@desinfopointcom

Sasa quitte sa baignoire pour répondre à Maître Roger

du Rédacteur Suprême
publié le 03-08-2015

Par mesure de sécurité vous voudrez bien débrancher votre téléphone intelligent ou votre tablette tactile connectée avant de lire l'interview de Sasa, célèbre parmi les célébrités des internets francophones pour son blog-culte écrit depuis sa baignoire. Une baignoire d'où elle a connu Maître Roger lorsqu'ils tweetaient de conserve pour la campagne irresponsable qui devait mener à l'accident électoral du présidentissime que l'on sait en mai 2012. Sans le savoir, leurs vies s'étaient déjà croisées devant "Le Bachelor", émission culte dont Maître Roger avait à l'époque souligné l'élévation spirituelle, quand où la jeune Sasa faisait ses premiers pas de blogueuse fascinée elle aussi par ladite élévation. Ce n'est pas la moindre des révélations de son interview que vous allez donc lire avec joie, lecteurs chéris, et fissa.

Sasa, peux-tu te présenter en trois vertus et trois vices qui te caractérisent le mieux ?

Ah vices et vertus, on commence entre gens de lettres je vois.

Mes vices sont somme toute assez courants (et courus) : les bons mots, la bonne chère, et les rézos sociaux, évidemment.

Mes vertus sont à l'avenant : une certaine empathie, le sens de l'autodérision (faute d'avoir vraiment de l'humour), et un certain goût pour l'exhibitionnisme, diraient ceux qui me suivent depuis de longues années.

Il fut un temps, pas si lointain, où tu étais dans ta baignoire sur ta PP. Tu ne l'es plus. Pourquoi ?

La baignoire est une référence à mon blog (Une baignoire et des ronds dans l'eau) que j'ai créé initialement (du temps où j'étais jeune, j'avais le sein haut et la fesse ferme, ou l'inverse) pour parler des beaux mecs que je reluquais sur les internets. Ce fut ma marque de fabrique initiale (j'ai même retrouvé une vidéo vintage) et je l'assume naturellement.


Sasa baignoire par sasalaloute

Mais je n'entretiens que peu mon blog aujourd'hui, et j'ai donc varié les PP, en général elle correspond à l'humeur du moment. Celle que j'ai actuellement a été prise par un twittos photographe @lespritrock pour son tumblr, Regards croisés. Je l'aime bien :)

Tu as commencé à bloguer en 2005. Ça fait quel effet d'être une blogosaure ?

Ben ça fait un coup de vieux, clairement ! En même temps, j'aime cette antériorité, avoir l'histoire et le passif de cette vie numérique. En 10 ans, j'ai l'impression d'avoir vécu un truc assez fou, dont je comprends et connais les tenants et les aboutissants, les règles et les codes. C'est assez satisfaisant comme expérience, même si appliquée à l'écume des choses dans mon cas, puisque ma vie numérique n'a pas d'autre ambition que le partage de quelques centres d'intérêt (féminisme, égalité dans le monde du travail, relations hommes femmes, sexualité, parentalité, ...) et le LOL.

Comment t'est venue l'idée de ce blog, et pourquoi ?

Initialement c'était une création extra professionnelle, qui devait permettre à mes coturnes de taff et moi de... commenter une émission de téléréalité, le Bachelor. D'ailleurs j'avais créé la première version de mon blog sur la plateforme de M6, c'était cohérent avec l'objet du blog. Il s'appelait "Iouaye and Karl", en référence à ma feurme, et au prénom du Bachelor.

Combien de vies ton blog a-t-il connues ?

La première que j'évoquais juste au-dessus 6 mois environ. Ensuite j'ai créé laloute.net le 1er janvier 2006, et qui depuis a connu plusieurs versions, mais surtout cosmétiques, dont un passage de Dotclear à Wordpress. ça c'est sur la forme.

Sur le fond, la ligne éditoriale n'a pas changée (puisqu'il n'y en a pas vraiment :)) Sans doute que quelques centres d'intérêt ont progressé avec mon entrée fracassante dans la parentalité (mais j'essaie aussi de moins exposer numériquement ma progéniture), et d'autres ont décliné, comme le goût de l'exhibition, au grand dam de mes lecteurs historiques, mais j'essaie de le faire vivre, et parfois survivre. Car depuis la montée en puissance du micro blogging, via Twitter, force est de constater que les blogs (en tous cas le mien) sont en perte de vitesse. Entretenir les 2 activités est prenant, et clairement twitter est plus facile, réactif et interactif (et tout aussi chronophage).

