Une blogueuse aux yeux couleur menthe à l'eau se dévoile

publié le 25-06-2015

Voici une nouvelle blogueuse qui, le temps d'une interview, confie son destin deux point zéro aux questions expertes et audacieuses de Maître Roger, qui est au blogueur ce que Bernard Pivot fut aux écrivains, la télé couleur en moins, et Jacques Chancel aux gens, le générique de Delerue en moins. Elle a les yeux couleur menthe à l'eau, c'est une fille : son blog se titre, logiquement «la fille aux yeux couleur menthe à l'eau». Sa vie avait déjà changé après un #FF extatique «pour peupler ce soir l'alcôve obscure, des souvenirs dormant dans cette chevelure». Elle nous emporte aujourd'hui dans son monde, où l'on voudrait bien rester encore un peu... s'il te plaît, Mentalo... alleeeeez...

En préparant cette interview, Maître Roger s'est dit que ça n'allait pas être simple de juste résumer qui tu es. Comment te présentes-tu quand on te pose la question : «t'es qui, toi ?»

C'est toujours un grand moment de solitude, et on a tendance à se définir par ses extensions : boulot, conjoint, enfants. Je me vois égarée géographique, gentiment asociale, cambroussienne convaincue, 40 ans sur le passeport. Je m'entraîne à dire «femme» et plus «fille» depuis que j'ai passé ce cap. Je ne suis pas encore tout à fait au point, même si j'ai plutôt mieux résisté au choc que prévu. Par contre, Eddy refuse que je change le nom de mon blog, il n'a pas envie de se fader une nouvelle chanson pour mes beaux yeux.

Ou bien aurais-je dû écrire : «Wer bist du ?»

Gerne können wir auf Deutsch weiterplaudern. Aber das will keiner von euch.

Ton blog titré «La fille aux yeux couleur menthe à l'eau» commence en 2008. Etais-tu sur les Internets avant ?

Fatale erreur, cher Maître, Mentalo est née en mai 2010, un jour de fête des mères. J'avais intitulé mon billet «J'accouche», il s'agissait en fait d'une renaissance. Mais ma vie virtuelle antérieure est complètement inavouable, même si certaines ont connu l'avant et sont toujours là. (Leur silence me coûte cher.)

Comment est née l'idée de ce blog ?

A force d'écrire dans ma tête, on était un peu à l'étroit là-dedans. J'ai eu la prétention de croire que des gens aimeraient me lire, partager un bout de route avec moi, parce qu'on navigue tous un peu pareil : à vue de nez. Je suis très émue de voir que, cinq ans après, c'est toujours le cas, même s'ils me disent souvent que je les fais pleurer (pardon).

A quoi te sert ton blog dans ta vie ?

A utiliser la partie gauche de mon clavier. A prendre du recul, voire de la hauteur. A figer les émotions du quotidien qui file trop vite. A mettre de l'ordre dans mes sentiments. A nouer des amitiés extraordinaires qui me sont plus que précieuses. (Moment je vous aime.)

Ça paye bien, les billets sponsorisés ?

Non, si on considère comment ça dénature un blog qui tente de mettre l'accent sur l'écriture et la sincérité. C'est pour ça qu'il n'y en a plus depuis un moment déjà. Je ne cache pas qu'il soit parfois dur de résister aux sirènes, mais on se sent moins sale, aussi.

Tu as aussi un blog de photos «les quatre saisons de Mentalo» et un tumblr titré comme ton blog (c'est pas pratique, au passage...) : pourquoi ?

Je trouvais cela bien pratique au contraire, pour qui me cherchait. Avec les 4 saisons, j'aimais l'idée d'un journal intime sans mots (même s'il ne parle qu'à moi). C'est un peu l'ancêtre d'Instagram si on veut, d'où le fait qu'il soit un peu délaissé. Mais je ne perds pas l'espoir de lui redonner vie un jour. Le Tumblr c'est un autre format, moins blog, moins intime je trouve. J'y pose des photos que j'aime, à divers titres. Les deux me servent pour illustrer mes billets quand je n'en pique pas à ma talentueuse copine Louise.

