@desinfopointcom

Les Etats-Unis prêts à accepter la visite des inspecteurs de l'ONU

correspondance de Saint Soluteur les Turins
publié le 06-02-2003

Peu de temps après les attentats terroristes du 11 septembre 2002, des lettres piégés avec le bacille de la maladie du charbon avaient semé la panique sur le nouveau continent. L'enquête a montré, sans soulever d'indignation particulière à cette époque, que ces souches du bacille mortel avaient été développées dans des laboratoires de la défense nationale américaine.

L'ONU vue du ciel
CC Flickr - United Nations

La Syldavie et la Bordurie accusent les Etats-Unis de développer un plan de construction d'armes de destruction massive, par le biais des filières Nucléaires, Biologiques et Chimiques (NBC). Ces armements, entre les mains d'un pays ayant mené de nombreuses guerres meurtrières pendant les 50 dernières années, constituent une menace pour la sécurité mondiale. La Syldavie et la Bordurie demandent donc, via une motion déposée devant l'ONU, que les Etats-Unis renoncent à leur programme de développement d'armes de destruction massive. Ils se sont référés au traité de Genève de 1925 qui interdit l'utilisation des armes Biologiques et Chimiques (rompu accidentellement en 2002 par des armes conçues sur le territoire américain), et le traité de non prolifération des armes nucléaires, renouvelé en 1995.

L'application de cette motion impliquerait la visite de contrôleurs de l'ONU sur leurs sites militaires, industriels, et scientifiques.

Dans un premier temps, les Etats-Unis se sont montrés très fermes et ont menacé d'user de leur droit de veto mais la position du gouvernement Bush s'est récemment assouplie.

Les Etats Unis accepteraient la visite de contrôleurs de l'ONU à la condition qu'il puissent exercer un légitime droit de regard sur la composition des équipes.

Le plan proposé par l'administration américaine serait le suivant :

La commission de contrôle sur la recherche civile serait conduite par le président de la National Science Foundation (NSF, organisme chargé du financement de la recherche publique américaine).

La commission sur l'industrie pétrolière serait conduite par Mr G. (not W.) Bush.

La commission de contrôle sur les bases militaires sur le continent américain serait présidée par Madeleine Albright (sous réserve d'acceptation par l'ONU).

L'administration américaine accepterait que la commission d'inspection des bases de l'OTAN soit conduite par un européen (l'amiral B.White est pressenti).

Par contre l'administration Bush a été nettement plus ferme sur les bases américaines au Japon, en Corée, à Panama, à Cuba, Porto-Rico, en Australie, Singapour, en Islande (pourtant dans l'OTAN), au Groenland, au Koweit, et en Arabie Saoudite.

Au cours d'un discours de 90 minutes devant les hauts représentants de l'ONU, le Général Epoxy-Gladz, chef d'Etat Major de l'aviation bordure, a montré des photos satellites. "Evidemment", a-t-il souligné, "elles sont un peu difficiles à interpréter pour des non-spécialistes comme vous, mais elles montrent des installations portuaires capables d'accueillir et de ravitailler des sous-marins de grande capacité. Des sous-marins capables d'effectuer des missions de plusieurs mois en grande profondeur." D'après des sources bien désinformées, ces sous-marins porteraient des missiles nucléaires stratégiques de longue portée, bien cachés dans les océans, et continuellement opérationnels.

Un haut fonctionnaire américain, sous couvert d'anonymat, a fermement démenti ces accusations. "Pourquoi pas des usines d'armement installées dans des camions pendant que vous y êtes !" s'est-il exclamé.

#Etats-Unis | #ONU | #11 Septembre | #Syldavie | #Bordurie | #Bush |

 

Correspondant à Saint Soluteur les Turins

lire tous ses billets

 

précédent : 05-02-2003

La guerre d'Irak n'aura pas lieu

suivant : 06-02-2003

S.O.S. Chippendales : pour faire face à la chute du poil

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2017 | contact | à propos des cookies | mentions légales