@desinfopointcom
credit33.fr

Au théâtre avec Christine, côté coeur

du Rédacteur Suprême
publié le 24-06-2014

Nous poursuivons aujourd'hui l'exploration de la blogosphère culturelle avec Christine, blogueuse théâtre. Christine aime le théâtre et nous fait aimer le théâtre, en partageant le "côté coeur" à travers son blog. C'est de cette oeuvre de salubrité publique dont il est question dans son interview fleuve, pour notre plus grand plaisir de la vie, car le théâtre c'est la vie. Et nous ne remercierons jamais assez @Lactimelle pour avoir convaincu Christine de s'adonner au jeu de l'interview bien désinformée. Merci, les filles !

Nous allons commencer par dresser ton portrait pour que nos lecteurs bien désinformés puissent te connaître avant d'aller dévorer les billets de ton blog. Si tu étais un personnage de Molière ?...

Alors pour commencer je n'ai pas de formation littéraire. Eh oui, comme je n'étais ni passionnée par la philo ni par les sciences j'ai choisi la voie médiane. Alors lire les auteurs classiques c'était un peu la punition. Et je ne suis pas fan de Molière. Je lui préfère l'italien Carlo Goldoni. Mais je crois que c'est de la Toinette du Malade Imaginaire que je me sentirai la plus proche : elle ne se laisse pas marcher sur les pieds, aime le jeu, n'agit pas pour elle mais pour ce qu'elle pense être juste pour ceux envers qui elle est loyale.

Et si tu étais une pièce de Racine ?

Aucune. Les destins tragiques subis c'est bien trop sérieux et trop dramatique pour moi. Je veux bien croire aux coïncidences mais pas à la fatalité.

Où étais-tu lors de la création de "La solitude des champs de coton" de Koltès ? (moi j'y étais, aux Amandiers...)

Bientôt 27 ans que je me pose la question et toujours pas trouvé la réponse. Ce qui est sûr c'est que ne pas avoir vu sa création pourrait rester un regret. Mais comme je ne veux pas vivre dans le regret je me dis que je me rattraperai avec la prochaine création qui révolutionnera le théâtre. Mais Patrice Chéreau manque déjà beaucoup.

Dans la rubrique "qui suis-je ?" de ton blog, tu dis que tu as "toujours été attirée par le théâtre". Avoue que ce n'est pas très précis pour tes lecteurs ?

C'est vrai, certainement par coquetterie eut égard à mon grand âge. Disons depuis que j'ai vu une pièce de Carlo Goldoni jouée en plein air sur les tréteaux d'une scène éphémère installée derrière une collégiale alors que j'étais enfant. (Notez comme j'entretiens le flou artistique en ne donnant ni date ni ville)

J'ajouterai qu'à 14 ans, en pleine crise d'adolescence et de rébellion contre l'autorité parentale (non je n'ai pas échappé à cette étape), j'ai tenté de fuguer. Ma grand-mère m'a rattrapée alors que je passais la porte la valise sous le bras direction Avignon et son festival. Bon d'accord c'est un peu léger comme tentative de fugue, mais l'intention était là.

En primaire déjà j'inventais des histoires et mettais en scène mes copines. Tout a long de mon parcours, à chaque fois que j'avais du temps je faisais du théâtre amateur mais pas suffisamment de vocation ni de confiance en moi pour envisager le conservatoire et une carrière de comédienne.

J'aime beaucoup ton exergue de Louis Jouvet, "Au théâtre il n'y a rien à comprendre mais tout à sentir". J'avais commenté lors d'une nuit blanche en Khâgne pour une dissertation bâclée un texte de Camus qui disait quelque chose comme "le théâtre, le seul endroit où je me sens juste bien". La prof a été très sévère avec Camus et moi. Partages-tu mon sentiment d'injustice ?

À 300% au moins. Mais comme mon truc à moi c'est le ressenti et pas l'analyse littéraire je me contenterai de dire que cette prof manquait de coeur.

Est-ce que tes lecteurs partagent avec toi leurs émotions théâtrales ? Est-ce que les blogueu(se)s théâtre sont comme les blogueuses mode et s'échangent des trucs et astuces ?

Il y a rarement des commentaires sur le blog. C'était un peu frustrant au début. Mais honnêtement je n'en laisse quasiment jamais sur les blogs que je visite alors je suis mal placée pour en vouloir à mes lecteurs.

Par contre sans être le monde des Bisounours la twittosphère des blogueurs est un lieu d'échanges y compris pour les bons plans.

Quand as-tu commencé ton blog, "côté coeur" ? Etait-ce ta première aventure sur les Internets ?

