@desinfopointcom

Crise en Catalogne : Boris Johnson et Bachar Al Assad proposent chacun une médiation

L'Españexit en question

du Rédacteur Suprême
publié le 09-10-2017

Suite au référendum sur l'indépendance et dans un contexte qui évoque les prémisses d'une guerre civile entre Barcelone et Madrid, la situation en Catalogne inquiète à juste titre la communauté internationale. Alors que la médiation de l'Union Européenne n'est pas possible dans «une affaire intérieure au Royaume d'Espagne» et que les propositions de la Suisse, pays neutre, restent à cette heure lettre morte, deux experts ont proposé leur aide. D'une part Boris Johnson, qui propose à Barcelone d'accompagner un «hard Españexit», d'autre part Bachar Al Assad, qui propose son aide à Madrid pour «rétablir l'ordre légitime et gazer la rébellion».

Barcelone, ville de contrastes

crédit : CC Pixabay

Le ministre des affaires étrangères de Sa Gracieuse Majesté met en avant ses talents de négociateur auprès d'un Carles Puigdemont qui affronte désormais un débat au sein de son propre camp sur l'opportunité d'un Españexit trop rapide. La démonstration de force ce dimanche des partisans du maintien de la Catalogne dans le royaume d'outre-Pyrénées a aussi fragilisé son positionnement : ces centaines de milliers de manifestants - selon la police catalane et selon aussi la police aux ordres de Madrid - sèment le trouble. Dans ce contexte compliqué, Boris Johnson propose d'accélérer le «hard Españexit», ce qui permettra selon lui à la Catalogne d'économiser «des milliards d'euros en quittant de fait l'Union Européenne» et de lutter contre «le fléau de l'immigration castillane qui mine l'identité catalane».

Bachar Al Assad, de son côté, prône naturellement le respect des lois et affiche son soutien à Mariano Rajoy. Un soutien que ce dernier juge toutefois «embarrassant» en public mais des sources bien désinformées proches du palais de la Zarzuela nous indiquent que le président du gouvernement madrilène est venu voir le roi Felipe VI avec un catalogue d'armes non conventionnelles édité en Syrie.

D'autres leaders planétaires proposent leurs solutions pour sortir de l'impasse. Emmanuel Macron défend le dialogue «et en même temps la fermeté de part et d'autre dans le respect dialectique de l'identité de chacun». Angela Merkel demande la sortie de l'Espagne toute entière de l'Union Européenne «pour que la croissance économique allemande ne finance pas indirectement les errements hispaniques». Kim Jong-un promet que «d'ici quelques mois» ses missiles porteurs de charges nucléaires pourront arriver jusqu'en péninsule ibérique et «aplanir le conflit». Et Donald Trump préconise la construction d'un mur.

 

#Catalogne | #Boris Johnson | #Bachar Al Assad | #Carles Puigdemont | #Mariano Rajoy

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

le billet d'avant, le 02-10-2017

Donald Trump : «il faut plus d'armes dans les casinos et aux concerts»

le billet d'après, le 09-10-2017

En voiture jaune avec Céline et Sam

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2017 | contact | à propos des cookies | mentions légales