tousensemble, professeur de sociologie, la question est plus complexe : «les actes de déviances individuelles mortifères délibérément sociétales [NDR : appellation du terrorisme en sciences sociales] signalent un rejet désorienté du cynisme collectif». Le pétage de plomb assassin serait donc un message adressé par des exclus de la surconsommation présentant des difficultés d'élocution en public.

Lequel message n'en demeure pas moins violent, c'est-à-dire au-delà des limites collectivement acceptées par notre société, et incompréhensible car, n'en déplaisent aux auteurs de ces méfaits, il ne sera jamais reçu ni entendu comme tel. C'est la raison pour laquelle l'association BPI propose l'ouverture de centres de suicide assisté, qui permettront aux individus en déshérence psychique et sociale aggravée, déterminés à en finir, de réaliser leur projet dans des conditions acceptables pour tous.

Le Centre des Mille Vierges pourrait ainsi voir le jour dès le 1er janvier 2017 sur le plateau des Mille Vaches, venant ainsi doubler les forces de dissuasion d'une arme de guerre psychologique moderne, adaptée à l'évolution de la menace.

A Weimar, on visionne Soleil Vert et on prie avec Charlton Heston.

#djihadiste | #

 

Correspondant à Weimar

lire tous ses billets

 

précédent : 14-07-2016

Education nationale : la polémique du Pokémon Go dans les programmes scolaires du collège

suivant : 17-07-2016

Manuel Valls : «Pokémon Go interdit pendant l'état d'urgence»

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | à propos des cookies | mentions légales