Désinformations.com

Lactimelle nous parle de sa rencontre avec la Vierge

du Rédacteur Suprême
publié le 27-05-2014

C'était un soir où notre bien-aimé rédacteur suprême lança un appel empli d'espoir dans l'immensité deux point zéro des Internets pour réaliser de nouvelles interviews. Curieusement, ce soir-là, seules des blogueuses répondirent et passèrent à l'acte. Lactimelle, active demoiselle, trentenaire, à fond-iste, qui aime les Humains, le Théâtre, la Culture, et lire, et Paris, et l'Economie, et les RH, et... caetera nous emmène dans le monde merveilleux de la plume trempée dans le chocolat. Un entretien à ne pas manquer et un blog à favoriter si ce n'est pas encore fait, et on se demande pourquoi vous avez tant attendu.

lactimelle

Lactimelle (@lactimelle)

son blog : Plume et Chocolat

Dans ta rubrique "qui tient la plume ?", tu avoues ta passion pour les parenthèses. D'où te vient cette perversion ? Tu en as parlé à quelqu'un pour comprendre ?

J'aime beaucoup faire des phrases incommensurablement longues (si possible remplies de circonvolutions). Cela étant, j'ai bien conscience (même si je le déplore) que le lecteur n'apprécie guère (sans doute du fait de sa grande fainéantise), qu'on l'embarque dans des blocs de textes interminables et sans ponctuation (et pourtant, il criera au génie en feuilletant José Saramago). Ayant pitié de notre quidam lecteur (malgré mon agacement face à sa paresse), je lui laisse la possibilité de lire une version concise (mais en contrepartie considérablement plate) ou de faire preuve de courage et d'aller explorer les secrets cachés dans les apartés (ce qu'il semble la plupart du temps prêt à faire). Et comme j'ai déjà tendance à parler à trop de gens pour tenter de comprendre trop de choses, j'ai mis ce sujet entre parenthèses.

Depuis combien de temps hantes-tu les Internets ? Comment t'est venue l'idée de ce blog "plume chocolat" ? Et pourquoi ce nom ?

J'ai fait mes premières armes il y a 15 ans déjà, à l'époque du bas débit et du forfait Wanadoo à 45 francs (6,86 euros) les trois heures. J'allais sur les newsgroups cinéma où je me prenais presque autant au sérieux que les autres. Depuis, j'ai testé tous les trucs tendance hypermarkétés pour les djeuns, de caramail à facebook, en passant par msn et doctissimo (non, je ne suis pas hypercondriaque). Le blog, ça m'a pris comme ça un vendredi soir sur un coup de tête. L'envie de faire lire ce que j'écrivais. Et le nom aussi, je n'ai pas réfléchi énormément. Plume pour symboliser l'écriture, chocolat parce que je suis accro et que l'envie a dû me saisir alors que je cherchais un nom, le tour était joué.

Tu as une catégorie "business - pour une entreprise mieux gérée et plus humaine". wow! Et dis-nous tout, elle était aussi sympa qu'on le dit, la Sainte Vierge, quand tu l'as vue ?

Oui, je suis une humaniste utopiste. Et je n'aime pas trop voir ce qui se passe dans les entreprises aujourd'hui. Le court-termisme, la navigation à vue, les managers qui ne savent pas gérer une équipe et n'en ont pas envie, et le plaisir de travailler qui se perd au passage. J'ai envie de croire que rentabilité peut rimer avec amabilité, équité et visibilité à long terme. Et quand j'ai croisé la Sainte Vierge, elle s'est assez ouvertement plainte de ses conditions de travail : faire à manger pour 14 parce qu'en plus de son mari et de son fils, il fallait nourrir les 12 disciples, la mobilité forcée pour recensement, présentation au temple, et les déplacements pour ramener le petit à la maison après chacune de ses conférences en plein air, le tout en tenant la comptabilité et en gérant les clients de l'entreprise de charpenterie familiale pour un salaire inférieur au minimum garanti. Elle n'a renoncé à attaquer aux prud'hommes qu'en échange de garanties écrites sur son poste dans la SA Paradis.

Tu as aussi une catégorie "plaidoyers pour les comportements et valeurs qui me tiennent à coeur". Dis-nous tout : tu n'as pas vu que la Sainte Vierge, tu as aussi rencontré Jésus ? Il est aussi sympa qu'on le dit ?

