Sandra, l'autre interview

publié le 02-02-2016

Sandra, maîtresse d'hommes mariés, a postulé auprès de Maître Roger, ce génie des Internets, pour être interviewée. Déjà célèbre pour sa chronique chez nos confrères bien informés Sud Radio, celle qui se nomme «L'Autre femme» a donc choisi la voie sacrée de la désinformation pour acquérir une célébrité supplémentaire et pour tout dire méritée. Découvrez donc l'autre femme, chers lecteurs en âge de lire des écrits licencieux, en étant dûment avertis dudit caractère licencieux. Les enfants, on vous a dit d'aller au dodo. Vite.

moilautrefemme

Sandra, l'autre femme (@moilautrefemme)

son blog : Maîtresse d'hommes mariés

-18

Peux-tu te présenter à nos lecteurs en une héroïne de roman, une héroïne dans la vraie vie et une personnage de la mythologie ?

Elizabeth Benett d'Orgueils et Préjugés est l'héroïne de roman préférée pour sa passion et son non-conformisme mais aussi sa capacité à aimer et à admettre son erreur.

Hum... Il y a beaucoup de femmes que j'admire, mais je pense que je choisirais Helen Keller. Sourde, muette et aveugle, Helen est une écrivaine et militante qui a fait énormément pour le statut des femmes et des handicapés dans le monde, en commençant par les Etats-Unis. J'ai découvert son histoire un jour en regardant le dessin-animé «Laura ou la passion du théâtre», ça m'a marquée. Puis plus grande j'ai regardé le film «Miracle en Alabama» qui raconte son enfance. Un choc, une révélation. J'ai beaucoup lu ses ouvrages et sur elle, je suis fascinée par l'incroyable courage et force de cette femme et de tout ce qu'elle représente.

J'hésite fortement entre Era et Isis, la femme d'Osiris et mère d'Horus. Je suis fan de mythologie. Je pourrais même pencher pour Aphrodith pour tout ce qu'elle représente... C'est un choix cruel impossible à faire.

Qu'est-ce qui t'a donné l'envie de devenir blogueuse ?

C'est ce que j'explique dans mon premier article, l'envie de partager mon histoire mais aussi celles de mes amants. On trouvait beaucoup d'histoires de femmes bafouées, d'hommes infidèles, de call-girls mais rarement la position de maîtresse en femme normale qui vit juste tout ça avec un coeur, un corps et une âme. Sans être une briseuse de ménage.

Idem pour les infidèles, on a tendance à leur jeter des pierres parce que «bouuuhouuu tromper c'est mal» sans jamais vraiment essayer de comprendre. J'essaye de ne pas juger, au maximum. Même s'il y a des cas. Et j'adore essayer de comprendre les gens, le monde en général.

Allier tout ça à ma passion des mots et de l'écriture, à l'envie de parler et débattre de tout, tout le temps, ça a créé le blog de l'autre femme :)

Tes premiers billets sont datés du 25 mars 2014. Que s'est-il passé dans ta vie sur les Internets jusqu'au 24 mars 2014 ?

C'est quelque chose qui restera entre moi et moi ;-) Je protège une partie de ma vie. Celle qui peut se lier facilement à mon travail, à ma vie «personnelle» et mondaine. Mais sache simplement qu'Internet ne m'est pas inconnu, je connais bien le milieu depuis des années et gère, comme je peux, ma réputation publique dessus.

C'est bien pour pécho, un blog d'autre femme ?

Oh oui ! Je pourrais avoir une dizaine d'amants réguliers rien qu'avec le blog, mais ça ne m'intéresse pas. Bien qu'il y ait de belles propositions et que finalement quelques hommes soient devenus mes amants suite à mon lien avec eux via le blog, surtout C.40 ans, ça n'a jamais été le but.

Je suis souvent respectée, on me séduit, on essaye de me rencontrer, mais parfois on me prend aussi pour une pute gratuite. «Elle a un blog qui parle de cul, elle n'a pas de morale puisqu'elle se tape des hommes mariés, donc on peut se la faire». Ce genre de personnage n'aura jamais aucune chance même de loin avec moi. Dans ma vie professionnelle, personnelle, amicale et amoureuse, je suis extrêmement exigeante, c'est parfois un souci d'ailleurs. Peu se montre à la hauteur sans me décevoir.

Si tu étais un homme, il suffirait de t'inscrire dans la catégorie Don Juan et il se trouverait une majorité de gens pour t'admirer secrètement. Comme tu es une femme, tes premiers mots de présentation sont : « vous devez savoir que je ne suis pas une pute». Ce n'est pas pénible, à la longue, de ne pas être un homme dans une société moralisatrice et patriarcale ?