A quoi ça sert, finalement, un blog ?

A développer quelques sujets qui te tiennent à coeur.

A partager des découvertes, des coups de coeur.

A (se) raconter, histoire de se sentir moins seule face à ses travers et vicissitudes de mère, d'épouse, de femme active, d'accro du shopping en ligne, etc. Le partage d'une certaine altérité, dirions-nous si nous étions lettrés.

Il semblerait que l'Epoux ne partage pas ton enthousiasme pour ton blog et tu précises à plusieurs reprises qu'il ne souhaite pas apparaître. Quel est le secret de longévité de votre couple ?

Il partage pas mais il est propriétaire de mon nom de domaine, et m'a largement aidé à construire mes premières versions du blog. Son hostilité est relative, même si le point d'achoppement est le temps que je peux y consacrer, forcément à son détriment.

En 2016, nous fêterons inch'allah 20 ans de couple (et 12 ans de mariage). Je pense que notre longévité est due à la conjonction de plusieurs facteurs favorables, parmi lesquels deux font je pense la différence. Un l'absence de routine dans notre vie conjugale, car nous nous déplaçons (surtout moi) beaucoup et avons donc des temps de séparation et de retrouvailles. Deux sa capacité à me faire rire, toujours, tout le temps, en toute circonstance. Nul autre n'a cette capacité, et c'est d'ailleurs en me faisant rire aux éclats qu'il a marqué notre première rencontre.

Que s'est-il passé, pendant une semaine, à la ligne 21 du fichier locale.php ?

Mon blog était tout vérolé. Son thème est vieux, et il présente plusieurs failles, du coup il a été attaqué (y'en a vraiment qui ont du temps à perdre), et OVH me l'a suspendu. Etant une quiche en code et php, je suis dépendante de la bonne volonté et du temps (de cerveau) disponible des bonnes âmes qui ont la bienveillance de se pencher sur ces lignes (de merde, disons-le tout net).

D'ailleurs, je profite de cette tribune pour appel au volontariat pour qui aurait une idée / du temps pour mon prochain thème. A votre bon coeur.

Tu sais que la publication de ton interview sur Désinformations.com par Maître Roger va t'apporter des followers par milliers et un succès international réel à court terme. Quelles dispositions prendras-tu pour affronter cette nouvelle vie ?

A vrai dire je m'y suis préparée, puisque j'ai verrouillé mon compte twitter tout neuf, histoire de résister à l'assaut de tes fans.

Ceux qui insistent pourront toujours me tripoter la ligne de code (oooooooooooooh oui).

Depuis que tu connais Maître Roger, comment ta vie s'est-elle améliorée ?

Tiens j'étais en train de me demander depuis combien de temps et par quel truchement des internets je t'ai connu.

Sur Twitter, au moment d'une campagne présidentielle non ?

En tous cas, je ne vis désormais que pour avoir un bisou dans le cou !

Si Maître Roger vient à Lyon, on dîne où ensemble ?

Ah le choix est bien trop vaste pour se contenter d'un diner !

On choisira, en fonction de l'heure et de l'humeur.

Un déjeuner lyonnais au Café des Peintres, dans le quartier où je travaille, arrosé de beaujolais.

Un apéro sur les quais du Rhône, sur ma péniche favorite (la Passagère), dealeuse de rhums arrangés en fin de soirée aussi.

Une planche de charcuteries et fromages de Savoie chez mon tonton Kiki à la Bouteillerie (rue de la Martinière).

Un diner aux Vieilles Canailles, table lyonnaise typique de mon quartier (Lyon 7) ou plus hype (et aussi dans mon quartier) au Mama Shelter.

Et Powerpoint, dans tout ça ?

Qu'il aille se faire cuire le cul, c'est trêve estivale !

 

#baignoire | #bachelor | #blog | #2005 |

lire son blog : Une baignoire et des ronds dans l'eau

 

le billet d'avant, le 12-07-2015

Serena, wonder mum et relookeuse

le billet d'après, le 10-08-2015

Sblc, l'interview

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2017 | contact | à propos des cookies | mentions légales