@desinfopointcom

Bar à frissons

Merci pour ce cocktail

du Rédacteur Suprême
publié le 04-11-2014

Il y a quelques mois, six, pour être précis, donc somme toute il n'y a pas si longtemps, nous avions interviewé Lili Castille, auteure d'un blog qui n'est pas de fille et d'un livre de nouvelles, intitulé "Bar à frissons", dont nous avions promis la "prochaine" publication d'une critique bien désinformée. Bien entendu, en ne datant pas cette publication prochaine, l'auteur de la promesse ouvrait la porte à toutes les procrastinations. Et pourtant notre bien-aimé rédacteur suprême avait lu le livre sitôt reçu et, révélation, il l'avait adoré. Car ce livre est adorable.

Et en plus la couverture du livre est assortie à ma couette Ikea !

Le problème majeur d'une rubrique de critiques littéraires dans un site satirique, fût-il de bon goût, c'est évidemment quand un livre est adorable. Le critique bien désinformé n'est jamais aussi à l'aise que pour écrire les critiques des livres qu'il n'a pas lus, tels dernièrement "Merci pour ce moment", qui d'ailleurs lui donna (au critique) l'idée du titre de la présente critique, comme quoi la procrastination a eu du bon puisque sans ce délai de six mois entre la lecture du livre et la rédaction de sa critique, jamais cette critique ne se serait titrée "merci pour ce cocktail", ou alors ça aurait été une coïncidence pour tout dire surnaturelle.

Et justement, en parlant de surnaturel, revenons aux cocktails servis dans le bar de Lili Castille, puisque c'est le sujet de cette critique et que l'auteur a déjà dépensé deux cent trente-neuf mots à parler d'autre chose, montrant ainsi que la procrastination se niche décidément partout. Revenons-y pour évoquer d'emblée et sans détour le bonheur de frissonner à la lecture des nouvelles de Lili Castille, non sans maudire l'auteure au passage.

Oui, maudissons cette auteure brillante qui a écrit de si belle manière (car Lili Castille écrit bellement), et qui surtout manipule le français avec brio et son lecteur avec sadisme à chaque nouvelle, toujours de la manière la plus inattendue. Et ça marche à chaque fois. On a beau savoir qu'il y a un piège, on ne le voit pas et la chute de chaque histoire tombe comme un couperet. Chutes improbable, émouvante, drôle... il y en a pour tous les goûts.

Maudissons cette auteure aussi parce que, outre qu'elle hypnotise son lecteur, elle empêche le critique d'en dire même un tout petit peu plus sans spoiler. Et ce serait mal. Considérablement mal.

Non, amis internautes bien désinformés, je ne vous dirai pas qui sont Julien et Alexandre et quel était leur lien avec Emma Peel. Ce serait considérablement mal, je vous dis. Donc pour savoir, vous allez TOUT DE SUITE vous arranger pour lire "Bar à frissons".

Et vous m'en direz des nouvelles.

 

#Lili Castille | #bar à frissons | #merci pour ce moment | #procrastination

le billet d'avant, le 29-10-2014

Mila Saint-Anne, blogueuse multi-cartes

le billet d'après, le 13-01-2015

Ceinwynn, blogueuse de merveilles

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2017 | contact | à propos des cookies | mentions légales