@desinfopointcom

L'industrie nucléaire au secours du beaujolais nouveau 2003

correspondance du Pays Cathare
publié le 11-10-2003

Après une année de surproduction puis l'annonce hier de l'interdiction de la fête du beaujolais nouveau par Cécilia Sarkozy, qui assure l'intérim de son époux en campagne présidentielle, les producteurs de beaujolais sont plongés dans un grand désarroi. Heureusement la science française, toujours à la pointe de l'innovation malgré un budget ridicule, a trouvé la solution : le réacteur nucléaire à Beaujolais Pressurisé (BPR).

Le premier réacteur nucléaire à Beaujolais Pressurisé (BPR)

Cette solution, novatrice et représentative du "génie français", a été fièrement présentée par Nicole Fontaine, ministre déléguée à la Sécurité de la Délocalisation Industrielle, lors d'un colloque interministériel sur les énergies de l'avenir. En même temps que l'annonce de la mise en chantier d'un réacteur nucléaire à Eau Pressurisée EPR (baptisé Jacques Brel), elle a donc annoncé la mise en oeuvre conjointe d'un prototype de réacteur nucléaire à Beaujolais Pressurisé (BPR) baptisé Gainsbourg, en hommage à l'éthylisme chronique du cet autre génie de la chanson française.

Les études menées par le CNRS ont en effet montré la supériorité du Beaujolais sur tous les autres appellations françaises, en ce qui concerne son pouvoir calorifique. En effet, des tests en double aveugle menés sur des employés de la noble institution du CNRS ont révélé que les sensations de chaleur faciale et de brûlure d'estomac après consommation de Beaujolais sont nettement supérieures à celles obtenus par les autres vins français. Par conséquent, si on remplace l'eau pressurisée présente dans le circuit primaire d'une centrale nucléaire par du beaujolais on peut améliorer le rendement d'une centrale nucléaire de plus de 15%. Le phénomène s'explique par des réactions exothermiques endogènes spécifiques de ce cru français et qui viennent s'ajouter à la chaleur produite par la réaction nucléaire.

Le lobby des producteurs de beaujolais voit d'un très bon oeil ce débouché "d'avenir" mais pousse les pouvoirs publics à expérimenter également le beaujolais dans le circuit secondaire des centrales BPR, ce qui permettrait une "résorption durable" des excédents de production selon Georges Duboeuf, le principal négociant en beaujolais avec pour corollaire une augmentation de la qualité et des prix, "ce qui est bon pour le commerce".

#beaujolais nouveau | #réacteur nucléaire | #beaujolais nouveau pressurisé |

 

Correspondant dans le Pays Cathare

lire tous ses billets

 

précédent : 11-10-2003

Cécilia Sarkozy décide l'interdiction du Beaujolais nouveau

suivant : 15-10-2003

Halloween et le beaujolais nouveau seront fêtés à la même date

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2017 | contact | à propos des cookies | mentions légales