@desinfopointcom

L'interview d'Olyse, elle ne mord pas mais elle cause

Une blogueuse nue se livre à Maître Roger

du Rédacteur Suprême
publié le 06-01-2018

Il y avait bien longtemps que nous n'avions pas publié une interview classée interdite aux moins de dix-huit ans, et puis Olyse a répondu au dernier appel de notre bienaimé rédacteur suprême. Auteure du blog éponyme, Olyse nous emmène dans son petit monde, où elle écrit sur des sujets que les enfants et autres personnes sensibles doivent impérativement éviter de connaître. Lisez et aimez Olyse, et ainsi vous trouverez le monde bien plus beau.

Olyse_

Olyse (@Olyse_)

son blog : Olyse

-18

Olyse, peux-tu te présenter à nos lecteurs assoiffés de connaissance en une héroïne historique et une héroïne de fiction ?

Pour l'héroïne historique, bon j'étais obligée de piocher dans le Moyen Âge, évidemment, c'est mon domaine ! Et l'exercice n'incite pas à la modestie, mon cher Roger. Comment être modeste en citant un personnage ayant perduré dans l'histoire ? Quoique j'aurais pu citer Louis-François Pinagot, un illustre inconnu sorti des archives par Alain Corbin justement car il était un illustre inconnu. Cela aurait pu me ressembler. Une illustre inconnue sur laquelle on peut écrire pour peu que l'on s'y intéresse, en fait.

Et pour la version non modeste que tous les lecteurs-rices attendent, je choisis Hildegarde de Bingen. Parce qu'Hildegarde est à la fois mystique et scientifique et qu'elle a tout fait dans sa vie, elle a aussi écrit et c'est une musicienne... Elle a même inventé sa propre langue ! Pour une bénédictine du XIIè siècle, c'est pas mal quand même ! Sans oublier qu'elle est sainte. Alors juste pour ça, je nous trouve des points communs.

Pour l'héroïne de fiction... Oh c'est difficile ! Je crois que je vais devoir revenir à mes amours adolescentes pour être parfaitement sincère. L'héroïne à laquelle je me suis toujours identifiée quoique sans l'avoir fréquentée depuis quelques années maintenant, c'est une héroïne de littérature jeunesse et fantasy, comme j'en ai lu des kilomètres depuis mon plus jeune âge. Ewilan, décrite par Pierre Bottero. Ewilan est brillante à l'école et personne ne la comprend, elle se sent en décalage avec son univers de tous les jours. En fait, c'est parce qu'elle appartient à un autre univers, magique, dans lequel elle est en réalité très puissante. Elle est fidèle à ses ami-e-s et très indépendante, elle n'hésite pas à gueuler quand un garçon devient un peu trop pénible avec elle en lui mettant la pression et en estimant décider à sa place. Bon, voilà, moi je n'ai pas d'yeux violets et je n'ai pas de pouvoirs magiques, mais je crois que j'aurais bien aimé appartenir à un autre monde, ça aurait été une jolie explication à mes ressentis d'adolescente.

Peux-tu compléter ton double portrait précédent en te décrivant en un fantasme et un souvenir ?

Me décrire en un fantasme ? Ah oui, on parle déjà de sexe ? Quel pervers, ce Maître Roger... Ah si j'étais un fantasme... Oh ce serait celui de l'étudiante sage et timide en jupe, chaussettes hautes et culotte blanche ! Evidemment. Je suis une éternelle étudiante et je suis adorable, on me pense très innocente et en plus, on me donne parfois cinq ans de moins que mon âge réel... C'est vexant à la fin, zut ! Je voulais être le fantasme de la belle inconnue sombre et ténébreuse et sexy mais bon... J'ose pas mentir à Maître Roger !

Sinon, je me souviens de mon été et de mes promenades dans les galets au bord de la mer, et de mes lectures au soleil. J'aime à penser que cela peut être ça, un peu de moi. Une vie simple et ensoleillée, des petits plaisirs rares qu'on redécouvre de temps en temps comme mettre les pieds dans l'eau ou se laisser porter par les vagues, ou lire seins nus en toute tranquillité. Le bonheur quoi !

Tu as créé ton blog, sobrement titré «Olyse», il y a bientôt un an ; quelle était alors ta quête ? L'as-tu accomplie ?

Oui, c'est vrai que je suis quelqu'un de plutôt sobre dans l'écriture. Il n'y a pour ainsi dire jamais d'illustrations à mes textes, ni de fioritures sur mon blog. Il faut dire que je l'ai créé par pure commodité, pour écrire des textes à quatre mains et avoir un support. Mon compagnon d'écriture a réussi à me convaincre que ma plume était agréable à lire et que cela pouvait être une bonne idée de créer un blog pour la rendre lisible par d'autres. J'étais très lucide sur moi, persuadée que le blog ne tiendrait qu'un mois le temps de quelques textes. L'objectif était de pouvoir profiter de la plume d'autres personnes pour trouver de l'inspiration, de pouvoir échanger. Et au fur et à mesure, il est apparu que j'avais moi aussi des choses érotiques à raconter et à dire. Alors j'ai poursuivi par d'autres textes, à l'occasion de petits défis et puis finalement en trouvant seule l'inspiration. Je voulais avant tout pouvoir explorer mes propres désirs et fantasmes, en les mêlant avec des plaisirs effectivement vécus.

Ma quête a rapidement changé, il a été question de pouvoir parler du désir et du plaisir au féminin en essayant de sortir des clichés que je lis souvent dans les textes érotiques. Je ne voulais pas qu'il s'agisse uniquement de belles femmes énamourées d'hommes viriles qui les pénètrent et les font jouir d'un frôlement extatique à chaque mot doux. Quant à savoir si ma quête est réussie... Ma foi, c'est aux lecteurs et lectrices de me le dire !