Toute première aventure sur internet en tant qu'actrice. Jusque-là, le Net c'était les diaporamas de photos qui font rêver (ou déprimer) et les blagues que l'on partage autour de la machine à café. C'était aussi une mine inépuisable d'information dans laquelle il faut faire le tri, mais un désert pour les critiques de théâtre par des non professionnels en dehors des commentaires sur les sites de billetterie et de quelques rares blogs pas forcément bien référencés.

De mon côté j'écrivais les miennes sur des cahiers. Il a fallu plusieurs mois de harcèlement de la part de mes amies pour qu'elles arrivent à me convaincre que mes coups de coeur et mes rares coups de gueule pourraient intéresser d'autres amateurs de théâtre, et que je me lance dans l'aventure du blog. Depuis remercie tous les jours mes deux amies (qui se reconnaîtront) car cela m'a permis entre autres de rencontrer des gens formidables, des passionnés de théâtre, de danse, de cirque et de tout ce qui fait la richesse et la diversité du spectacle vivant. Et là ce n'est que du bonheur.

Au fait, est-ce que tu aurais un moyen mnémotechnique pour te souvenir d'où est le côté jardin ?

Bien sûr... c'est l'opposé du côté cour.

Est-ce que le blog théâtre est un bon filon pour obtenir des invitations à aller au théâtre ? (en comparaison, le site humoristique, c'est plutôt le grand calme au niveau du marketing...)

Joker !

C'est vrai que je reçois de plus en plus de propositions ou de sollicitations via le blog mais je reste libre de mes choix et de mes commentaires. Et surtout j'en fais profiter mes amis à chaque fois que c'est possible.

Tu sais que ton interview dans Désinformations.com va transformer ta vie, le public au théâtre n'aura d'yeux que pour toi et non plus pour la scène. Te sens-tu prête ?

Non, c'est pour cela que j'ai mis du temps à envoyer mes réponses. Je compte sur mon entourage, ma famille et mes amis pour m'aider à garder la tête froide. Je m'entraîne tous les matins en plongeant ma tête dans un seau d'eau glacée. A moins que cette fois-ci je ne fugue vraiment en prenant le premier avion en partance (pour une île paradisiaque sinon ça n'a pas d'intérêt), pour ne revenir que lorsque la fureur médiatique se sera calmée.

Tu as accepté cette interview sur les conseils avisés de @Lactimelle. Tu la connais en vrai ? Est-ce qu'elle est aussi gentille qu'elle le paraît ?

Zut j'ai déjà utilisé mon joker. Oui je la connais en vrai. C'est une jeune femme passionnée et passionnante, d'une grande générosité et d'une extrême gentillesse. Et elle ne m'a pas payée pour le dire.

Depuis que tu connais Maître Roger, comment ta vie a-t-elle changé ?

D'une part j'ai des bisous qui piquent dans le cou tous les jours (ce qui pourrait rendre jaloux Amour de ma vie), d'autre part je lis mon horoscope toutes les semaines

Et surtout de bonnes doses de rire en lisant désinformations.com

Quelle était la dernière pièce que tu as vue ? Et la prochaine ? Pourquoi ?

Au moment où j'écris la dernière était "Masques et nez" au Théâtre des Mathurins, une troupe géniale que je voyais pour la deuxième fois parce qu'ils sont excellents et que c'est chaque fois un spectacle différent. La prochaine sera "Coup de théâtre" à la Gaité Montparnasse, la nouvelle création du génial Sébastien Azzopardi parce que j'ai adoré "Le Tour du Monde en 80 jours" et "Derniers coups de ciseaux". Ensuite ce sera "Le Prochain Train", une pièce sur les relations à l'ère du numérique parce que j'ai aimé le texte d'Orah de Mortcie, auteur breton qui sera dans la grande aventure du Off à Avignon cet été. Et sûrement trois ou quatre autres avant de partir pour mon 6ème festival d'Avignon mi-juillet.

Et Shakespeare dans tout ça ?

Un maître incontournable évidemment. De la passion, du drame, du sang, des larmes, de l'amour, des trahisons. Il y a tout dans le théâtre de Shakespeare, et toujours incroyablement moderne. Un de mes prochains voyages sera un pèlerinage sur les traces du grand William. Et tout de suite derrière il y a les auteurs russes, notamment Tchekhov.

 

#théâtre | #Molière | #Goldoni | #Shakespeare | #Christine

lire son blog : Le théâtre côté coeur

 

le billet d'avant, le 18-06-2014

So et Yeb, l'interview live

le billet d'après, le 29-06-2014

Cinnamon, la Fraise, l'unique

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | à propos des cookies | mentions légales