Désinformations.com

Un Malien en arrêt cardiaque meurt malgré deux décharges de Taser

correspondance du Microcosme
publié le 30-11-2010

Colombes - Est-il la première victime du Taser en France ? Un homme de 38 ans, à la santé fragile, est décédé au cours de son interpellation la nuit dernière, à Colombes, dans les Hauts-de-Seine. Les policiers ont reconnu avoir fait usage à deux reprises du pistolet électrique. L'homme est mort d'un malaise cardiaque quelques minutes plus tard. Le lien reste à établir. Car si la polémique des tenants d'une société bisounours accueillante prend de l'ampleur, une analyse objective de la situation donne raison aux forces de police.

L'arme non létale vue de près
CC Flickr - J. Star

Que s'est il donc passé la nuit dernière à Colombes ? La police a largement clarifié les choses. Plusieurs agents ont procédé à l'interpellation d'un Malien de 38 ans en situation irrégulière sur le sol français. Ils avaient été appelés suite à un différend opposant l'homme en question à un ami qui l'hébergeait. Les policiers auraient eu beaucoup de mal à maîtriser l'individu qui aurait "pété ses plombs" dès la première décharge de Taser. Il est certain qu'un fusible insuffisamment résistant est une cause certaine de vulnérabilité aux décharges électriques successives du Taser. "C'est irresponsable de la part d'un Malien en situation irrégulière qui sait qu'il va être tôt ou tard passer au Taser !" s'emporte le commandant de police Benito Dubonchoix.

Le directeur de Taser France, Antoine di Zazzo, nous a indiqué "qu'à ce jour, dans le monde, mon pistolet électrique n'a jamais tué une personne de souche et en situation régulière". Point majeur de cette triste histoire : l'homme décédé était en effet malien et en situation irrégulière. Il était donc légitime de tirer deux fois au moins pour d'une part l'immobiliser et d'autre part parce qu'il fallait bien vider le chargeur quelque part afin d'éviter de blesser accidentellement une personne de souche.

Enfin, pour compléter notre rapport, signalons que le Dr Jean-Baptiste Dubonchoix précise que le Malien en situation irrégulière est "décédé d'un malaise cardiaque, ce qui tend à prouver que la pratique régulière du sport et une alimentation saine sont les meilleurs garants contre le Taser" Cette donnée scientifique tend donc à disculper la police de tout soupçon d'acharnement et nous conduit à appeler les immigrés clandestins à faire du sport, même 10 minutes chaque matin, et à manger 5 fruits par jour. "Dans le fond, les massages cardiaques du Taser auraient pu sauver la vie inutile de cet immigré clandestin qui devait boire trop de café... sa faible santé l'a donc condamné à une mort certaine", regrette le Dr Jean-Baptiste Dubonchoix.

#Taser | #Malien | #Hautes-de-Seine

 

Correspondant dans le Microcosme

lire tous ses billets

 

précédent : 30-11-2010

Primaires du Parti Socialiste : Ségolène Royal éclaircit la situation

suivant : 30-11-2010

Noir Désir, c'est terminé : la campagne contre les violences aux femmes porte le coup final au groupe

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2019 | à propos des cookies | mentions légales