L'AristoChatte nous communique sa joie de vivre

publié le 28-01-2016

L'AristoChatte a répondu avec un enthousiasme communicatif au dernier appel de Maître Roger pour trouver de nouveaux blogueurs et blogueuresses à interviewer, à moins que ce ne soit l'influence de cette analyse que Marie O posa ce samedi matin-là, considérant (à tort) (mais pas tout à fait) qu'il y avait beaucoup de blogs dits «de cul» dans l'espace dédié à la blogosphère de notre rubrique culturelle francophone de bon goût. C'est aussi avec un enthousiasme communicatif que l'AristoChatte a répondu aux brillantes questions que notre rédacteur suprême lui a envoyées, après le traditionnel délai raisonnable de procrastination. Lisez, riez et partagez-en tous : ceci est la joie de vivre, et cela nous est doux. Bien sûr, les enfants, si vous avez cliqué par accident sur le bouton vert plutôt que sur le bouton rouge, vous faites tout de suite demi-tour.

aristochatte8

L'AristoChatte (@aristochatte8)

son blog : L'AristoChatte

-18

Peux-tu te présenter à nos lecteurs avides de mieux te connaître : qui es-tu, d'où viens-tu, pourquoi viens-tu ?

Je suis une femme de 40 ans, obsédée sexuelle, intéressée par tout ce qui touche à la sexualité et qui milite pour un épanouissement total via l'orgasme. Du coup, je l'écris via mon blog que j'ai monté avec mon complice et Amoureux devant l'éternel @La_Poutre. C'est lui qui est aux manettes car vu comment il est monté il s'y connait en instruments technologiques, moi je me contente de la partie créative et de vous raconter tous mes fantasmes qui sont assez nombreux je dois le dire.

Si j'en crois certains, il paraît que je viens de la Planète Venus et que je ne suis pas faite pour bien comprendre les hommes qui eux viennent de Mars. En réalité je viens de la planète jouissance, d'une petite ville qui s'appelle orgasme et je suis dompteuse de désirs.

Je suis venue vers toi car il paraît que tu as des pouvoirs magiques et comme je suis une aventurière du cul, aimant le BDSM et que tu t'appelles Maître, je n'ai pas pu résister à l'envie de te découvrir.

Pourquoi es-tu devenue blogueuse AristoChatte en août 2015 ?

J'ai rompu avec mon ex compagnon et j'ai rencontré mon amoureux actuel, et comme il est merveilleux, et qu'il savait que j'avais envie de continuer à écrire mais en m'orientant plus vers le cul, il m'a tout simplement offert l'opportunité de le faire en m'encourageant chaque jour. Et il a bien fait car depuis Août, nos lecteurs sont tous les jours plus nombreux et nous développons de nouvelles rubriques qui devraient plaire à nos fans.

Est-ce ton premier blog ou as-tu eu d'autres expériences sur les Internets, avant ?

Non, ce n'est pas mon premier blog, mais c'est la version la plus aboutie de tout ce que j'ai pu faire auparavant. Nous avons refondu mon ancien blog dans le nouveau et j'ai travaillé sur ma façon d'écrire, en parlant plus de moi et de mes envies. Mes anciens articles étaient plus des regards sur la société et le cul. Aujourd'hui il est plus intimiste.

Ton blog est sous-titré «Chroniques d'une Sapiosexuelle». Est-ce que toutes les blogueuses ne sont pas un peu sapio-quelque-chose, quelque part ? (tu as deux heures)

Nous sommes toutes sapio quelquechose oui, je n'en doute pas un seul instant. Me concernant, je ne me sentais pas plus libertine, que soumise, que sapiosexuelle ou qu'obsédée sexuelle. Je me vis comme un mélange un peu toxique de tout cela et comme je voulais écrire des chroniques et que je n'ai pas encore inventé un mot qui pourrait me définir, il m'a semblé que le mot sapiosexuelle était le plus proche de ce que je pouvais représenter.

Qu'est-ce qui te distingue des autres blogueuses sapio-quelque-chose ?

