Désinformations.com

Les ronds-points, faiblesse de l'aménagement du territoire et de la défense nationale

du Rédacteur Suprême
publié le 30-11-2018

Les gilets jaunes occupent les ronds-points depuis deux semaines. Des années de politique du rond-point, des promesses non tenues par les gouvernements de Nicolas Sarkozy puis François Hollande, un débat sur le rond-point de gauche jamais achevée par le parti socialiste irresponsable... pour en arriver à ce constat inquiétant : aucun expert que nous avons interrogé n'est capable de dire si, en cas de nouvelle invasion armée, les ronds-points seraient l'ultime rempart pour défendre nos territoires ou au contraire l'indéfendable avant-poste des envahisseurs ?

Même aux Champs-Elysées, tout près du siège du pouvoir, il y a un rond-point

crédit : Wikipedia

Il suffit donc d'une petite dizaine de gilets jaunes déterminés à défendre leurs revendications hétéroclites pour bloquer toute circulation et empêcher les Français complices du capitalisme d'aller dépenser leur maigre pouvoir d'achat dans les grands centres commerciaux.

"En cas d'invasion, les ronds-points seront la première cible naturelle de l'armée ennemie", prévoit Pierre de Villiers, ancien chef d'état-major des armées humilié comme on sait par Emmanuel Macron, pour qui les événements actuels montrent "que nos armées ne sont pas prêtes à reconquérir les ronds-points".

Pierre de Villiers révèle aussi l'inquiétude des militaires : "notre armée de terre n'a pas les équipements nécessaires pour lutter contre l'ennemi sur un rond-point, l'armée de l'air ne pourra pas intervenir sans d'importants dommages collatéraux vu comme les ronds-points sont inclus dans le tissu urbain et péri-urbain, et ne parlons pas de la marine, totalement impuissante pour participer à de futures opérations extérieures en ronds-points du fait de l'incurie des politiques".

Un jugement toutefois nuancé par un autre opposant au président de la République : "les ronds-points seront libérés par la rue", clame Jean-Luc Mélenchon, "comme la rue a libéré la France du joug nazi en 1945, c'est la rue qui défendra et libérera s'il le faut les ronds-points quand les Allemands nous auront envahis".

Quant à Eric Zemmour, il pointe les risques "cachés" par le pouvoir. "Aujourd'hui ce sont des bons Français bien blancs avec des prénoms adéquats qui manifestent", commente l'intellectuel à nos sources bien désinformées, qui se réjouit que "certains soient racistes, sexistes et anti-parlementaires". Mais Eric Zemmour lance l'alerte : "qu'en sera-t-il quand le grand remplacement s'appliquera sur les ronds-points ? Quand l'ennemi de l'intérieur comprendra tout l'intérêt qu'il a de prendre d'assaut nos ronds-points ?"

Des questions sans réponse. Interrogée par Charlotte Dubonchoix, notre stagiaire bien désinformée, Emmanuel Macron réagit en indiquant qu'il "entend les inquiétudes des experts" mais qu'il gardera "le cap des réformes et des ronds-points".

 

#rond-point | #armée | #Pierre de Villiers | #Jean-Luc Mélenchon | #Eric Zemmour

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

le billet d'avant, le 23-11-2018

Les mots surannés ont enfin leur dictionnaire sur le papier

le billet d'après, le 30-11-2018

La marche pour le climat le 8 décembre inquiète l'Elysée pour son risque de non-violence

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | à propos des cookies | mentions légales