Manuela Wyler, 1960-2017

21-02-2017
humeur

So long, Manuela

La nouvelle est tombée sur nos téléscripteurs deux point zéro en fin de journée : "Manuela Wyler, 1960-2017". Un soir de tristesse propice à l'hommage rendu par l'humble twittos que je suis, toujours pas mort de son rhume d'homme, propice à un discours historique, aussi : "Entre ici, Manuela, avec ton terrible cortège. Avec ces métastases..." Et puis non, qui suis-je pour oser m'adresser ce soir à celle qui eut le courage de prendre soin, tous les matins, de saluer le monde et sa banlieue, désormais esseulés ? Qui suis-je pour écrire un hommage posthume ? Pas grand-chose... Mais bon, comme elle me l'a écrit dans une de ses interviews, "il faut suivre les élans de son coeur et rester audacieux".

> lire la suite
Le cancer, c'est maintenant

28-04-2015
lecture

Fuck my cancer

Manuela Wyler ne pouvait trouver titre plus synthétique pour son blog que ce "Fuck My Cancer", le cri de guerre devenu désormais, et à partir de ce 29 avril au matin, le titre de son livre édité chez Fayard, autopathographie sans pitié, qui décrit l'histoire non terminée de son carcinome lobulaire infiltrant (#çafaitpeur). Ou comment un connard, Carlo, ledit carcinome, s'attaque à Manuela et trouve en elle une sacrée emmerdeuse. La quatrième de couverture évoque "un blog énervé et humoristique". A dire vrai, pour ce qui est de rigoler sur le cancer - car on peut rire de tout, même du cancer, surtout celui des autres pour les moins doués d'entre nous autres humoristes - il vaudra mieux relire les oeuvres complètes de Pierre Desproges.

> lire la suite
1
© des informations point comme... | 1999-2017 | à propos des cookies | mentions légales