Dans tes premiers billets, écrits à quatre mains (quelle souplesse, bravo !), tu signes ce que tu écris par «O» ; tu l'as fait exprès de choisir un pseudonyme qui commence par la lettre O ? Si oui : pourquoi ? Si non : ah bon ?

Oh oui, j'ai fait exprès ! Je dois bien admettre que ce n'était pas très subtil. Le «O», c'est pour copier celui d'Histoire d'O, le (non-)prénom du personnage principal, une femme qui est emmenée au Château de Roissy pour apprendre la vie d'esclave sexuelle. C'est un des romans classiques du BDSM, dont la lecture m'a beaucoup marquée étant jeune. C'est une sorte d'apprentissage idéal, fantasmé. Au moment de chercher un pseudo, je voulais donc qu'il commence par un O, soit simple et doux. Une femme avec qui j'ai vécu une jolie histoire m'appelait d'ailleurs toujours «O».

Il se passait quoi dans le tube à essai dont on trouve la trace persistante sur les pages de ton blog ?

Pour être parfaitement honnête, je ne me souviens plus très bien. Je crois que je l'avais créé il y a quelques années quand j'étais en khâgne pour des réflexions générales, et aussi sur l'écriture. Une sorte de journal intime, mais qui n'a pas survécu bien longtemps ! Je manquais de temps et en réalité, je n'avais rien de passionnant à raconter.

Tu sais que tu vas devenir célèbre à travers le monde francophone et au-delà grâce à ton interview dans Désinformations.com, web-journal à grand tirage. Es-tu prête à cette nouvelle vie de star et comment t'y prépares-tu ?

Quel plaisir et quelle émotion de répondre à cette question ! Bien sûr que je suis prête ! J'attends la célébrité depuis toujours, je vais enfin pouvoir me révéler au grand public et porter des talons hauts trop sexys et peut-être même écrire le prochain Fifty Shades... Tout ça grâce à Maître Roger, ah c'est incroyable ! Je te ferai une petite dédicace dans mon livre érotico-pornographico-chic, c'est promis !

Depuis que tu connais Maître Roger, comment ta vie a-t-elle changé ?

Je ne regarde plus du tout les hommes avec un béret de la même façon, maintenant je suis toute émoustillée à chaque fois ! Tiens, ça ferait une bonne histoire...

Et puis en vrai, j'ai eu plusieurs sourires à lire Désinformations.com régulièrement, ce n'est quand même pas rien comme changement, des sourires !

Où Maître Roger peut-il t'inviter à dîner ?

Dans un endroit qui convient aux jeunes femmes végétariennes-sans gluten-sans lactose-sans... Non je plaisante, je suis juste végétarienne. Alors c'est vrai que je mange parfois du tofu, mais j'aime assez les différentes cuisines asiatiques, notamment thaï et chinoise. Je suis toujours heureuse quand je mange des pâtes, en plus. Alors on peut peut-être s'entendre sur le choix du restaurant. Et puis, du moment qu'on discute et qu'on rigole, en fait je m'en fiche, on peut même aller à McDo, je ne ferai pas de scandale public c'est promis !

Et après le dîner, tu lui joueras une partita de Bach au violon ?

Même pas en rêve ! La dernière fois que j'ai joué pour une personne en particulier, c'était ma grand-mère quand j'avais dix ans et parce que mon papa m'avait forcée. Il y a des années que je n'ai plus touché à mon violon, hélas, alors Bach est totalement en-dehors de ma portée. Et en plus je suis affreusement timide. Je n'ai jamais été une bonne musicienne. Mieux vaut mettre un disque, ce sera plus sûr pour tes oreilles !

Lis-tu d'autres blogs dont tu voudrais recommander la lecture et même l'interview ?

Je lis assez peu de blogs, en fait. Enfin, un article de temps en temps quand je les vois passer sur Twitter mais je ne suis pas une lectrice très fidèle. En ce moment, je pourrais juste citer le blog de Madame Popins qui propose des contraintes d'écriture assez chouettes et qui permet de lire plein de plumes différentes toujours sur le sujet de l'érotisme !

Quelle musique as-tu écoutée pour répondre à cette interview ?

Je ne triche pas, j'ai préféré le silence pour écrire... C'est bien le silence, non ?

Et le BDSM, dans tout ça ?

On dirait une question subsidiaire, mais euh c'est un peu vaste ça comme question, Maître ! Le BDSM dans tout ça ? C'est vrai que j'écris beaucoup sur le sujet, parce que c'est une partie importante de ma sexualité. Le BDSM, c'est beau, c'est bon, ça fait du bien partout... Alors pourquoi s'en priver ? Et puis c'est une source d'inspiration infinie pour écrire, puisque c'est un univers où chacun choisit ses codes et ses règles, où (dans l'idéal, ok, j'avoue) on ne juge personne et on a le droit à toutes les fantaisies. Mais je crois ne pas du tout être spécialiste du sujet, j'écris assez peu là-dessus de manière formelle finalement. Je ne réfléchis pas aux limites, contraintes, problématiques pratiques et fonctionnelles... Moi je parle juste d'individus qui font ce qu'ils aiment, et il s'avère qu'il y a toujours un peu de BDSM caché là-dessous !

 

#Olyse | #BDSM | #histoire d'O

lire son blog : Olyse

 

le billet d'avant, le 04-01-2018

Emmanuel Macron nomme Alain Peyrefitte ministre de la lutte contre les fake news

le billet d'après, le 08-01-2018

Montparnasse : les trains sont à l'heure, les voyageurs déplorent l'absence de cellule psychologique

lire autres
16-11-2015

Clarisse, soumise et blogueuse, pour public averti (NSFW)

 

 

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | contact | à propos des cookies | mentions légales