Désinformations.com

L'inspecteur Derrick était une arme secrète des nazis

correspondance du Médoc
publié le 26-04-2013

Longtemps les experts de la guerre psychologique en ont débattu : fallait-il ou non utiliser les épisodes de la série allemande Derrick pour plonger d'éventuels adversaires dans un coma profond et irréversible ? Bien entendu, la convention de Genève et toutes les règles afférentes à ce noble art qu'est la guerre s'opposaient à l'emploi de ce type d'armes de destruction massive. Tout au plus, des faibles doses (50 minutes au lieu des 4h30 du montage initial par épisode) pouvaient-elle être utilisées par les États souverains comme anesthésiques massifs à destinations de populations souffrant de maux divers (chômage, vieillesse, gastro-entérite) et clouées chez elles en milieu d'après-midi.

Arme de destruction massive en vente libre

Dans un monde où les méchants sont à pied d'oeuvre et aiment à fouler au pied les règlements mis en place pour permettre que les nécessaires tueries aient lieu en bonne entente, on se souviendra que des dictateurs avaient déjà menacé d'utiliser Derrick contre leurs adversaires. Cela avait notamment entrainé en 2003 l'intervention militaire américaine en Irak après l'effroi provoqué par l'exhibition devant le conseil de sécurité de l'ONU par le secrétaire d'État Colin Powell d'un échantillon du générique de la série allemande censément entre les mains de Saddam Hussein.

Et l'on apprend aujourd'hui de source bien désinformée que, contrairement, à ce que l'on pensait, Horst Tappert, qui donnait son visage et ses formidables capacités narcotiques à Derrick, n'était pas une invention conjointe des services secrets russes et est-allemands destinée à faire croire à leur population que la vie était aussi laide, triste et grise à l'Ouest qu'à l'intérieur du bloc communiste, mais bel et bien une invention nazie. Enrôlé à 19 ans dans la Waffen SS. Horst Tappert avait été repéré par les hommes de Joseph Goebbels, ministre de la propagande pour sa propension à endormir profondément ceux qui le regardaient trop longtemps. Envoyé en 1943 dans une base secrète près du front russe pour développer ses capacités anesthésiques, il n'avait alors pas pu, sans doute à cause de sa jeunesse et du manque de moyens d'un Troisième Reich de plus en plus exsangue qui pariait encore sur les V2 plutôt que sur les armes psychologiques, donner le meilleur de lui-même. Fait prisonnier par l'Armée rouge, Horst Tappert avait vite été retourné par le NKVD qui avait su, après plusieurs années de travail, tirer le meilleur parti de son don exceptionnel avant de le renvoyer à l'Ouest, révèle aujourd'hui Hans Guttenwahl, journaliste a Die Dezinformaziönen Zeitung.

Des informations qui, rétrospectivement, font froid dans le dos alors que l'on annonce de nouvelles révélation à propos des séries Rex et Le Renard.

#Derrick | #Horst Tappert | #convention de Genève | #guerre psychologique | #Colin Powell | #Saddam Hussein

 

Correspondant en Médoc

lire tous ses billets

 

précédent : 25-04-2013

Record du chômage : les responsabilités de la Chine

suivant : 28-04-2013

Le Point publie la liste des 125 électeurs prêts à revoter pour François Hollande

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2019 | à propos des cookies | mentions légales