Désinformations.com

Le livret A sera rémunéré en cacahuètes dès le 1er février 2009

correspondance du Pays Cathare
publié le 14-01-2009

Afin de rapprocher le capitalisme de l'économie réelle, le Roi Sarkozy a décidé, après consultation par texto de sa ministre des finances Christine Lagarde, de rémunérer le livret A en arachides. Cette annonce, de nature à jeter de l'huile sur le feu, a été accueillie avec circonspection par le secteur bancaire.

Depuis le 1er janvier 2009, les pauvres qui ont quelques économies amassées grâces aux heures supplémentaires défiscalisées, peuvent déposer leur pécule dans toutes les banques. Cette mesure, d'abord saluée par le secteur bancaire qui voyait là un moyen de redistribuer l'argent des pauvres aux riches qui en avaient perdu en bourse, est maintenant perçue de manière frileuse par les banquiers. En effet, le gouvernement à soufflé le chaud et le froid en annonçant d'abord une baisse de la rémunération de 4 à 2% puis en la convertissant en nature par le biais de la graine oléagineuse vedette des apéros. Autant la baisse à 2% du taux de rémunération du livret A était une aubaine pour les banques, autant sa transformation en pesant de cacahuètes laisse les banquiers perplexes.

La difficulté majeure pour les banques est l'approvisionnement en cacahouètes. En effet, le marché de l'oléagineux est très tendu à l'heure actuelle à cause d’une mauvaise récolte de soja aux Etats-Unis qui oblige les industriels à se rabattre sur l'arachide africain. Mais la production d'arachide nécessite de remplacer les cultures vivrières. Selon Mamadou T. Paddle, expert en réforme agraire à l'ONU, "la mutation de l'agriculture vivrière en agriculture productive risque de prendre quelques années puisqu'il faut d'abord affamer les populations avant d'utiliser leurs terres pour les plantations d'arachide. Pendant ce temps, poursuit-il, la pénurie d'arachide risque de s'installer avec pour corolaire l'augmentation de son cours".

Le principal écueil est donc de ne pas pouvoir rémunérer les livrets A avec tous les risques de déstabilisation de l'économie mondiale que cela comporte.

Pendant ce temps, les pauvres ayant quelques économies devront patienter avant de recevoir leurs cacahuètes. Roger Dubonchoix, de Lille, s'est déjà organisé en achetant une plancha afin de faire griller ses cacahuètes. "Il faudra simplement faire davantage d'apéro pour écouler les stocks !", se réjouit-il au micro de notre correspondant permanent din ch'Nord.

 

Correspondant dans le Pays Cathare

lire tous ses billets

 

précédent : 11-01-2009

L'enfant de Rachida Dati n'a pas de père

suivant : 15-01-2009

Face à la crise, le milieu carcéral opère sa mue

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2019 | à propos des cookies | mentions légales