Désinformations.com

Séisme en Haïti: les immigrés expulsés vers Kaboul pourront opter pour Haïti

correspondance du Microcosme
publié le 14-01-2010

Eric Besson, ministre de l'expulsion afghane, a donné l'instruction courageuse à ses services de "suspendre immédiatement toutes procédures de reconduite dans leur pays d’origine des ressortissants haïtiens en situation irrégulière sur le territoire national".

"Il est jeune, ambitieux... l'annnonce était un peu précipitée", a aussitôt corrigé Brice Hortefeux, ministre du désordre intéreur, grand humaniste, qui ajoute à nos micros, le coeur sur la main et la main sur le coeur, que "l'état d'urgence dans lequel Haïti se trouve invite à repenser notre stratégie d'expulsions massives. Nous avons l'occasion d'offrir un visage encore plus humain en donnant le choix aux immigrés clandestins sans papier soit d'être renvoyés dans leur pays en Afghanistan pour combattre les Talibans, soit d'être envoyés à Haïti pour faire barrage aux prochains tsunamis".

Un flou technique traverse cette offre généreuse, Martin Dupont-Dubonchoix, ingénieur des ponts et congés, de demandant sur ce que "faire barrage aux tsunamis" peut signifier. Nous n'avons à ce jour pas eu de réponse des services du ministre.

L'inquiétude est en effet très vive en Haïti, de prochains tsunamis pouvant ajouter au malheur qui frappe déjà ce pays. Brice Hortefeux envisage donc d'envoyer des "escouades d'expulsés clandestins habiles à l'infiltration pour mieux protéger le territoire haïtien auquel nous tenons tant". Cette décision a été approuvée à l'unanimité de la communauté internationale, à l'exception de Kaboul qui proteste "du déficit probable en combattants contre les Talibans que cette mesure peut susciter en Afghanistan".

Hamid Karzaï envisagerait très sérieusement de "déclencher un cataclysme, naturel ou non, en Afghanistan" afin de continuer à bénéficier de ces forces d'appoint. Cette position géostratégique expliquerait que le président Hamid Karzaï ait apostrophé son homologue iranien, Mahmoud Ahmadinejad, en mettant très sérieusement en doute sa capacité à procéder à une frappe nucléaire sur l'Afghanistan : "c'est quand il veut, mais je crois qu'il n'est même pas cap...", a ainsi ironisé Hamid Karzaï devant nos micros, "s'il a l'arme nucléaire, qu'il le prouve...".

#Eric Besson | #Afghanistan

 

Correspondant dans le Microcosme

lire tous ses billets

 

précédent : 11-01-2010

Pénurie d'électricité en Bretagne : bretons, éteignez vos crêpières

suivant : 14-01-2010

Débat entre Eric Besson et Marine Le Pen : un séisme laxatif a frappé la France vers 22h30

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2019 | à propos des cookies | mentions légales