En jupe, avec Clara !

publié le 18-09-2016

Lors de son interview qui restera sans aucun doute comme l'un des grands moments deux point zéro de l'année, voire plus, Florence aide-soignante en devenir nous confessait lire le blog de Clara de Bort, juste avant que la plongée dans la célébrité naturellement consécutive à la publication de ladite interview ne lui en laissât plus jamais le temps. Ainsi donc, Clara de Bort s'est tout aussi naturellement laissé séduire par la perspective d'un moment de qualité avec Maître Roger qui manquait cruellement à son palmarès deux point zéro déjà bien étoffé.

ClaradeBort

Clara de Bort (@ClaradeBort)

son blog : En jupe !

Quand et pourquoi as-tu créé ton blog «En jupe !» ?

J'étais active sur twitter et ça me suffisait amplement. Mais après plusieurs prises de parole dans la presse (fresque porno, tribune sur les touchers vaginaux) j'ai eu le sentiment de devoir «poser» moi-même certaines analyses que je ne voyais pas ailleurs, dans un format libre. Les tweets c'est bien mais c'est trop court pour entrer dans un développement.

L'idée c'était donc de me lancer, d'inciter les autres aussi à le faire. D'où le titre, que j'ai voulu plein de joie, d'étonnement, d'encouragement !

Etait-ce ton premier blog ou avais-tu une expérience antérieure de la blogosphère ?

C'est mon premier blog-à-moi-rien-qu'à-moi.

Mais au boulot je travaillais déjà depuis un moment sur un blog pro. D'ailleurs que Maître Roger veuille bien excuser cette furtive page de pub, il s'agit du blog «Réserve sanitaire»

Ton blog est sous-titré «Privilège féminin, corset invisible, liberté à conquérir. La jupe, symbole des enjeux et ambivalences autour du corps des femmes» ; tu ne serais pas un peu féministe sur les bords ?

Oui, rappelons tout de suite en effet que ce n'est pas un blog de fringues ! Je suis féministe oui, c'est-à-dire que je souhaite l'égalité des droits entre les femmes et les hommes, ici et partout.

Le corps des femmes fait encore l'objet de suspicions, de débats, de combats. S'y intéresser c'est parler de liberté, d'enfermement, de consentement, de «libération», et de (re)prise de pouvoir sur son corps. Et bien croyez-le ou pas, tout cela ça m'évoque les droits des femmes, et des patients en général, dans leur rapport avec la médecine.

C'est parce que tu es directrice d'hôpital, que tu t'intéresses à tout ça ?

Je suis directrice d'hôpital depuis une quinzaine d'années, d'abord 10 ans dans des hôpitaux, alternant des postes de direction des droits des patients et direction des ressources humaines. J'ai eu l'occasion de me rendre compte et de prendre en charge plusieurs affaires de maltraitance et de violence, dans tous leurs sens (patients / professionnels). Ça m'a conduit à m'intéresser à certaines questions autour des enjeux psychiques du travail, des collectifs au travail, des dynamiques et dysfonctionnements institutionnels, de la souffrance, des valeurs, de l'organisation, des projets, de l'éthique du soin.

Depuis j'ai travaillé pour le ministère et je suis maintenant chargée la «Réserve sanitaire», un groupe de plus de 2.000 professionnels de santé, volontaires pour être appelés par les autorités en renfort dans un hôpital touché par une crise grave. Un boulot formidable qui me permet d'être en contact avec plein de professionnels de santé, et d'apporter (vite et bien - en tout cas on essaie) un vrai coup de main aux collègues soignants touchés par un choc.

J'aime beaucoup cet esprit solidaire, que l'on oublie parfois à l'hôpital tant les tensions sont fortes et les difficultés sont grandes.

Tu diriges la Réserve sanitaire, tu écris un blog très dense, tu publies moult interviews et tribunes... le dopage, on en parle ou sujet tabou ?

Ma dope c'est les droits, la qualité des soins, le collectif des soignants. Ça peut me tenir éveillée un sacré paquet d'heures. Tu devrais essayer. [NdR : si tu crois que donner du bonheur aux gens en essayant de les faire sourire, voire rire, ça ne tient pas éveillé...]

Ça prête le serment d'Hippocrate, un(e) directeur(trice) d'hôpital ?

Ça ne prête pas serment, ça n'a ni code de déontologie, ni Ordre professionnel, ni clause de conscience. Les directeurs sont nommés par l'Etat pour faire fonctionner le mieux possible les hôpitaux et les faire durer (assurer leur développement, limiter l'endettement), en respectant entre autres le code de la santé publique, le code des marchés publics, les statuts de la fonction publique, en y assurant la concertation et le dialogue social. Pas simple ! En cas d'infraction, on ne se retrouve pas devant nos pairs mais devant le juge (administratif, pénal, financier). Un métier peu connu, fait par des pros qui défendent - pour la plupart - les valeurs hospitalières. Je suis fière d'en être !

Tu as donné récemment une interview à «Groupe MNH actu», un média tout ce qu'il y a de plus sérieux, au sujet des réseaux sociaux. Après cette heure de gloire, que cherches-tu avec une interview chez Désinformations.com ?

Il me manquait juste quelque chose pour mon épitaphe : «A répondu à Desinformations.com». Voilà c'est fait. #Soulagement

Hormis le tien, lis-tu des blogs ? Et si oui lesquels et pourquoi ?

Evidemment mon top five c'est (ex aequo) Martin Winckler, Littherapeute, Florence Braud, HygieSuperBowl, et Maitre Rogeeeeer !

Je lis aussi beaucoup de blog écrits par des féministes, comme a contrario (avec de vrais articles élevés en liberté), Marie accouche là (explorations politiques et féministes autour de la naissance), Tout à l'ego (de l'excellente Sophie Gourion, déjà interviewée par Maître Roger), Les Martiennes, irréductiblement féministe ! (l'humanité sera civilisée quand elle aura aboli le patriarcat), Genre ! (je m'interroge, tu t'interroges, interrogez-vous), My little IVG (si on arrêtait d'en faire un fromage ?) et tout ce qui passe dans ma TL (ou presque).

Tu n'ignores pas que la publication de ton interview dans Désinformations.com va démultiplier ta célébrité d'un facteur inestimable. Es-tu prête à entrer dans le star system de la blogosphère ?

Tu sais, ma vie a déjà en partie basculé depuis que j'ai répondu à l'interview Féministe et Fromage. Je suis même suivie sur twitter par Laurence Boccolini. Donc j'ai peur oui mais je suis prête ; il suffit de sortir en lunettes noires et surtout surtout : supprimer les notifications.

Est-ce qu'après cette interview, tu ne crains pas que des millions de nos lecteurs n'exigeassent de venir dans la Réserve sanitaire que tu diriges ?

Qu'ils viennent ! => reservesanitaire.fr

Où Maître Roger peut-il t'inviter à dîner pour te faire plaisir ?

J'aime les surprises (et le bon vin). J'accepte toute proposition de sa part. D'ailleurs je commence à avoir faim, là.

 

lire son blog : En jupe !

 

le billet d'avant, le 11-09-2016

Florence, aide soignante en devenir

le billet d'après, le 24-09-2016

Morgane, prise au mot

© des informations point comme... | 1999-2017 | à propos des cookies | mentions légales