Dans ta rubrique «happy hour», il n'y a pas Désinformations.com (constat d'huissier réalisé à l'heure où est écrite cette interview). Comment l'expliques-tu ?

Par ma grande procrastination devant l'Eternel. Je ne dois pas avoir actualisé cette rubrique depuis que nous avons fait connaissance un vendredi de... (cherche dans ses favoris... hum... ah quand même), février 2014, où vous fûtes très poétique, cher Maître, et vous fendîtes d'un #FF tellement au-dessus du lot qu'il est resté dans ma mémoire. De plus, je suis longue à apprivoiser.

Dans ta rubrique «la Mentalo», tu précises être pourvue entre autres merveilles d'un mari et de quatre enfants. Quand on additionne la famille, le boulot, les blogs, on se demande si tu dors... quel est ton secret ? Tu te dopes ?

Non, j'ai éteint la télé la veille de la naissance de mon aînée, il y a 14 ans. Si on considère que les gens la regardent ne fût-ce que deux heures par jour, ça me fait 10.220 heures de bonus. J'en profite pour cuisiner, lire et faire du sport, et laisser macérer des billets que je rédige ensuite d'une traite.

J'ai bien noté que tu milites pour l'allongement des journées à 48 heures : tu as bon espoir que cette militance soit couronnée un jour de succès ?

Evidemment. Reste à savoir ce que l'on ferait de tout ce temps en plus. Des choses bien, j'espère. Comme combattre les injustices, c'est mon côté Don Quichotte.

Tu sais que choisir d'être interviewée dans Désinformations.com par le légendaire Maître Roger c'est choisir d'entrer dans la célébrité deux point zéro encore plus grande que celle que tu avais déjà acquise. Comment te prépares-tu à cette nouvelle vie ?

J'ai convoqué mes muses en réunion d'urgence ce matin à 8 heures tapantes. Il va falloir que je les augmente, je le crains, elles ont tendance à se la couler douce en ce moment.

Si Maître Roger passe par la germaine contrée où tu travailles, où déjeunerez-vous ?

Pour tester votre courage, nous irons bien évidemment manger des scampis (beaucoup) à l'ail (vraiment beaucoup) flambés au Porto (beaucoup) chez Bacano, 59 rue de Clausen. C'est un peu l'examen de passage de tout nouvel arrivant à Luxembourg. Si vous vous dégonflez, vous passerez déjeuner à la maison : fruits et légumes du jardin, pain et confitures maison, produits locaux exclusivement (je suis un peu obsessionnelle sur le fait maison).

Comment ta vie a-t-elle changé depuis que tu connais Maître Roger ?

Mes topinambours sont mieux désinformés que jamais, je leur fais la lecture du web-journal suprême chaque soir en les arrosant. Et comme on devient ce que l'on mange...

Quelle musique as-tu écoutée pour répondre à cette interview ?

La joyeuse cacophonie de mes enfants travaillant chacun leur instrument de musique. Je ne désespère pas d'être le manager d'un Mentalo Band un jour (et d'être riche).

Et sinon, tu as les yeux de quelle couleur ?

Ma mère disait caca d'oie, ce n'était pas très instagrammable, j'ai préféré menthe à l'eau. Beaucoup d'eau.

 

#Menthe à l'eau | #blog | #instagram | #Luxembourg |

lire son blog : La fille aux yeux couleur menthe à l'eau

 

le billet d'avant, le 23-06-2015

Sophie Gourion, princesse des Internets

le billet d'après, le 10-07-2015

Lilou exhibe ses 69 désirs dans sa cuisine

© des informations point comme... | 1999-2017 | à propos des cookies | mentions légales