Désinformations.com

L'affaire Zahia D. relance le débat sur la burqa

correspondance du Microcosme
publié le 29-04-2010

On pensait la loi sur la burqa bouclée, socialement digérée. On espérait ce débat clos, mais l'affaire Zahia D. et ses ébats avec les joueurs de l'équipe de France, relance le débat et devrait conduire la majorité à durcir le projet de loi sur la burqa. Le texte initial était simplement dur et juste : interdiction pure et simple, y compris sous la douche. Un décret présidentissime devrait même surtaxer l'importation du tissu de la burqa pour dissuader les groupuscules fanatiques de commercer sur le dos de la morale de souche du corps traditionnel. Mais les révélations de l'affaire Zahia D. percutent de plein fouet la naïveté du législateur.

Alors que le monde politique pensait pouvoir souffler un peu après le débat majeur sur la burqa et le niqab, et envisageait se relaxer avec des sujets de second rang, comme la crise en Grèce, ou la nappe de pétrole qui approche certes des cotes mexicaines mais surtout des plages américaines, il lui a fallu se reprendre et revenir à la dure réalité du monde de la décision.

L'affaire Zahia D. impose de revisiter les termes législatifs d'encadrement de la burqa : une simple interdiction ne suffit à l'évidence plus. Il conviendrait dorénavant de prévoir le port obligatoire de la burqa dans le cas d'indécence ostentatoire et d'atteinte à la dignité des adolescentes, pouvant salir la réputation des footballeurs professionnels d'âge plus avancé, sélectionnés en équipe de France et susceptibles de gagner la coupe du monde.

Les députés de la majorité envisageraient donc d'amender leur propre texte et de prévoir "le port obligatoire de la burqa dans les cas avérés de débordement de la bonne morale par de jeunes personnes insuffisamment vêtues et d'origine clairement slave."

L'opposition socialiste, qui n'a évidemment rien à proposer, tergiverse à rejoindre ce grand mouvement républicain d'unité nationale. Ses propositions incongrues, comme l'interdiction des licenciements, heurtent profondément la sensibilité UMP et son dévouement pour sortir la France, derrière le présidentissime Nicolas Sarkozy, de la crise morale dans laquelle elle a été plongée de 1981 à mai 2007.

On se félicitera des amendements de quelques députés de gauche, qui ont toutefois préféré garder l'anonymat pour des raisons de sécurité personnelle, et visant à "punir de 5 années de prison et 25.000 euros d'amende payable en une fois, sans crédit, pour toute personne forçant les jeunes personnes d'origine slave à ne pas porter la burqa lorsque l'ordre public l'exige."

Les discussions se poursuivent en commission des affaires morales, dans les sous-sols de l'Assemblée nationale. La majorité espère que l'opposition se ralliera à la raison traditionnelle, tout en acceptant, pour détendre le climat politique déjà tendu, de rouvrir le débat sur la réouverture des maisons closes.

#Zahia D. | #Franck Ribéry

 

Correspondant dans le Microcosme

lire tous ses billets

 

précédent : 26-04-2010

Se muscler rapidement avant l'été : la solution Désinformations.com pour un look Iron Man 2

suivant : 30-04-2010

Affaire Zahia D. : la FFF refuse d'emmener les call-girls en Afrique du Sud

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2019 | à propos des cookies | mentions légales