So long, Manuela

publié le 21-02-2017

La nouvelle est tombée sur nos téléscripteurs deux point zéro en fin de journée : "Manuela Wyler, 1960-2017". Un soir de tristesse propice à l'hommage rendu par l'humble twittos que je suis, toujours pas mort de son rhume d'homme, propice à un discours historique, aussi : "Entre ici, Manuela, avec ton terrible cortège. Avec ces métastases..." Et puis non, qui suis-je pour oser m'adresser ce soir à celle qui eut le courage de prendre soin, tous les matins, de saluer le monde et sa banlieue, désormais esseulés ? Qui suis-je pour écrire un hommage posthume ? Pas grand-chose... Mais bon, comme elle me l'a écrit dans une de ses interviews, "il faut suivre les élans de son coeur et rester audacieux".

Manuela Wyler, 1960-2017

Mon audace se limitera donc à rappeler les délicieux moments rédactionnels vécus avec Manuela.

A commencer par sa première interview, sobrement titrée "Manuela Wyler", où elle répondait à moult questions brillantes sur la vie, le cancer et ses blogs.

C'était trois semaines avant la publication de son livre, pardon, son autopathographie, "Fuck my cancer", dont je fus un heureux privilégié à pouvoir le lire un peu avant tout le monde, ce qui me permit d'en publier la critique énamourée le jour même de ladite publication.

On ne peut plus lire le billet bien désinformé écrit quelques mois plus tard, quand une digne association de gens qui font courir d'autres gens en t-shirt rose pour prévenir le cancer sans pour autant tenir de comptabilité claire avait porté plainte contre Manuela qui avait juste mis en doute la probité de cette oeuvre en rose. J'entends encore son rire quand elle lut ce billet que j'avais écrit pour elle, "Le cancer, une affaire trop importante pour être confiée aux cancéreux", et surtout la défense de l'association honnie par Me Adolphe-Bénito Dubonchoix. Car on savait rire de tout, du temps de Désinformations.com...

Et puis il y a un an tout juste, Manuela a écrit son dernier blog, "Cher Léon", et je lui demandais donc illico de répondre à une seconde interview, ce qui fait d'elle la seule blogueuse à avoir été interviewée deux fois.

Voilà, c'est tout ce que j'avais à vous dire.

Mon hommage, c'est juste de rappeler les joies partagées avec Manuela Wyler, et donc de les relire... et nous referons cela, autant de fois que le coeur nous le dictera, et il n'est pas près de s'en lasser.

 

#Manuela Wyler | #cancer | #carcinome |

le billet d'avant, le 20-02-2017

Mon autopsie

le billet d'après, le 22-02-2017

Franck's books, le blog d'un lecteur de livres

© des informations point comme... | 1999-2017 | à propos des cookies | mentions légales