Désinformations.com

Michel Houellebecq critique Niort et reçoit le soutien de Donald Trump

du Rédacteur Suprême
publié le 04-01-2019

Dans sa nouvelle punition, titrée "Sérotonine", l'écrivain triste a commis quatre lignes anti-niortaises remarquées, provoquant une légitime vague d'indignation sur les réseaux dits sociaux et jusque dans les rues de la cité d'Edmond Proust. En qualifiant Niort de "ville la plus moche", ce qui crée la polémique avec d'autres villes, le parisien Michel Houellebecq a réouvert les plaies de la France périphérique et mis le marais poitevin en ébullition. Critiqué en France, convoqué par la police pour s'expliquer sur cette soudaine niortophobie qui poignarde la cohésion nationale dans le dos, Michel Houellebecq a reçu le soutien de Donald Trump qui, dans un tweet matinal sarcastique, évoque "The Touquet qui est bien pire que Niort".

Le donjon de Niort

crédit : Maître Roger

Peut-on attaquer ainsi, en toute impunité, une ville chargée d'histoire depuis la naissance de Madame de Maintenon, berceau du mutualisme et avant-poste du tourisme vert de tradition poitevine ? "Monsieur Houellebecq devra s'expliquer devant la justice indépendante qui le condamnera pour atteinte à l'image de la France", commente Christophe Castaner, ministre de l'ordre de l'intérieur, interrogé par notre stagiaire bien désinformée tandis que Nicole Belloubet, ministre de l'ordre de la justice, affirme "suivre l'affaire personnellement".

Emmanuel Macron, président de la République en ordre, qui n'en finit pas de gérer la crise Benalla-gilets jaunes avec le succès que l'on sait, regrette quant à lui "l'irresponsabilité d'un écrivain qui jette de l'huile sur les braises des ploucs de province".

Autre réaction politique remarquée, celle de Ségolène Royal, ancienne élue des Deux-Sèvres, qui se déclare "consternée" et présente ses excuses à toutes les Niortaises et les Niortais pour les offenses subies.

Le calme revient progressivement à l'ombre du donjon, alors que les premiers journalistes reprennent leur TGV pour rentrer à Paris, émerveillés de ce qu'ils ont découvert à Niort : une ville normale, avec une gare où s'arrêtent donc plusieurs TGV quotidiennement, un cinéma CGR, une immense place arborée avec plein de terrasses de restaurants, la librairie des Halles où se vendent les mêmes livres qu'à Paris, des indigènes qui parlent français "comme vous et moi", ainsi qu'en témoigne Charlotte Dubonchoix, stagiaire de Désinformations.com envoyée elle aussi sur place et qui en a profité pour se recueillir au restaurant japonais en bas de la rue de Paris devant la plaque commémorative de Maître Roger, "reconnaissance éternelle pour services rendus au chiffre d'affaire".

La tension reste toutefois palpable. Les Niortais craignent une recrudescence de la violence avec les menaces de visite de Michel Houllebecq, la police envisageant d'organiser une confrontation entre l'écrivain et la réalité du terrain. Le maire de Niort, Jérôme Baloge, rassure ses concitoyens en promettant qu'il fera appel à la médiation de Maître Roger si l'auteur de "Sérotonine" devait arpenter la place de la Brèche.

"Oui, je viendrai soutenir Niort", a répondu notre rédacteur suprême.

 

#Michel Houellebecq | #Niort | #marais poitevin | #Ségolène Royal | #Donald Trump

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

le billet d'avant, le 03-01-2019

Inspecteur des RIC, le nouveau métier créé grâce aux gilets jaunes

le billet d'après, le 06-01-2019

Interview à bicyclette...

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2019 | à propos des cookies | mentions légales