Désinformations.com

Publicitaires : mais jusqu'où iront-ils ?

correspondance de Bruxelles
publié le 19-04-2004

Après avoir envahi une bonne partie de notre espace vital, les grandes agences de publicité débordent d'idées plus ou moins choquantes mais très sérieuses sur la manière de satisfaire leurs clients, donc de largement survivre. La dernière en date, selon nos sources bien désinformées, est très simple et très pernicieuse. Découvrons-là ensemble.

Ils iront jusque-là...

Nous sommes tous très bien habitués à la publicité , ou "pub", à travers nos journaux et magasines, télévision, Internet, sponsors divers, dans la rue et dans la campagne. Nous en avons même pris l'habitude et pensons ne pas être sensibles à ses messages pour les marques concernées, mais avons l'impression plutôt qu'ils nous horripilent ou nous divertissent peut-être, faisant partie intégrante de notre culture, puisque nous assistons même avec plaisir aux Nuit des Publivores.

Elle semble en quelque sorte faire partie intégrante de nos vies dans ces sociétés capitalistes et nous influence plus sans doute dans sa globalité que dans son particulier, et dans sa vulgarité ou sa subtilité parfois.

Dans ses côtés plus pervers se situent les messages subliminaux, les sponsors non vraiment cités comme tels dans les films, ceux du monde sportif et des soirées mondaines. A quand, après le Père Noël, un drapeau "Coca-Cola" sur la surface de Mars ?

Nous ne vous exposerons ni ne tenterons de vous faire réfléchir ici sur les causes historiques de l'avènement ni de la "nécessité" de la publicité, qui fait aussi vivre de nombreux salariés, mais de ses limites.

Après les scandales des pubs à l'école dans le cadre des programmes éducatifs, de celles dans les maternités avec les coffrets publicitaires offerts aux jeunes parents, des affichages sur les voitures de particuliers, des gens condamnés pour avoir dessiné une moustache sur la figure de la modèle sexy de l'affiche publique d'une publicité, des images subliminales dans les films ou autres, de gens se faisant rémunérer pour arborer des tatouages ( non-définitifs ) aux couleurs de certaines marques, et j'en passe et des meilleures ! ... car il parait même que la publicité va jusqu'à se loger sur les petites pilules des soirées "techno" : Ferrari, Disney, Ajax, Jacques Vabre, etc, ...

Donc, nous venons tout juste d'avoir vent de la toute nouvelle technique imaginée par les publicitaires : la publicité à travers les conversations privées.

Le principe en est très simple : après un entretien fouillé avec un responsable de ce système dernier cri dans une agence publicitaire, celui-ci soumet au nouveau vecteur de pub, moyennant rémunération assez juteuse apparemment, une liste de marque adéquates à citer avec un guide de phrases élaborées exprès, lors de ses conversations avec autrui : amis, famille, gens de passage, etc.

Ce salarié d'un tout nouveau genre est bien sûr tenu au secret absolu. A l'aide d'un dispositif très simple d'enregistrement des dialogues qu'il peut donc avoir avec les futurs "clients", ses prestations seront contrôlées et sa rémunération calculée en fonction.

Donc si vous trouvez que quelqu'un de votre entourage semble vanter un peu trop les mérites d'une marque, vous saurez maintenant pourquoi : il gagne probablement sa vie...

#publicité | #publicitaires

 

Correspondante à Bruxelles

lire tous ses billets

 

précédent : 16-04-2004

Les indemnités de chômage ne seront plus versées à partir du 1er mai 2004

suivant : 21-04-2004

A la Foire de Paris, le professeur Bazeloberg présente le bloqueur à neurones

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | à propos des cookies | mentions légales