Les vies de Girouette

publié le 03-01-2016

Girouette est maman, institutrice, amoureuse, cuisinière vegan... et on en oublie. C'est donc une blogueuse protéiforme que nous accueillons aujourd'hui dans nos colonnes bien désinformées, et elle nous révèle tout ce que nous avons rêvé de savoir sur elle, dont son addiction pour Maître Roger, un symptôme de dépendance bien connu des experts, observé sous de nombreuses latitudes, dont les manifestations sont dans son cas un sujet d'étude particulièrement intéressant. Nos lecteurs se précipiteront sur ses derniers billets, «Le voyage de Petitou», et que ça saute ! (on vous a mis des liens hypertextes qui vont bien, alors ne faites pas comme si vous ne saviez pas lire). Et que ceux qui se demandent comment une personne peut changer d'autant de vies dans une journée, qu'ils se souviennent de l'immortelle description qu'en donna Edgar Faure : «ce n'est pas la girouette qui change, c'est le vent». Girouette ne change pas, elle est notre phare dans l'immense étendue des Internets.

girouettetlse

Girouette (@girouettetlse)

son blog : Girouette !

Girouette, peux-tu te présenter en un exercice de maths niveau CP, un temps de l'indicatif et une leçon de géographie ?

Maths, problème, sens des opérations : La maîtresse s'occupe de 25 élèves. A la maison, elle élève deux enfants. Dans son coeur, il y a un amoureux, un chat et encore plein de monde. Quelle opération dois-tu utiliser pour calculer tout l'amour qu'elle donne ?

Conjugaison : Le présent, juste le présent.

Géographie : La France, montagnes et littoraux.

Dans la vraie vie (selon la bio de ton blog), tu es institutrice ; c'était une vocation ou tu aurais préféré être blogueuse à plein temps ? Ou un autre métier de service aux gens ?

J'aurais adoré être blogueuse procrastinatrice à plein temps, mais comme je suis pleinement heureuse et à ma place dans une école avec des élèves, je me vois condamnée à exercer ce métier qui rend fou jusqu'au bout.

Cela dit, puisque tu me poses la question, avant d'être professeur des écoles, je faisais du théâtre avec passion, et j'aurais adoré en faire mon métier (comédienne, régisseuse, ouvreuse, metteur en scène, n'importe quoi, mais dans le monde du spectacle).

Ton premier billet a été posté le 22 février 2013 à 11h17 ; que faisais-tu sur les Internets jusqu'à 11h16 ?

Je trouvais des cours tout prêts pour ne pas avoir à préparer ma classe, je cherchais un mari sur les sites de rencontres et je me désolais sur Facebook.

Selon ta bio twitter, tu es maman solo, blogueuse yogini, féministe et pesco-végétarienne : et sinon, où trouves-tu le temps de t'occuper de l'amoureux dont tu parles dans tes derniers billets ?

C'est facile : j'ai supprimé des tas de choses. Mon tapis de yoga vient de s'effriter, OLF (Osez Le Féminisme) attend ma nouvelle cotisation, et je ne lis plus l'excellent magasine de l'AVF (Association Végétarienne de France). Et cet homme merveilleux, c'est lui qui s'occupe de moi, en réalité...

Dans ton billet sur les Femen, il n'y a pas de photo de tes seins à toi. Tes lecteurs ne se plaignent pas trop de cette immense frustration ?

J'ai reçu des centaines de courriers de plainte, et une pétition a été postée sur change.org. Ma brillante avocate a réglé cette situation à l'amiable en envoyant à chaque personne frustrée une photo dédicacée de mes seins en dédommagement. Depuis, je déboutonne mon chemisier en public dès que possible, pour éviter les impairs.

Dans ton billet sur la cigarette électronique, tu la critiques pour son absence d'érotisme. Depuis que tu as écrit ce billet, ton avis a-t-il évolué ?

Alors oui. Il faut savoir que l'objet s'est bien amélioré et qu'il est désormais possible de laisser échapper une fumée parfum fruits rouges, entre ses lèvres entrouvertes, les yeux mi-clos, sans faire rire son amoureux. Un amant expert pourra même porter la cigarette électronique aux lèvres de sa douce, avec un érotisme indéniable.

Tu as posté un billet en mars 2015 sur un sujet important, «PQR or not PQR». D'où te vient cette passion pour la presse quotidienne régionale ?

Roger. De quelle planète viens-tu ? PQR, ça veut dire Plan Cul Régulier, voyons.

Puis tu n'as plus rien posté jusqu'en décembre avec trois billets d'une grande force que nos lecteurs éblouis ne manqueront pas de lire pour mieux comprendre dans quel monde nous vivons. Est-ce que ces billets ne devraient pas être affichés dans tous les hôpitaux et autres institutions en charge de l'autisme ?

Je n'aurais pas cette prétention, mais il est vrai que le handicap invisible d'un enfant est très difficile à porter pour les familles. Encore aujourd'hui, et dans le milieu scolaire également, on entendra qu'un enfant porteur de troubles de l'apprentissage est fainéant, qu'un dyslexique est paresseux, qu'un autiste est mal élevé... Je ne cesserai jamais de combattre ces idées moyenâgeuses, en particulier au quotidien, à l'école, en aidant avec bienveillance les élèves en difficulté sans jamais juger leurs parents, qui font toujours de leur mieux.

Tu n'ignores pas que la publication de ton interview dans Désinformations.com va t'apporter des millions de fans, sans compter les milliers de mère reconnaissantes qui auront lu tes billets sur le «voyage de Petitou». Es-tu prête à devenir une gourou ?

*Rire* Gourou ? Pitié, non, je n'ai pas l'âme dominatrice! En revanche, être une aide, une amie, une écoute bienveillante, un sourire... J'en serais très heureuse, oui.

Depuis que tu connais Maître Roger, comment ta vie a-t-elle changé ?

Il est le Maître de mes dimanches après-midi, avec le sacro-Saint horoscope et je suis devenue victime de l'addiction : plus de lundi soir sans le LT de l'Amour est dans le pré. Bref, c'est une douce emprise : ma vie a changé, en mieux.

Si Maître Roger t'invite à dîner, où l'emmèneras-tu ?

Dans une petite crêperie, sur un port, à marée basse.

Quelle musique as-tu écoutée pour répondre à cette interview ?

J'ai téléchargé légalement pour l'occasion Lay Low, le dernier album de la fascinante Lou Doillon.

Et les anges, dans tout ça ? (rapport à ton billet d'avril 2014, «les anges sont parmi nous»)

Ils ne nous quittent pas, j'en suis convaincue, et sèment notre route de signes. Gardons les yeux ouverts, le chemin est indiqué ! (Et n'oublions pas de les remercier, toujours, quand c'est tellement trop le bonheur)

 

#Girouette | #maman | #institutrice | #amoureuse | #cigarette électronique | #PQR |

lire son blog : Girouette !

 

le billet d'avant, le 20-12-2015

Olivier, interview d'un grand communicant

le billet d'après, le 10-01-2016

Encore un whisky, Charles ?

 

lire

 

autres
11-06-2016

Qui ne blogue mot...

 

© des informations point comme... | 1999-2017 | à propos des cookies | mentions légales