A la différence des autres, moi je montre à la fois mon cul et ma tête, je trouve que c'est une marque de respect pour mes lecteurs. J'assume totalement ce que je suis et ce que je fais et je le montre en toute tranquillité. Je n'ai pas besoin de cacher mon visage pour écrire que j'aime me faire prendre le cul par mon mec. Je suis plutôt du genre à vous montrer une photo, parce que c'est quand même super beau et émouvant de baiser, tu ne trouves pas ? [NdR : c'est moi qui pose les questions...]

Ça ne coûte pas trop cher, la licence que tu dois payer à Disney pour t'appeler l'AristoChatte ?

Tu sais les belles princesses Disney sont toutes des grosses chaudasses qui prennent leur pied avec leurs princes charmants qui sont des acteurs pornos sur pieds. Moi j'ai passé un pacte érotique avec Mickey, tous les mois, il me reçoit en entretien privé et je lui lis des histoires graveleuses et pornographiques que je n'écris que pour lui. Je lui ai donné un rôle de super bête de sexe car il était complexé par sa voix et son air de mec trop gentil. Grâce à moi, il a repris confiance en lui et depuis il baise Minnie tous les soirs avec passion et ardeur.

Je suis comme ça, j'aime bien rendre service, du coup chez Disney ils m'ont rétrocédé l'Aristochatte qui m'appartient désormais.

A l'heure où cette interview est écrite, ton dernier billet est titré «Déshabille-moi  ;! Arrache-moi tout !...» : tu n'as pas un budget fringues trop élevé à cause de ce genre de fantasmes ?

J'ai trouvé une solution idéale pour que ça ne me revienne pas trop cher, je m'habille le moins possible, je ne porte jamais de culotte et j'achète des fringues qui s'enlèvent super facilement quand tu tires dessus submergé par l'envie. La seule chose qui me coûte une blinde ce sont les collants résilles que mon chéri me déchire à tous les coups. Mais comme j'adore ça, et que ça m'excite aussi beaucoup, je ne dis rien et j'en achète par paquets de 10.

Tu n'ignores pas que ton interview dans Désinformations.com va t'apporter gloire et vénération à travers les Internets francophones et au-delà. Es-tu prête à susciter l'admiration universelle francophone ? Comment te prépares-tu ?

C'est un vrai travail intensif de tous les jours, j'ai un coach sexy et sexo qui me prépare à recevoir cette vague d'amour et de désirs international qui risque d'être très intense. Il me fait travailler à la fois mon corps et mon esprit, mais j'avoue que j'ai du mal à bien réfléchir quand je suis à quatre pattes et que je reçois des coups de cravaches pour travailler mon endurance. Je trouve que j'ai tout de suite de meilleurs résultats quand je le suce, de toute façon j'ai toujours pensé qu'on réfléchissait bien mieux le ventre plein.

Sinon je suis une pro du marketing, j'ai fait éditer des photos de moi entièrement nue que je dédicacerai de ma plus belle écriture à tous mes futurs fans. Car sans mes lecteurs et mes fans, je ne suis pas grand-chose tu sais. D'ailleurs, je tiens à tous les remercier ici et je te remercie également de me laisser cette tribune pour le faire. [NdR : plaisir d'offrir]

Depuis que tu connais Maître Roger, comment ta vie a-t-elle changé ?

C'est terrible, j'ai été photographiée à ses côtés un soir de décembre, depuis je ne peux plus faire un pas sans qu'on me demande des nouvelles de nuits. Et je ne t'explique pas ces hordes de femmes qui veulent se le taper !!! C'est de la folie.

Où Maître Roger peut-il t'inviter à dîner pour te faire plaisir ?

Sans hésiter au No comment.

Et le burlesque dans tout ça ?

L'Aristochatte est mon nom de scène, je l'ai gardé par le blog parce que c'est une grande partie de moi et ça me représente bien. Mais en ce moment je fais moins de scène car je suis tournée vers l'écriture, je vais te dire un secret, j'ai commencé a écrire un roman, j'espère que ça sera un beau projet et que je pourrai être publiée.

 

lire son blog : L'AristoChatte

 

le billet d'avant, le 22-01-2016

Le burp de Cui

le billet d'après, le 02-02-2016

Sandra, l'autre interview

 

lire

 

autres
13-10-2014

Authentiques tropiques : entretien avec Marie O, ethnologue

 

© des informations point comme... | 1999-2017 | à propos des cookies | mentions légales