Désinformations.com

L'ANPE va délocaliser ses services administratifs en Europe de l'Est, la Vendée choisie comme département test

du Rédacteur Suprême
publié le 17-11-2006

Les conséquences de la mondialisation se font sentir jusque dans l'administration. L'ANPE vient en effet d'annoncer un plan d'économie à l'horizon 2009 qui permettra à terme d'économiser 67% du budget de fonctionnement annuel de l'agence. Une expérience pilote sera menée dès janvier 2007 dans la Vendée. Le président du conseil général, Philippe de Villiers, dénonce un "complot".

Le gouvernement a confié l'été dernier une commission à Maryvonne Dubonchoix, experte des relations humaines en environnement complexe, visant à "proposer les axes stratégiques de développement pour le service public du sous-emploi". Après avoir entendu plusieurs dizaines de déjà chômeurs ou futurs licenciés, ainsi que les responsables politiques locaux et les représentants du tissu associatif dont les représentants des parents d'élèves, l'idée directrice qui est née de la mission de Madame Dubonchoix se résume, selon ses propres termes, "très simplement : il s'agit de délocaliser l'ANPE là où se trouveront les licenciés de demain".

Grâce aux délocalisations industrielles massives en Europe de l'Est, de nombreuses victimes de plans sociaux se voient offrir des postes par leurs groupes mondialisés. "La présence de l'ANPE dans ces pays permettra aux futurs délocalisés de trouver un accompagnement administratif francophone rassurant", précise Maryvonne Dubonchoix.

La République Tchèque, la Roumanie et les pays baltes sont les premières cibles du plan "ANPE-2009" proposée par la commission. "Nous n'excluons pas la Tchétchénie", explique Madame Dubonchoix, "où les techniques de recherche des chômeurs en fin de droit jusque dans leurs toilettes nous intéressent".

La délocalisation en Europe de l'Est est, selon Maryvonne Dubonchoix, "une première étape" avant le plan de développement 2010-2015 qui permettra à l'ANPE d'atteindre l'Inde et la Chine pour y suivre toutes les délocalisations.

Si la classe politique est unanime pour saluer "un effort décisif d'adaptation de l'administration française au monde mondialisé" (S.Royal), la seule voix discordante a été celle de Philippe de Villiers qui "regrette" que son département ait été choisi pour tester les premières délocalisations d'agences en République Tchèque et dénonce "un complot des partis de gouvernements".

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

précédent : 16-11-2006

Résultats des primaires du PS :
Ségolène Royal conteste la victoire de Joseph Kabila

suivant : 02-12-2006

Ségolène Royal contaminée au Jospinium 210

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2019 | à propos des cookies | mentions légales