J'aime bien défendre les causes perdues je crois, le goût du challenge et de faire un peu réfléchir les autres. J'avais en effet un copain portugais qui s'appelait Jesus et qui était plutôt sympa, et niveau comportement, il aimait bien jouer les jolis coeurs aussi. Sinon, il ne faut pas croire non plus que je suis irréprochable et intéressée uniquement par mon prochain, dans les valeurs qui me tiennent à coeur, il y a aussi celles qui performent bien au Dow Jones.

Pour 2014, tu as souhaité à tes lecteurs : "n'oubliez pas de sourire !" Ils sont obéissants ? Et t'ont-ils pardonné d'avoir utilisé une "formule pédante" dans un de tes billets comme tu leur demandais ?

Mes lecteurs sont nombreux à rester dans l'anonymat, je travaille sur un détecteur automatique de sourires à la lecture de mes billets, mais vu mes compétences en ingénierie et en informatique, je ne miserais pas sur une sortie avant 2084. A ce moment-là, j'aurais probablement un dentier et eux aussi et ça ne servira donc plus à grand-chose. Quant à la formule pédante, on va dire que qui ne dit mot consent, et je n'ai censuré aucun commentaire à ce sujet (ni à d'autres sujets d'ailleurs).

Sais-tu que les liens de ton blog dans la colonne de droite sont parfaitement illisibles ? ça te coûterait quoi, sincèrement, de mettre en ligne une version accessible pour les daltoniens et autres nazebroques du visiotest ?

A priori, ça me coûterait 79,95$, le prix d'une interface wordpress plus facilement modulable. Ou de cuisiner 3 dîners à un copain informaticien pour qu'il me bidouille tout ça (sans doute plutôt 4 si je fais appel à un copain informaticien daltonien).

Et sinon, ça se passe bien avec tes lecteurs ?

Oui, mes lecteurs sont sympa mais plutôt discrets. Ils ne s'expriment pas trop en fait, malgré l'absence totale de censure dont ils bénéficient. Mais visiblement, ils sourient assez régulièrement.

Tu es libre à dîner ? Si oui dans quel restau ? (c'est pour un ami)

Je suis libre à dîner à la seule condition que ton ami ne soit ni un nazebroque ni un vermisseau. Et j'aime les restos qui ont une âme, où la nourriture est bonne (surtout les desserts, un repas sans dessert serait trop triste) et où l'on peut parler sans s'époumoner pour cause de sur-affluence ou de test de la résistance des haut-parleurs.

Tu es consciente que la publication de ton interview dans Désinformations.com va parfaire ta gloire et ta notoriété deux point zéro. Comment te prépares-tu à ce prochain destin de star mondiale de l'humour francophone de bon goût ?

Pas seulement la parfaire, mais la faire je pense, et je suis plus qu'honorée de ce privilège. C'est un peu comme si j'avais gagné l'eurovision en direct de L'île des histoires secrètes de Pekin Lanta Express accompagnée par Greg le Bachelor, mais uniquement avec du bon goût. On n'est jamais vraiment prêt pour autant d'émotion d'un coup.

Depuis que tu connais Maître Roger, comment ta vie change-t-elle ?

Puisqu'on parlait de cou, j'ai redécouvert le plaisir des bisous dans cette zone hautement sensible. Je crois aussi de nouveau à l'existence des gentlemen qui ont plus de classe que n'en auront jamais tous les nazebroques réunis, bref, j'ai retrouvé la confiance en l'existence de l'Homme avec un grand H (et pas une grande hâche, hein, attention [oups, désolée, la passion des parenthèses semble me reprendre])

Que vas-tu lire après avoir répondu à cette interview ?

Probablement un essai de critique philosophique d'un haut niveau intellectuel dans les pages théâtre du Pariscope.

 

#Lactimelle | #Vierge | #Jésus | #plume | #chocolat

lire son blog : Plume et Chocolat

 

le billet d'avant, le 25-05-2014

Lili Castille : ceci n'est pas une interview de fille

le billet d'après, le 30-05-2014

Nora Gaspard, l'incomparable

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2019 | à propos des cookies | mentions légales