J'adorerais être un homme quelques jours, ou un mois peut-être mais j'aime trop ce pouvoir que nous, les femmes, nous pouvons avoir sur le monde. Oui nous sommes dans un monde d'hommes, c'est évident. Un monde dont la morale et l'éducation, la société a été influencée par les idées des hommes. En commençant par la religion. Et si aujourd'hui nous les femmes sommes vues comme des mères, des salopes, des rebelles ou des pauvres âmes en détresse c'est aussi à cause de cette longue évolution patriarcale. Mais aujourd'hui beaucoup d'hommes sont pris à leur propre piège et sont perdus. Remarque, nous aussi nous sommes pas mal paumées mais j'ose croire que nous n'en sommes qu'au début de notre révolution, donc nous avons encore de la marge avant de plonger.

On demande tellement à un homme ou à une femme aujourd'hui que ce n'est pas un changement de sexe que j'aimerais mais un changement de société. J'ai commencé ma présentation de cette façon pour plusieurs raisons. La première parce que j'adore la série «Journal Intime d'une Call Girl Londonienne» et elle commence aussi de cette façon, en précisant que ELLE, est une pute. Ensuite parce que j'ai pensé aux femmes, aux épouses qui me liraient, même si leurs jugements font fi de mes mots, c'était une façon de dire que ce n'était pas mon «job». Enfin, une autre raison est que cela attire, voire dérange. Je me suis longtemps traitée de pute gratuite, par mauvaise image de moi, et ce mot choque. Le but est aussi de faire comprendre que ce n'est pas parce qu'on couche avec des hommes, mariés ou non, que l'on est une marie-couche-toi-là. On a un coeur, une vie, des sentiments, des envies, une âme.

Qu'attends-tu de ton interview par Maître Roger ?

Je ne sais pas vraiment. J'ai vu ton tweet, l'idée m'a plu. Peut-être que j'attends de parler le plus possible et faire connaître l'histoire de l'autre femme et de ses amants. Peut-être que j'ai le vague rêve de sensibiliser les gens sur qui on est vraiment, que le monde s'ouvrira un peu plus sur ces sujets là. Ou tout simplement parce que j'aime la gloire sans le savoir et que le casting de Confessions Intimes était complet ;-)

Tu n'ignores pas que la publication de ton interview dans Désinformations.com va t'apporter un supplément de gloire au-delà de l'audience déjà gigantesque de Sud Radio. Es-tu prête à répondre aux sollicitations de femmes qui auront aimé tes fantasmes lesbiens et d'hommes qui se vanteront d'avoir «presque les mêmes réponses que toi» à ton quizz ?

Je suis prête, préparée et j'ai suivi un coaching depuis 3 mois pour ça ! GO ! Sans rire, passer à la radio a été une vraie question car j'exposais ma voix également. Mais c'était une vraie envie. J'ai toujours adoré parler, m'exprimer, m'exposer d'une certaine façon. C'est une revanche sur beaucoup de choses du passé, sur une enfance heureuse mais avec une impression de devoir vivre pour deux (je n'en dirai pas plus). Alors si cette interview fait de moi la prochaine Virginie Despentes aux allures de glamour, désirée par tous et toutes, j'assumerai :)

A ce propos, j'ai fait 9,3/10 à ton quizz. On en discute ou c'est tabou ?

C'est un excellent score ! Non, on peut en discuter sans problème. J'ai véritablement exposé mes envies, mes désirs et mes préférences pour aussi pouvoir en discuter !

Depuis que tu connais Maître Roger, comment ta vie a-t-elle changé ?

Je fais encore plus de rêves érotiques la nuit !

Si Maître Roger passe à proximité des studios de Sud Radio, où peut-il t'inviter à dîner pour discuter des résultats du quizz ?

Mon timing entre mes activités et Sud Radio est compliqué mais... grande bavarde (qui sait aussi se taire quand il faut), amatrice de discussions sur le sexe et épicurienne, je ne refuserai pas un dîner.

Quelle musique as-tu écoutée pour répondre à cette interview ?

Le best of de Phil Collins :)

Si demain tu deviens non plus l'autre femme mais la femme d'une personne, comment évoluera ta vie de blogueuse ?

Ce blog restera toujours car il représente une partie de moi. Une partie très forte. Je me suis énormément découverte en deux ans avec lui, avec eux. Il survivra même si je ne fréquente plus d'infidèles car j'ai encore énormément de choses à raconter, à partager. Beaucoup de matière.

Quant à devenir la femme d'une personne, c'est une envie. L'envie d'être heureuse aussi comme ça, de trouver un genre d'équilibre. On verra. Mais il faudra qu'il accepte ma vie d'avant, ma vie actuelle, ma vision des choses, et ça, ce n'est pas gagné...

 

#l'autre femme | #Sud Radio | #maîtresse |

lire son blog : Maîtresse d'hommes mariés

 

le billet d'avant, le 28-01-2016

L'AristoChatte nous communique sa joie de vivre

le billet d'après, le 11-02-2016

Madame Z, encore une interview

 

lire

 

autres
02-05-2016

Regarder à l'intérieur de la pomme cachée

 

© des informations point comme... | 1999-2017 | à propos des cookies | mentions légales